15 idées reçues sur le sommeil

Il faut dormir au moins 8 heures pour être en forme, boire de l'alcool pour mieux s'endormir, bien chauffer la chambre pour avoir une nuit réparatrice... Les idées reçues sur le sommeil ont la peau dure. Décryptons 15 fausses croyances.

15 idées reçues sur le sommeil
© Jet Cat Studio - Adobe Stock

1. La chambre doit être chauffée pour bien dormir

FAUX. La température de la chambre est très importante pour aider à l'endormissement, mais elle ne doit pas être supérieure à 19°C (18°C même pour certains). Vous n'avez jamais remarqué que l'on dort moins bien l'été lors des fortes chaleurs ? Si votre corps aime la chaleur de la couette, il ne faut pas que l'air soit trop chaud. En effet, pour s'endormir le corps doit se refroidir de quelques dixièmes de degrés. Essayez donc en pleine canicule !

2. On peut se passer d'un oreiller

FAUX. Dormir à plat sur le matelas n'est pas conseillé pour avoir un sommeil de qualité. En effet, lorsque la tête est légèrement surélevée, les voies respiratoires sont désencombrées, la respiration est facilitée et votre sommeil sera plus réparateur. Pensez-y aussi particulièrement lorsque vous êtes enrhumé

3. Dormir dans le noir ne favorise pas le sommeil

FAUX. Pour la lumière, le conseil est de privilégier le noir. Et même si vous vous êtes couché après le soleil, fermez les volets pour éviter d'être réveillé par les premiers rayons alors que vous n'avez dormi que quelques heures. Un bandeau sur les yeux peut être une alternative aux volets clos.

4. Si on a rêvé, c'est qu'on a eu un sommeil réparateur

FAUX. D'autant plus que si le rêve n'était pas tout "rose", généralement le dormeur n'aura pas de sensation de bien-être au réveil. Le rêve ne dépend pas de la qualité du sommeil mais du moment du réveil. En effet, nous rêvons pendant la phase de sommeil paradoxal qui correspond à la phase d'endormissement et de réveil (sommeil donc très léger). Si le réveil a lieu pendant cette phase, nous nous souvenons généralement de notre rêve pendant quelques minutes. Si le réveil a lieu pendant une autre phase, alors on ne s'en souvient pas. Pour autant, ça ne signifie absolument pas que le sommeil n'était pas efficace puisque toutes ces phases se succèdent lors des multiples cycles d'une nuit de sommeil. Cependant, on peut dire que lorsqu'on se réveille avec un rêve en tête, c'est généralement qu'on se réveille sans alarme ou obligation et dans ces cas-là, la bonne humeur est plus courante.

5. Il faut dormir 8 heures pour être en forme

FAUX. La durée de sommeil idéale est très variable d'un individu à l'autre. Les études scientifiques estiment plutôt que selon les personnes il faut entre 6 h et 9 h de sommeil pour être en forme. Que vous soyez un petit ou un gros dormeur, ce qui compte c'est de vous réveiller avec la sensation d'avoir bien dormi. "Il n'est cependant pas utile de se coucher plus tôt pour avoir un sommeil de meilleure qualité. "A 20h ou à minuit, peu importe, ce qui compte c'est de se coucher quand on a envie de dormir, en fonction de ses propres besoins, selon que l'on est un couche-tôt ou un couche-tard. En revanche, ce qui est indispensable c'est de se coucher à heures régulières", précise le Pr Paquereau, neurologue. Reste que les enfants en bas-âge ont besoin de beaucoup plus et que de nombreux adultes se contentent de moins de 6 h par nuit. D'autant que la qualité du sommeil est aussi à prendre en considération. Dormir dans un environnement silencieux, obscur et sans être dérangé sera plus profitable que dans un endroit un peu bruyant et sans volets, par exemple. En somme, la formule "8 heures de sommeil" ne peut pas être une généralité et chacun doit trouver le nombre d'heures dont il a besoin pour ne pas être fatigué. Pas de secret pour ça : il faut écouter son corps et aller se coucher dès qu'on repère les premiers signes de fatigue (yeux qui picotent, bâillements...).

6. Trop dormir peut fatiguer encore plus

FAUX. On ne peut pas trop dormir. L'organisme est bien fait et lorsque le corps est "rechargé", le réveil est imminent. Par contre, un trouble du sommeil entraînant une sensation de fatigue constante malgré une bonne durée de sommeil peut être lié à une pathologie cachée. La fatigue récurrente est alors un symptôme. L'apnée du sommeil en est un bon exemple. Les personnes qui en souffrent dorment bien sans jamais souffrir d'insomnie. Pourtant, malgré les heures de sommeil, le réveil est toujours laborieux et elles sont souvent victimes de coups de fatigue dans la journée. En fait l'apnée du sommeil entraîne des troubles sur la récupération et nuit à la qualité du sommeil.  Ce n'est donc pas l'excès de sommeil qui est en cause en cas de fatigue "malgré une bonne nuit" mais plutôt la qualité du sommeil et parfois les causes de cette perte de qualité, qui peuvent être médicales. N'hésitez pas à en parler à votre médecin si vous ressentez une fatigue importante malgré un temps de sommeil qui vous parait suffisant.

7. Compter les moutons aide à s'endormir

FAUX. On nous conseille souvent d'utiliser cette technique ancestrale pour tomber plus facilement dans les bras de Morphée. Or, des chercheurs se sont sérieusement penchés sur la question et ont comparé plusieurs techniques d'endormissement, dont celle-ci. Et déception : le recensement des moutons des champs ne s'avère pas la meilleure technique pour s'endormir. La façon la plus efficace est d'imaginer une scène apaisante et de s'y voir évoluer comme, par exemple, une plage de sable chaud. En effet, la pensée de cette scène calme votre cœur, votre organisme s'endort facilement et le cerveau active le sommeil. A contrario, le décompte d'animaux entraînera, au contraire, une stimulation de votre cerveau pour compter encore et encore. Pas question donc de s'endormir dans la minute.

8. On peut mourir de manque de sommeil

FAUX. En mourir non, mais le corps est réglé pour se reposer quand il en a besoin, donc à moins de se forcer à lutter contre le sommeil, pas de risque vital. Toutefois la privation de sommeil a des conséquences très importantes sur la santé mentale et l'état psychologique. Elle fut d'ailleurs utilisée comme "torture" pour certains prisonniers des milices russes au temps de Staline. Outre des effets hallucinatoires et difficultés physiques qu'entraîne un important manque de sommeil, les séquelles peuvent parfois, même après repos, être définitives. La privation totale de sommeil, c'est-à-dire sans arrêt, est quant à elle fatale. Cette pathologie a même un nom "l'insomnie fatale familiale". Il s'agit d'une maladie génétique qui peut toucher plusieurs membres d'une même famille. Une quarantaine de familles dans le monde serait touchée par cette maladie qui se développe vers l'âge de 50 ans en moyenne. Débutant par une insomnie chronique, la maladie évolue par des hallucinations, des troubles de la conscience puis moteurs avant un état de démence. Aucun traitement n'existe à ce jour et l'issue est systématiquement fatale après 6 à 32 mois de symptômes croissants.

9. Boire de l'alcool aide à s'endormir

FAUX. On vous l'accorde, il est vrai que la consommation d'alcool entraîne un état de somnolence qui peut être le début d'une nuit de sommeil. Mais attention, la qualité du sommeil est dégradée par l'alcool et le réveil est en général accompagné d'un sentiment de fatigue (et mal de tête ou autres effets secondaires dus à l'alcoolisation de votre organisme). Les effets de l'alcool peuvent durer jusqu'à 6 heures donc même un verre de vin pris au cours du dîner peut nuire à la qualité de votre sommeil. Non seulement la consommation d'alcool est dangereuse pour la santé mais en plus elle augmente le risque d'apnée du sommeil et diminue les capacités de mémorisation. L'alcool n'est donc absolument pas une solution pour aider à l'endormissement ni pour passer une douce nuit. En cas de problème de sommeil, n'hésitez pas à consulter votre médecin qui saura vous conseiller et vous aider.

10. Ecouter de la musique facilite l'endormissement

FAUX. Pour bien s'endormir, l'atmosphère de la chambre doit être apaisante mais non stimulante (affiches sur les murs, lumières clignotantes...).De même, il est conseillé de dormir dans une pièce très silencieuse pour espérer bénéficier d'un sommeil réparateur. Si cela est possible, on évite de dormir côté rue et on préfère installer sa chambre côté cour, si vous habitez dans un immeuble en ville. De même il est préférable d'installer du double-vitrage si vous habitez dans un quartier bruyant  Si vous n'aimez pas le silence, évitez de vous endormir avec de la musique qui, en début et fin de morceau, entraînera des sursauts de votre part lors des variations de volume.

11. Stocker du sommeil est possible

FAUX. "On a besoin d'une certaine quantité de sommeil sur 24 h, généralement autour de 7 ou 8 heures. Ce temps de sommeil nous permet d'être efficace pendant la journée. A l'inverse, on a besoin d'une certaine quantité d'éveil pour pouvoir bien dormir. Ainsi, lorsqu'on dort 4 heures pendant la journée, le sommeil de la nuit est de moins bonne qualité, donc pas autant récupérateur", explique le Pr Paquereau. Si vous devez par exemple rouler de nuit et donc être dans un état de vigilance élevé, il est recommandé de faire une sieste avant de partir, préconise le Pr Paquereau.

12. Après une nuit blanche, il faut dormir toute la journée

FAUX. Vous avez fait une nuit blanche, vous tombez de sommeil au petit matin, épuisée. En revanche, votre organisme, qui est calé sur un rythme sommeil / veille bien établi, s'attend à se réveiller puisque, justement, c'est le matin. Résultat : votre sommeil va être plus léger donc de moindre qualité. Vous vous réveillerez avec l'impression d'être fatigué. "Plutôt que de dormir trop longtemps dans la journée, je conseille de faire une sieste en début d'après-midi et de se coucher 1 ou 2 heures plus tôt le soir", indique le Pr Paquereau. La nuit suivante sera récupératrice et tout rentrera dans l'ordre.

13. Ronfler veut dire qu'on dort profondément

FAUX. Aucun ronflement n'est normal, il est le signe que l'air s'écoule mal dans les voies aériennes supérieures. Les muscles qui contrôlent la langue et le palais se relâchent. Au passage de l'air, à l'inspiration, ces muscles devenus flasques et mobiles se mettent à vibrer et donc à faire du bruit. Ce n'est pas une maladie, mais c'est très gênant au quotidien. Le ronflement important et prolongé est plutôt associé à un sommeil moins réparateur car il peut être cause de micro-éveils. Cela peut même devenir dangereux lorsque la gorge est si petite qu'elle en arrive à se fermer pendant le sommeil. A ce moment là, l'air ne passe plus et on parle d'apnée du sommeil. Donc si votre entourage se plaint de vos ronflements, parlez-en à votre médecin.

14. On a moins besoin de sommeil en vieillissant

FAUX. Ce n'est pas parce qu'elles se lèvent aux aurores que les personnes âgées ont moins besoin de sommeil. A 30 ans, à 60 ans ou à 70 ans, les besoins ne varient pas quand on est en bonne santé. Pourtant, à les entendre, on pourrait parfois croire que les personnes âgées dorment très mal... C'est que, souvent, leur sommeil est de moins bonne qualité. A cause des siestes (21% des plus de 50 ans font la sieste pendant au moins 1 heure par jour) et du manque d'activité pendant la journée, le nombre et la durée des réveils nocturnes à en effet tendance à augmenter.

15. On peut apprendre une langue étrangère pendant son sommeil

FAUX. Il n'est malheureusement pas possible d'apprendre l'italien ou le japonais à l'aide un magnétophone posé sur la table de nuit. C'est une idée reçue. En revanche, le sommeil permet d'assimiler les informations emmagasinées la veille : le cerveau les trie et les classe dans des zones plus profondes afin qu'on les retienne mieux. Les neurones travaillent donc activement quand on est endormi. En période d'examens, il est donc recommandé de relire ses cours avant de se coucher et surtout de faire de bonnes nuits pour que le cerveau ait suffisamment de temps de les assimiler.