Allergie au chlore : symptômes, yeux, nez, soigner

Le chlore désinfecte l'eau dans les piscines, mais il y en a aussi une faible dose dans l'eau du robinet et dans certains produits ménagers. Quels sont les symptômes d'une allergie ? Comment la soigner ? Réponses avec le Dr Dominique Tripodi, chef du Service Pathologie Professionnelle Environnementale au CHU de Nantes, et Martine Cauchy, naturopathe.

Allergie au chlore : symptômes, yeux, nez, soigner
© evgeniyasheydt - 123RF

Quels sont les symptômes d'une allergie au chlore ? 

Ce que l'on appelle communément une "allergie au chlore" est en fait une réaction très vive à un ou plusieurs irritants comme le dichlore et la chloramine. "Ces réactions peuvent se manifester à différents niveaux", explique le Dr Dominique Tripodi, chef du Service Pathologie Professionnelle Environnementale au CHU de Nantes.

  • sur la peau : on ne constate aucun cas d'allergie au chlore mais surtout des dermites irritatives (irritation de la peau ou des yeux) ;
  • sur le plan respiratoire, le chlore a deux actions : soit il va créer de l'irritation et déclencher des crises d'asthme chez des personnes déjà asthmatiques ; soit créer de véritables asthmes mais ce sont alors des asthmes reconnus en maladie Professionnelle chez des agents d'entretien exposés tous les jours aux vapeurs de chloramine.
  • des intolérances aux odeurs chimiques

Certaines réactions disparaissent peu de temps après l'arrêt de l'exposition (c'est généralement le cas des démangeaisons par exemple), tandis que d'autres peuvent persister un certain temps.

Quelles sont les causes ?

Les chloramines peuvent être particulièrement irritantes pour les yeux et la peau

Avec ses effets oxydant (contre les bactéries, les virus et les champignons), désinfectant et algicide (contre les algues), le chlore (ou plutôt le dichlore) est utilisé pour traiter de façon efficace l'eau des piscines publiques. Comme il s'agit d'un irritant, il est souvent accusé d'être responsable de réactions allergiques. Or c'est souvent la chloramine, un élément dégradé du chlore, qui est en cause. Ce gaz volatil se forme à la surface de l'eau lorsque le chlore entre en contact avec des matières organiques comme la salive, les peaux mortes ou les urines. "Les chloramines peuvent être particulièrement irritantes pour les yeux et la peau, et générer des symptômes respiratoires", précise notre interlocuteur.

Quand et qui consulter ?

"Dans un premier temps, le médecin référent est toujours le médecin traitant, poursuit le Dr Tripodi. Dans un second temps, en cas de réaction sur la peau persistante, vous pouvez consulter un dermatologue, un dermato-allergologue ou un allergologue. En cas de gêne respiratoire, un pneumologue, un pneumo-allergologue ou un allergologue. Si vous êtes un professionnel, pisciniste, agent d'entretien des piscines, il faut suspecter une maladie professionnelle et vous pouvez consulter votre médecin du travail ou le Centre de Pathologie Professionnelle et Environnementale du CHU le plus proche de chez vous".

Quel est le diagnostic ?

Le diagnostic doit être fait par le médecin traitant ou un spécialiste (dermatologue, dermato-allergologue, allergologue, pneumologue, pneumo-allergologue). "Les différents spécialistes réaliseront au cours de la consultation un interrogatoire sur la recherche des antécédents, notamment atopiques, et la description des troubles. Ils réaliseront si besoin des tests allergologiques appropriés cutanés ou respiratoires", complète notre interlocuteur.

Quels sont les traitements ?

"Le traitement repose sur la prévention", résume le Dr Tripodi.

  • Bien se laver après la baignade avec un savon doux, surgras, sans parfum, au pH neutre.
  • Bien rincer les muqueuses (nez, bouche).
  • Passer une crème émolliente hypoallergénique sur le corps après chaque baignade.
  • Utiliser un pince-nez et des lunettes de piscines pour éviter le contact avec les muqueuses.

Les asthmatiques peuvent prendre leur traitement (ventoline par exemple) avant et après la baignade. En cas de rhinite, le médecin peut prescrire des antihistaminiques ou des sprays nasaux à base de corticoïdes. "Il existe également des méthodes naturelles pour travailler sur les allergies comme la méthode NAET (Nambudripad's Allergy Elimination Techniques), la méthode Bye-Bye Allergies ou la méthode JMV ®, ajoute Martine Cauchy, naturopathe. Mais en aucun cas le traitement médical ne doit être arrêté".

Coté soin, la naturopathe préconise des sprays nasaux à base d'eau de Quinton, de miel de Manuka ou d'huiles essentielles pour nettoyer les muqueuses et des huiles végétales à utiliser après la baignade pour hydrater la peau et limiter les réactions au chlore..

Allergie au chlore de l'eau du robinet : que faire ?

En France, l'eau du robinet est l'un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l'objet d'un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire, rappelle le site du Ministère de la Santé. Ainsi conformément aux normes prévues par la législation française, l'eau du robinet ne contient que très peu de chlore, représentant l'équivalent de 0,1 mg par litre d'eau au robinet. Ce faible taux ne peut pas causer d'allergie au chlore.

Merci au Dr Dominique Tripodi, MD, PhD en Biologie de la Santé. Médecin agréé en Expertise Médicale. Chef du Service Pathologie Professionnelle Environnementale au CHU de Nantes et à Martine Cauchy, naturopathe à Caluire-et-Cuire (69), et membre du réseau Medoucine.