Shiitake : bienfaits, posologie, dangereux ?

Champignon parfumé d'origine asiatique, le shiitake est réputé pour stimuler les défenses naturelles de l'organisme. Il contribue à la diminution du taux de cholestérol dans le sang et protège le foie. Il est aussi étudié dans le traitement des cancers. Comment le prendre, à quelle dose ? Est-il sans danger ?

Shiitake : bienfaits, posologie, dangereux ?
© bbtreesubmission-123RF

C'est quoi le shiitake ?

Le shiitake est un champignon, cousin du cèpe, qui pousse au Japon sur l'arbre Shi, une espèce absente en Europe. Take signifie champignon en japonais. Il est particulièrement présent dans la cuisine chinoise, coréenne et japonaise, et reconnaissable à son chapeau brun arrondi. La majorité de la production actuelle en France est ensemencée sur un substrat de sciures, ou d'écorces de différentes variétés d'arbres, plus rarement sur des rondins de chêne blanc. Le shiitake est récolté au bout de 40 à 60 jours. Sa chair est ferme et a une saveur de bois plus prononcée lorsque celui-ci a poussé sur un rondin.

Nom de la plante

En France, le shiitake se nomme lentin du chêne, Lentinula edodes, ou Lentinus edodes. Xiang Xun, ou Xiang Gu en chinois.

Quels sont ses bienfaits santé ?

En Asie, le shiitake est considéré comme le champignon de longévité par excellence, depuis des millénaires. Il est surnommé "élixir de vie". Un grand nombre de recherches scientifiques lui sont consacré. Ses polysaccharides et son principe actif spécifique (le lentinan) sont antioxydants. Ils freinent la formation de radicaux libres dans l'organisme, ce qui ralentit le vieillissement des cellules. Mais son action ne s'arrête pas là. Diverses études ont démontré ses propriétés :

  • Anticancer : "sur tous les cancers, et en particulier sur celui de la prostate, les cancers pulmonaires" précise Alain Tardif, naturopathe, également "sur les cancers digestifs", celui de l'estomac, mais aussi sur celui du col de l'utérus par son activité immunostimulante, protecteur vis-à-vis du développement des tumeurs. "Au Japon, le lentinan, extrait du shiitake, est considéré comme efficace et constitue le principe actif de médicaments utilisés dans le traitement des cancers, du tube digestif notamment. Ils sont administrés par voie intraveineuse, en même temps que la chimiothérapie. Son action reposerait sur leur capacité à stimuler les défenses immunitaires " explique le naturopathe. Pour le Dr Jean-Michel Morel, médecin phytothérapeute, l'usage du shiitake "est intéressant en prévention, à deux niveaux : en cas de risques avérés de développement cancéreux, ou après un cancer traité, en prévention des récidives".
  • Hypoglycémiant (léger) sur le diabète gras. Il semble aussi lutter contre l'obésité (en transformant les graisses en énergie), et contre le syndrome métabolique (soit des troubles de santé d'origine lipidique, glucidique ou vasculaire associés à un excès de poids, et se caractérise par une obésité abdominale).
  • Hypocholestérolémiant, capable de diminuer une hyperlipidémie, soit une augmentation du taux de lipide dans le sang.
  • Hépato-protecteur : il aide au traitement de l'hépatite chronique, de l'excès de graisse autour du foie.
  • Fortifiant : le shiitake est un fortifiant général, utile au cours d'une convalescence, d'épisodes de fatigue, de faiblesse de la personne âgée, en cas d'anémie.
  • Immunostimulant : le shiitake renforce les défenses immunitaires. Il rend plus résistant face aux virus.

Quel rôle contre le papillomavirus ?

De récentes études* ont permis de démontrer qu'un extrait de shiitake hautement standardisé de composés actifs (AHCC), contenus dans le mycélium de ce champignon, est immunostimulant chez les personnes infectées par le papillomavirus (HPV), en favorisant une réponse immunitaire régulée et protectrice. Cette réponse immunitaire vaut aussi en cas d'infection par le virus de la grippe, de l'hépatite C, de l'herpès, de l'hépatite B et du VIH. Si le résultat des études divise encore le monde médical, et que les autorités sanitaires européennes se sont prononcées pour l'interdiction de l'allégation de santé relative à la stimulation des défenses immunitaires pour les compléments alimentaires contenant du shiitaké, par manque de preuves convaincantes sur leur efficacité, le shiitake est utilisé de manière empirique pour stimuler le système immunitaire, et en prévention des cancers.

Combien de calories ?

Le shiitake "est très peu calorique : 0,02 % de graisse et pauvre en sucre" indique Alain Tarif. Il est par ailleurs source de vitamines du groupe B, de cuivre, de sélénium et de zinc. "La consommation de shiitake en cuisine agit comme un complément à une cure par complément alimentaire. Cette consommation ne peut pas prétendre à une utilisation en traitement", précise le naturopathe.

Posologie

"La formulation en ampoule où macérât (décoction du carpophage du champignon) est plus efficace" que les poudres en gélules contenant du mycélium, explique le naturopathe. "Ces formulations buvables ont une meilleure bio disponibilité, et sont donc plus assimilable" par l'organisme.

  • En prévention : "1 ampoule par jour, ou 1 cuillère à café par jour, sur 1 mois"
  • En curatif : "en dose d'attaque : 2 à 3 ampoules par jour, ou 2 à 3 cuillères à café par jour, le matin à jeun dans un peu d'eau, ou pur, conseille Alain Tardif. Pour les adolescents, diviser le dosage par 2. La cure peut être prise sur 2 mois tous les trimestres et tout le long du traitement de chimiothérapie". Il est possible "d'alterner la prise du shiitake avec celle d'un autre champignon, le chaga qui booste les effets du shiitake".

Le shiitaké frais ou séché doit être bien cuit,

Dangers et effets secondaires

"Le shiitake ne doit pas être consommé frais, séché ou non cuit. Il peut entrainer des intolérances ou des allergies dans les 24 heures après son ingestion" averti le Dr Jean-Michel Morel. "Il est conseillé de préparer le shiitake en le portant à ébullition pendant 20 minutes, afin de l'utiliser sans risque d'effets secondaires" ajoute le naturopathe. Les effets secondaires observés sont "des éruptions de boutons après la prise de gélules, car le produit est moins bien assimilable" par l'organisme. "Des diarrhées liées à la médiocre qualité du produit, mais aussi des maux de tête car les champignons peuvent être pollués par le plomb notamment. Il faut donc s'assurer de consommer des produits de culture bio", préconise Alain Tarif.

Précautions d'utilisation

Le shiitaké frais ou séché doit être bien cuit, "bouilli 20 minutes" conseille le naturopathe. La consommation de shiitake crue ou trop peu cuit expose à des effets secondaires de toxicité significative. Il déclenche "des dermites allergiques, "flagélées", soit l'apparition de trait rouge en ligne sur les membres et le torse, comme une flagélation, dans les 24 heures suivants son ingestion, en cuisine ou en complément alimentaire " indique le médecin.

Contre-indications

Les personnes atteintes "de diarrhées, de la maladie de Crohn, de maladies auto-immunes, ou ayant reçu une greffe d'organes doivent s'abstenir de consommer du shiitake", conseille le naturopathe.

Mercis à Jean-Michel Morel, Médecin généraliste, chargé de cours à la faculté de Besançon, et président du syndicat national de la phyto-aromathérapie ; et à Alain Tardif, naturopathe, fondateur de l'école de naturopathie AEMN, auteur de " Traité de mycothérapie, tout savoir sur les champignons médicinaux ", Editions Dangles.

Source : *Evaluation d'un mélange hautement standardisé de composés actifs dérivés de cultures de Lentinula edodes mycelia (AHCC) en supplémentation pour moduler l'immunité humaine afin d'éliminer les infections à papillomavirus humain à haut risque. Menée en 2019 par Smith JA, Mathew L, Gaikwad A, Rech B, Burney MN, Faro JP, et al., du laboratoire Bedside.

Bienfaits et méfaits des aliments