Emollient : rôle, crème, laxatif, exemples, c'est quoi ?

Les émollients sont des agents retrouvés dans bon nombre de produits dermatologiques et cosmétiques. Ils sont souvent recommandés en cas de pathologies cutanées fragilisant l'épiderme, telles que l'eczéma ou la dermatite atopique. Qu'est-ce qu'un émollient ? Quelles sont les crèmes émollientes et leurs dangers ?

Emollient : rôle, crème, laxatif, exemples, c'est quoi ?
© serezniy-123RF

Qu'est-ce qu'un émollient ? 

Un émollient est une substance chimique ou naturelle qui calme, amollit, adoucit, détend et relâche les tissus tels que la peau, les muqueuses ou les tissus internes. Ils agissent en maintenant un niveau d'hydratation suffisant au niveau des tissus et en les protégeant des agressions extérieures en formant une barrière protectrice. Les émollients se présentent généralement sous forme de crèmes, de baumes, d'huiles, de beurres, de cires, de pommades, d'onguents ou de pâtes. En dermatologie, ils sont utilisés dans des préparations dermo-cosmétiques ou des dispositifs médicaux afin de réduire les sécheresses et les déshydratations cutanées, ainsi que dans le soin de certaines maladies de peau (eczéma, psoriasis, dermatites atopiques, etc.). Les émollients se retrouvent de la même manière dans les produits de soins des ongles et des cheveux (secs ou abîmés). Dans les troubles du transit tels que la constipation, des laxatifs à propriétés émollientes peuvent également être utilisés afin de ramollir la consistance des selles et de favoriser leur évacuation.

Quels sont les laxatifs émollients ? 

Les laxatifs émollients (ou lubrifiants) contiennent des corps gras tels que la paraffine liquide et facilitent ainsi le passage des selles dans l'intestin, sans avoir à forcer pour les évacuer. Ils sont particulièrement intéressants en cas de constipation post-accouchement, après une chirurgie du tube digestif bas ou en cas d'hémorroïdes ; en effet les efforts pour évacuer les selles sont réduits grâce à l'action du corps gras, qui les ramollit et les lubrifie. Certains associent un corps gras avec un autre type de laxatif (osmotiques, de lest ou stimulant). Les laxatifs émollients commercialisés sont notamment l'huile de paraffine, (Cooper®, Gifrer®, Gilbert®), Lansoÿl®, Restrical®, Melaxose®, Melaxib®, Transulose®, Parapsyllium® ou encore Laxamalt®. Ils sont généralement bien tolérés bien qu'ils puissent néanmoins provoquer de légères nausées, des vomissements, des crampes abdominales et des diarrhées. Du fait qu'ils contiennent un corps gras, les laxatifs émollients peuvent, lors d'une utilisation prolongée, diminuer l'absorption des vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K). Les laxatifs émollients ne doivent pas être utilisés en cas d'occlusion intestinale, en cas de douleurs abdominales de cause inconnue ainsi qu'en cas de difficultés à avaler. Le risque majeur lors de l'utilisation d'un laxatif lubrifiant est le passage accidentel du produit dans les bronches, qui peut se produire notamment lors de vomissements, de troubles de la déglutition ou encore de reflux gastro-œsophagien. Ce passage accidentel dans les bronches peut entraîner des complications pulmonaires importantes. C'est pourquoi les laxatifs émollients doivent être pris au moins 2 heures avant le coucher et ne doivent pas être utilisés chez les personnes âgées (souvent alitées et/ou présentant des difficultés à avaler) ainsi que chez le jeune enfant. Les laxatifs à base de corps gras ne doivent pas être chauffés ni servir à la cuisson des aliments.

Quelles sont les crèmes émollientes ? 

Les crèmes émollientes sont variées et les laboratoires pharmaceutiques et dermo-cosmétiques multiplient les références. On peut trouver des préparations cutanées sous forme de crèmes, de baumes, d'huiles, d'onguents ou de pommades. Leur composition est variée, des émollients chimiques aux émollients naturels associés à des agents hydratants, relipidants et réparateurs.

Les crèmes émollientes ne doivent pas être appliquées sur une plaie

Ces produits de soins peuvent aussi bien être utilisés pour les pieds (sécheresse, crevasses, callosités), pour les mains, pour les ongles (exemple : ongles secs) ou encore pour le corps ou le visage en cas de sécheresse cutanées ou de pathologies particulières fragilisant et asséchant l'épiderme (eczéma, dermatites atopiques, psoriasis, brûlures, etc.). Leurs propriétés sont le ramollissement de la peau, son hydratation, son assouplissement et sa protection par effet barrière. Les crèmes émollientes nourrissent et protègent l'épiderme tout en le réparant. Elles peuvent être utilisés ponctuellement ou de façon prolongée (en usage quotidien), en fonction des produits. Les textures et la galénique varie, en fonction de leur composition : certaines crèmes émollientes sont plus grasses que d'autres, pénètrent dans la peau plus ou moins rapidement et laissent une sensation plus ou moins collante après l'application. Parmi les crèmes et baumes émollients, les plus répandus sont les suivants : la vaseline (Cooper), Glycérol/vaseline/paraffine®, Aloplastine®, Oxyplastine®, Dexatopia®, Biafine®, Cicabiafine®, Trixera® (Avène), Ictyane® (Ducray), Exomega® (Aderma), Lipikar® (La Roche Posay), Stelatopia® (Mustela), DA® (Topicrème), Xémose® (Uriage), Aquaphor® (Eucerin) ou encore Topialyse® et Xerial® (SVR). Les laboratoires qui les commercialisent déclinent généralement la gamme en proposant également des huiles ou des crèmes lavantes à visée protectrice et émolliente. Les principaux effets indésirables de ces crèmes émollientes, bien qu'ils soient peu fréquents, sont des irritations, des rougeurs, des démangeaisons, de l'urticaire, de l'eczéma ou des réactions allergiques. Les crèmes émollientes ne doivent pas être appliquées sur une plaie, une lésion infectée ou en pansement occlusif.

Quels sont les émollients contre l'eczéma ?

Les émollients contre l'eczéma visent à limiter les poussées d'eczéma, tant dans la durée des crises que dans leur fréquence et leur intensité. Ils permettent de réparer la peau, d'éviter l'évaporation excessive (et ainsi la sécheresse cutanée) et de protéger la peau contre les agressions extérieures. Ils peuvent se présenter sous forme de baumes, de pommades, d'huiles, de crèmes, d'émulsions, d'onguents ou de laits. Les médicaments émollients indiqués dans l'eczéma sont le Glycérol/vaseline/paraffine® et le Dexatopia®. Toutes les crèmes et baumes émollients commercialisés par les laboratoires dermo-cosmétiques peuvent également être utilisés, en soins ponctuels ou quotidiens.

Quels sont les émollients pour les cheveux ? 

Les émollients protègent les cheveux de la perte d'humidité. Ils forment un film protecteur le long de la fibre capillaire, ce qui empêche l'hydratation présente de s'évaporer. Une multitude de marques et enseignes de dermatologie ou de cosmétique, spécialisées ou non dans les soins capillaires, commercialisent des produits réparateurs pour les cheveux secs ou abîmés, qui sont formulés à base d'émollients. Il peut s'agir d'émollients naturels (généralement des huiles, des cires et des beurres végétaux) ou d'émollients chimiques (huiles minérales issues du pétrole). Ces émollients sont essentiellement constitués de phospholipides, d'acides aminés et d'acides gras.

Quels sont les émollients naturels ?

Divers émollients naturels existent, tels que : 

D'autres émollients naturels comme la glycérine végétale sont utilisés dans l'élaboration de spécialités dermo-cosmétiques.

Types de médicaments