Mégalérythème (5ème maladie) : symptômes, contagion, traitement 

Le mégalérythème (également appelé "cinquième maladie") est une pathologie épidémique qui touche les enfants et qui est la plupart du temps bénigne et ne demande pas de traitement. Cette maladie représente un danger pour la femme enceinte. Explications avec le Dr Sylvie Hubinois, pédiatre.

Mégalérythème (5ème maladie) : symptômes, contagion, traitement 
© 123RF- Dmytro Panchenko

Définition 

"Le mégalérythème est une maladie éruptive de l'enfant, le plus souvent bénigne. Elle touche le plus souvent des enfants entre 5 et 10 ans, définit le Dr Sylvie Hubinois. Le mégalérythème ou 5ème maladie se déclenche après 6 à 14 jours d'incubation, après une transmission par voie respiratoire" précise-t-elle.

Mégalérythème épidémique 

"Le mégalérythème épidémique est le nom donné à l'éruption caractéristique de cette maladie" informe le Dr Sylvie Hubinois. Le mégalérythème épidémique est également appelé 5ème maladie ou érythème infectieux aigu. "Cette maladie est bénigne pour l'enfant le plus souvent. Il y a un cependant risque de complications pour les enfants présentant des maladies hémolytiques : thalassémie, drépanocytose, sphérocytose… Cela peut entraîner une anémie aiguë par absence de fabrication des globules rouges au niveau de la moelle" indique la pédiatre.

Contagion 

Le mégalerythème est provoqué par un virus à l'origine d'épidémies sans gravité. La transmission se fait par contact direct avec une personne infectée, soit en la touchant soit quand celle-ci éternue ou expire, et par contact indirect avec un objet auquel a touché la personne infectée. Elle peut également se faire par les transfusions sanguines, ou au cours de la grossesse. "Le mégalérythème est contagieux, mais pas autant que la varicelle par exemple. Il n'est pas une cause d'exclusion formelle de collectivité" souligne le Dr Sylvie Hubinois.

Causes 

"Le mégalérythème épidémique est dû au virus Parvovirus B19. Il survient plus souvent au printemps, sous forme de petites épidémies" précise la pédiatre.

Symptômes 

"Comme toutes les petites maladies virales, le mégalérythème se manifeste par une petite fièvre, une petite fatigue. Apparaît ensuite une éruption relativement caractéristique : les joues sont très rouges, comme souffletées, comme après une claque, puis cette éruption a une extension centrifuge et descend vers le tronc, les extrémités. Sur le thorax et les extrémités, l'éruption n'est pas rouge mais apparaît sous la forme de petites bandes ou macules rosées, indique la pédiatre. Certains enfants peuvent présenter de légères douleurs articulaires. Cette éruption peut avoir une évolution trainante de 2 à 3 semaines" précise le Dr Sylvie Hubinois.

Diagnostic 

La présence des symptômes suffit en général à poser le diagnostic de mégalerythème. "Lorsque les signes sont plus atypiques, et que l'on doit confirmer un diagnostic, deux tests peuvent être réalisés : un test diagnostique PCR (polymerase chain reaction) qui consiste en la recherche d'ADN dans les sécrétions oropharyngées, ou une sérologie qui recherche des anticorps. En cas de doute, une deuxième sérologie peut être effectuée 2-3 semaines plus tard" indique le Dr Sylvie Hubinois. Ces tests peuvent être réalisés pour confirmer un cas chez un enfant à risque de complications ou ayant dans son entourage une femme enceinte. "Une femme enceinte qui a eu des contacts avec un enfant infecté peut bénéficier d'un prélèvement sanguin afin de savoir si elle est immunisée" informe la pédiatre.

Traitement 

"Le mégalérythème ne nécessite pas de traitement en général d'autant plus qu'il n'occasionne souvent pas une forte fièvre. Si l'enfant n'est pas bien, on peut lui donner du Paracétamol, indique la pédiatre. Si les enfants à risque présentent une anémie, une transfusion sanguine doit être réalisée." Il n'existe pas de vaccin contre le mégalerythème épidémique, mais une fois qu'une personne a été infectée par le virus, elle est immunisée toute sa vie.

Mégalerythème et grossesse 

Si le mégalerythème n'a aucun caractère de gravité chez les enfants et les adultes en bonne santé, il présente des risques chez la femme enceinte. "La contamination d'une femme enceinte peut entrainer de graves complications pour le fœtus quel que soit le stade de la grossesse si la maman n'est pas immunisée" informe le Dr Sylvie Hubinois. Une femme enceinte qui a été en contact avec un enfant ou un adulte atteint de ce virus doit donc consulter rapidement un médecin.

Merci au Dr Sylvie Hubinois, pédiatre à Saint-Germain-en-Laye.

Santé du bébé et de l'enfant