Maladie psychosomatique : définition, liste, traitements

Chargement de votre vidéo
"Maladie psychosomatique : définition, liste, traitements"

Les maladies psychosomatiques se caractérisent par des symptômes physiques aggravés par des facteurs émotionnels ou psychiques comme le stress. Ulcère de l'estomac, colopathie fonctionnelle, psoriasis, eczéma, asthme... Découvrez quelques exemples de maladies psychosomatiques et comment les soigner avec le Dr Paul Malekpour, psychiatre à la clinique des Boucles de la Seine.

Définition : qu'est-ce qu'une maladie psychosomatique ?

"Une maladie psychosomatique correspond à un désordre à point de départ somatique ou physique, dit lésionnel, mais modifié voire aggravé pas des facteurs psychologiques, tels que le stress ou tout autre événement de vie perturbateur", explique le Dr Paul Malekpour, psychiatre à la clinique des Boucles de la Seine.

Causes 

Il existe un support ou terrain lésionnel à ces maladies. On parle alors de "vulnérabilité" des sujets atteints. On peut attribuer un rôle déclencheur aux événements de stress traumatisants. "Il faut comprendre que dès notre conception, au stade embryonnaire, notre système nerveux partage une origine commune avec d'autres structures telles que la peau ou différentes barrières avec l'extérieur (tube digestif, bronches…). Il en résulte une anatomie complexe avec ces différents éléments enchevêtrés. Par ailleurs, notre corps est soumis au bon vouloir, conscient ou inconscient, du système nerveux viscéral, via des structures sensibles aux émotions et situées au cœur de notre cerveau. Enfin, le stress induit de façon globale des modifications de l'immunité et de l'inflammation au niveau de l'organisme", souligne le psychiatre.

Symptômes

La liste des symptômes provoqués par les maladies psychosomatiques n'est pas exhaustive. Certains troubles sont néanmoins plus fréquemment rencontrés et peuvent évoquer une maladie psychosomatique. Les maladies de peau (eczéma, psoriasis, éruptions cutanées), les troubles gastro-intestinaux comme les troubles du transit, la rectocolite hémorragique et les ulcères gastriques, les inflammations chroniques ou les troubles du sommeil peuvent ainsi présenter une forte composante psychosomatique. Les troubles respiratoires (asthme), les troubles urinaires, certaines maladies infectieuses (herpès, zona), les troubles sexuels (troubles de l'érection, vaginisme) ou encore certains troubles cardiaques (hypertension artérielle, tachycardie) nécessitent également de rechercher des facteurs psychologiques ou émotionnelles. 

Exemples de maladies psychosomatiques 

  • La colopathie fonctionnelle ou intestin irritable : le patient peut se plaindre d'alternance de constipation et diarrhées en fonction de son état psychologique, les coloscopies revenant normales.
  • L'eczéma et l'asthme : ces pathologies ont comme point commun leur terrain allergique cutané ou bronchique. Lors de périodes de stress, elles peuvent être explosives sous forme de crises pouvant être dangereuses dans le cas de l'asthme.
  • La dépression mentale : "l'anxiété est à la fois un symptôme et un facteur d'aggravation dans ce cas précis, avec de nombreuses plaintes physiques telles que fatigue, trouble du sommeil, trouble du transit, trouble sexuel, trouble de la concentration et de la mémoire", commente le spécialiste.
  • Les céphalées
  • Les coronaropathies, les coliques idiopathiques, les troubles de l'érection, le vaginisme...

​​​​​Diagnostic

"Il est primordial de réserver les maladies psychosomatiques à un diagnostic d'élimination, c'est-à-dire après avoir recherché des maladies graves purement physiques", prévient le Dr Paul Malekpour. Un interrogatoire médical permet d'identifier d'éventuelles causes psychologiques ou émotionnelles (angoisse, anxiété, surmenage ou encore émotivité…). Le médecin peut ainsi être amené à interroger son patient sur son mode de vie, sur de récents événements ou sur d'éventuels facteurs stressants ou traumatisants. Toute autre cause purement somatique peut être éliminée en effectuant des analyses biologiques ou des examens complémentaires. Un examen physique complet est donc recommandé. 

Comment guérir d'une maladie psychosomatique ?

Les maladies psychosomatiques doivent être traitées à deux niveaux : une prise en charge des symptômes physiques avec un traitement ciblé sur les symptômes de la maladie initiale, et une prise en charge psychologique ou psychiatrique avec des psychotropes dans les cas les plus invalidants. "On ne peut pas guérir d'une maladie psychosomatique stricto sensu, en revanche l'objectif est d'atteindre une rémission de celle-ci, c'est-à-dire qu'elle reste silencieuse et invisible", nuance le psychiatre.

Traitement médical

Un traitement médical adapté permet de soulager des symptômes psychosomatiques lorsqu'ils le nécessitent, ou pour atténuer la crise : anti-inflammatoires, antiallergiques, régulateurs de transit... Ces médicaments sont prescrits en fonction des symptômes observés. La prise d'antidépresseurs et d'anxiolytiques peuvent également s'avérer utile dans certains cas. Ces traitements nécessitent un suivi médical et un accompagnement psychologique. 

Prise en charge et suivi psychologique

En fonction des symptômes et de l'état de santé du patient, les causes d'une maladie psychosomatique peuvent être traitées par une thérapie et un suivi régulier par un psychologue ou un psychiatre. La somatopsychologie est aussi une alternative. 
Une meilleure hygiène de vie est recommandée afin de réduire le stress et l'anxiété : alimentation équilibrée, sommeil de qualité, activité physique. Certaines techniques de gestion du stress peuvent être efficaces (relaxation, yoga, hypnose…). 

Merci au Dr Paul Malekpour, psychiatre à la clinique des Boucles de la Seine.