Kyste pilonidal : c'est quoi, comment se passe l'opération ?

Le kyste pilonidal se développe juste au-dessus du sillon inter fessier. Souvent indolore et quasi-imperceptible, il peut s'inflammer ou s'infecter et faire mal, très mal… nécessitant alors une opération. Focus avec le Docteur Charlotte Favreau-Weltzer, gastro-entérologue proctologue.

Définition

Le kyste pilonidal (kyste sacrococcygien) est une petite poche close ayant une membrane distincte qui se développe le plus souvent juste au-dessus du pli qui sépare les 2 fesses (sillon inter fessier), le long du coccyx. On parle également de sinus pilonidal. 

Symptômes

"Le plus souvent, le kyste pilonidal ne provoque aucun symptôme" signale le Dr Favreau-Weltzer : seule la présence de petites fossettes au niveau de la raie des fesses peuvent signaler sa présence. "Mais s'il s'inflamme, il peut devenir douloureux lorsqu'on le touche ou lorsque l'on s'assied dessus et il peut s'infecter et créer un abcès avec une poche de pus qu'il faut vider" poursuit-elle. Dans ce cas, la douleur devient vive, permanente et pulsatile. "Alors, les gens n'arrivent plus à s'asseoir, plus à marcher, plus à dormir" précise la gastro-entérologue.

Causes

Le kyste peut-être congénital, c'est-à-dire présent dès la naissance, ou acquis et provenir d'un poil qui s'incarne au niveau du sillon inter-fessier, se met en boule et provoque un kyste. "On regroupe ces deux affections sous le terme de "maladie pilonidale" parce qu'il y a des poils dedans" précise la spécialiste. Il peut ne pas être gênant du tout, puis peut s'inflammer et/ou s'infecter.

Diagnostic

Le diagnostic est clinique. Il est posé par un médecin après la palpation du kyste et l'observation de signes inflammatoires quand il y en a. Lorsque le kyste est infecté, un prélèvement peut être effectué pour déterminer le germe en cause.

"On estime qu'il touche entre 2 et 3 hommes pour 1 femme."

Fréquence chez la femme

Le kyste pilonidal est plus fréquent chez l'homme que chez la femme. "On estime qu'il touche entre 2 et 3 hommes pour 1 femme" signale le Dr Favreau-Weltzer. Le kyste pilonidal affecterait 0,7% de la population générale.

Laser

"Le laser n'a pas tellement sa place dans le traitement du kyste pilonidal" explique le Dr Favreau-Weltzer. "Le laser compte parmi les techniques dites "micro-invasives" qui sont intéressantes parce que les patients ont moins mal et cicatrisent beaucoup plus vite mais sont beaucoup plus à risque de récidive que la chirurgie conventionnelle" ajoute-t-elle.

Opération

Le traitement le plus conventionnel et le plus souvent utilisé est la résection chirurgicale qui permet d'enlever le kyste dans son intégralité. L'opération se fait sous anesthésie générale, en ambulatoire.

Cicatrisation

Le délai de cicatrisation est de près de 2 mois. La plaie n'est en effet pas refermée afin d'éviter une nouvelle infection. Il faut donc attendre que la peau se reconstitue, ce qui demande du temps. Le kyste peut récidiver. Il y a des soins infirmiers pendant ces deux mois suivant l'opération. Il y a des points en général, le plus souvent rétractables. Aucune méthode scientifique n'a fait ses preuves  dans l'amélioration de la cicatrisation. Le miel de Manuka pourrait éventuellement être une piste selon le Dr. Favreau-Weltzer. L'arrêt de travail dépend de la profession exercée par le patient. 

Merci au Docteur Charlotte Favreau-Weltzer, gastro-entérologue.