Eschscholtzia (Pavot de Californie) : bienfaits, contre-indications

L'eschscholtzia est employé dans le traitement des troubles du sommeil. Cette plante aide à s'endormir et améliore la qualité de nos nuits. Elle s'avère utile en cas de surmenage nerveux, d'angoisse, d'anxiété. Comment l'utiliser ? A quelle dose ? Précautions d'emploi avec Amélie Mounier, naturopathe.

Eschscholtzia (Pavot de Californie) : bienfaits, contre-indications
©  ralphgillen -123RF

Nom de la plante

L'eschscholtzia de Californie ou pavot de Californie (Eschscholtzia californica) est une plante herbacée de la famille des Papavéracées originaire du sud-ouest des Etats-Unis. Ses tiges fines, rondes et lisses, d'un gris vert, sont hautes de 30 à 60 cm. Elles contiennent un suc transparent. A l'état sauvage, les fleurs à quatre pétales vont du jaune pâle à l'orange. Le fruit est une capsule allongée, de 4 à 6 cm. Dans certaines espèces, il est en forme de gousse.

Parties utilisées de la plante

Seule la partie aérienne (tige, fleur, graine) de la plante est utilisée en médecine.

Bienfaits

L'eschscholtzia possède des propriétés calmantes, antispasmodiques, anxiolytiques et légèrement analgésiques. Les Amérindiens l'utilisaient traditionnellement pour les maux de tête, de dents, pour aider les enfants à s'endormir. Riche en alcaloïdes, la plante est particulièrement efficace sous forme d'EPS (extrait de plante standardisé) lorsque le sommeil n'est pas réparateur et que l'anxiété provoque des réveils nocturnes. Elle peut est utilisée chez les enfants excitables, mais avec précautions : "la commission Européenne, ne la recommande pas avant 18 ans. En France, elle est déconseillée avant 12 ans ", avertit Amélie Mounier, naturopathe. L'eschscholtzia est également reconnu pour ses effets antispasmodiques légers. L'eschscholtzia est enregistré dans la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française.

L'eschscholtzia et psoriasis

L'eschscholtzia n'a pas d'indication pour le psoriasis.

L'eschscholtzia et le stress, l'insomnie

La plante est précieuse en cas de troubles anxieux, nervosité et insomnies, car dépourvu de toxicité, elle offre l'avantage de ne pas donner d'accoutumance. "Elle est surtout utilisée pour ses propriétés anti anxiolytique et sédatives en cas de crises d'anxiété ou d'angoisse, de nervosité ou d'insomnies." La naturopathe recommande de "l'associer avec d'autres plantes comme la verveine, le tilleul, la fleur d'oranger, la passiflore, l'aubépine, la mélisse, la camomille... pour favoriser une plus grande relaxation. A boire en tisane le soir par exemple ou en journée si on se sent envahi par une émotion trop vive."

L'eschscholtzia et dépression  

Cette plante ne traite pas la dépression en tant que telle puisqu'il s'agit d'un autre problème "plus profond, souligne la naturopathe, qui souvent ne se résout pas seulement avec les plantes." Il est nécessaire d'être prudent, et de faire la distinction.

Posologie : tisane, gélule, teinture-mère

  • En tisane : 1 cuillerée à soupe de plante sèche pour ¼ d'eau bouillante. Infuser 10 minutes. Boire 1 tasse par jour, loin des repas, et au coucher en cas d'insomnies.
  • En décoction : 1 cuillère à soupe de partie aérienne ou feuille pour 1 tasse d'eau froide, faire bouillir 2-3 min, puis laisser infuser 10 min hors du feu à couvert. Boire 1 tasse le soir avant de se coucher.
  • En gélule : le dosage est selon le produit choisi. Il faut se référer aux indications sur la boite pour la posologie.
  • En extrait hydro-alcoolique (teinture mère) : 25-30 gouttes dans un peu d'eau, 3 fois/ jour hors repas.  

Dangers

Il n'existe aucun danger si on respecte les doses.

Précautions et contre-indications

Il est conseillé de prendre l'eschscholtzia le soir, avant le coucher et d'éviter la prise d'alcool et de médicaments tranquillisants, qui augmenteraient les effets sédatifs et anxiolytiques de la plante, en s'additionnant. Même si l'eschscholtzia n'est pas un narcotique, contrairement au pavot (Papaver somniferum), en raison de sa teneur concentrée en alcaloïdes, l'Eschscholtzia californica est clairement contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitant et chez le jeune enfant. Ces conseils ne remplacent pas l'avis d'un médecin ou d'un pharmacien. Si les symptômes persistent ou s'aggravent, il convient de consulter rapidement son médecin traitant.

Effets secondaires indésirables

Il est possible de constater un état de torpeur dans de rares cas.

Merci à Amélie Mounier, naturopathe certifiée FENA, à Vincennes.

Phytothérapie