Choc anaphylactique : vaccin Covid-19, signes, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Choc anaphylactique : vaccin Covid-19, signes, que faire ?"

Le choc anaphylactique (anaphylaxie) est une réaction allergique grave. 1 personne sur 100 000 pourrait en être victime suite à l'injection du vaccin anti Covid-19 (Pfizer), rapporte Olivier Véran. Quels sont les signes ? Les traitements ? Que faire quand ça survient ? Appeler le 15 ? Injecter de l'adrénaline ?

[Mis à jour le vendredi 15 janvier à 12h36] Le choc anaphylactique, ou anaphylaxie, est une réaction allergique grave. Il peut engager le pronostic vital s'il n'est pas prise en charge rapidement et constitue une urgence médicale. Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 peuvent, comme tous les vaccins, entraîner un choc anaphylactique. A date, 1 personne sur 100 000 développe un choc anaphylactique avec le vaccin anti Covid-19 du laboratoire Pfizer, selon une étude menée par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) et dévoilée le 6 janvier 2021. À titre de comparaison, le vaccin contre la grippe provoquerait en moyenne 0,1 choc anaphylactique pour 100 000 doses administrées. Malgré tout, le choc anaphylactique reste très rare pour le vaccin Pfizer. Les autorités sanitaires américaines estiment ainsi que les bénéfices de la vaccination sont bien supérieurs aux risques potentiels de choc anaphylactique. Quels sont les signes d'un choc anaphylactique ? Les causes ? Que faire quand ça arrive ? Quels sont les traitements pour se remettre d'un choc anaphylactique ? Injecter de l'adrénaline ? Réponses. 

Définition : c'est quoi un choc anaphylactique ?

Le choc anaphylactique est provoqué par une réaction allergique très violente, c'est d'ailleurs la plus sévère des réactions allergiques, qui doit être rapidement prise en charge par une équipe médicale car il peut entraîner la mort. Le facteur allergisant (allergène) provoque une réaction anaphylactique après un deuxième contact avec le sujet (le premier contact provoque une sensibilisation à l'allergène). Il peut être provoqué notamment par des aliments comme des fruits de mer, le lait de vache et l'arachide, mais aussi par les piqûres de guêpes ou d'abeilles, certains antibiotiques, le latex, des vaccins, ou encore des produits utilisés pour une anesthésie locale ou générale.

Vaccin Covid-19 (Pfizer) : quels sont les risques de faire un choc anaphylactique ?

Les symptômes sont apparus entre 2 minutes et 2h30 après l'injection du vaccin

Selon une analyse menée par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) dévoilée le 6 janvier 2021, environ une personne sur 100 000 présenterait une réaction allergique grave - choc anaphylactique - après avoir reçu une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. Dans le détail, 21 cas de chocs anaphylactiques ont été recensés par les autorités américaines sur 1 893 360 injections du vaccin effectuées entre le 14 et le 23 décembre 2020, soit un taux de 11,1 chocs anaphylactiques par million de doses administrées. Une enquête est en cours pour connaître la cause de ces chocs anaphylactiques. Cela pourrait être dû, selon l'une des hypothèses avancées, à la présence de polyéthylène glycol dans le vaccin. Une substance couramment présente dans la composition des dentifrices ou des shampoings, mais qui, pour la première fois, entre dans la composition d'un vaccin. Rappelons que pour l'heure, le vaccin Pfizer est le seul vaccin administré en France pour être protéger d'une infection au Covid-19. En France, un seul cas de réaction allergique au sérum a été recensé, a déclaré ce 12 janvier Olivier Véran, ministre de la Santé.

>> Profil des victimes : les 21 cas répertoriés étaient des personnes de 27 à 60 ans (âge médian de 40 ans). 90% d'entre elles étaient des femmes. Les symptômes (éruptions cutanées, urticaire, impression d'étouffement, gonflement de la langue, difficultés à respirer, lèvres gonflées, nausée, toux persistante...) sont apparus entre 2 minutes et 2h30 après l'injection du vaccin. Personne n'est décédé, mais 4 personnes ont dû être hospitalisées (dont 3 en soins intensifs) et 17 ont été prises en charge dans un service d'urgence. 

Symptômes : quels sont les signes d'un choc anaphylactique ?

Les symptômes d'un choc anaphylactique reprennent l'ensemble des signes cliniques d'un choc d'apparition brutale, et secondaire à un contact avec une substance ayant causée ces symptômes.

► Apparaissent d'abord :

  • des démangeaisons,
  • urticaire,
  • un œdème du visage et des lèvres,
  • une détresse respiratoire en rapport avec un œdème laryngé.

► Survient ensuite un tableau de choc anaphylactique correspondant à une insuffisance circulatoire aiguë qui regroupent l'ensemble de symptômes en lien avec un défaut d'oxygène au niveau des tissus :

  • tachycardie,
  • hypotension,
  • pâleur cutanée,
  • froideur et cyanose des extrémités,
  • confusion voire un coma.

Choc anaphylactique et tampon : symptômes, causes ?

Le syndrome du choc toxique est une maladie rare qui touche essentiellement, mais non exclusivement, les jeunes femmes qui utilisent des tampons hygiéniques pendant leurs règles. On ne sait pas exactement pourquoi elles sont victimes de ce syndrome, mais on a retrouvé, dans le vagin et sur le col de l'utérus de ces femmes réglées, des souches d'une bactérie, le Staphylococcus aureus (ou staphylocoque doré) productrice de la toxine TSST-1. Dans certains cas, les tampons pourraient faciliter la multiplication de ce germe qui colonise le vagin, la production de la toxine TSST-1 et son passage dans la circulation Il n'a rien à voir avec le choc anaphylactique qui lui est une réaction allergique.

Quel est le diagnostic d'un choc anaphylactique ?

Le diagnostic du choc anaphylactique doit être rapide. Il repose sur des symptômes typiques qui surviennent subitement et qui progressent dans les minutes à heures après une exposition à un allergène connu ou potentiel. Ils impliquent un risque vital (atteinte des voies aériennes, difficultés respiratoires, hypotension) ou une symptomatologie digestive (diarrhées, vomissements). Une réaction allergique cutanée isolée (locale ou généralisée) ne constitue pas un choc anaphylactique.

Traitement, adrénaline, 15 : que faire en cas de choc anaphylactique ?

Devant toutes suspicions de choc anaphylactique il faut appeler immédiatement les secours (15 ou au 112). Compte-tenu de la rapidité du choc anaphylactique, le diagnostic et le traitement sont conduits simultanément, car il s'agit d'une urgence vitale. Le médecin se doit donc d'agir vite et ce, dès la détection des signes cliniques relatifs au choc anaphylactique. Le seul traitement est l'utilisation de l'adrénaline injectable. Toutes les victimes d'un choc anaphylactique après avoir été vaccinées au vaccin Pfizer ont été soignées avec de l'épinéphrine, adrénaline couramment utilisée pour traiter des allergies violentes.

Quelles sont les conséquences d'un choc anaphylactique ?

Fort heureusement, les symptômes disparaissent rapidement après le traitement du choc anaphylactique. Une fatigue et une confusion peuvent persister pendant quelques heures, tout comme certains symptômes cutanés (urticaire, démangeaisons, éruption cutanée, gonflement des paupières et des lèvres, de la langue, de la gorge, des mains), digestifs (diarrhée) ou respiratoires (asthme). Après la survenue d'un choc anaphylactique, il est indispensable d'effectuer un bilan allergologique afin de déterminer de manière précise l'allergène en cause puis d'éviter ensuite  tout contact avec cet allergène. La personne doit se munir de la liste des produits contenant l'allergène auxquels elle est allergique, ainsi que d'une seringue auto-injectable d'adrénaline.

Quelle prévention pour limiter les risques ?

"La personne susceptible de faire un choc anaphylactique doit en informer son entourage et toujours avoir avec elle une trousse d'urgence contenant de l'adrénaline auto-injectable. En cas de sortie seul, il est conseillé de porter sur soi une feuille décrivant la conduite à tenir en cas de choc, ainsi que les informations utiles à une hospitalisation d'urgence (groupe sanguin, médicaments consommés)" indique le Dr Claire Lewandowski, spécialisée en médecine générale. La personne allergique doit se munir de la liste des produits contenant l'allergène auxquels elle est allergique. Il est aussi fortement recommandé d'être vigilant, de lire la composition des produits alimentaires et les notices des médicaments, avant de les consommer.

Merci au Dr Claire Lewandowski, spécialisée en psychiatrie, addictologie, victimologie et médecine générale.

Allergies