Angine de poitrine : comment savoir si on fait une crise d'angor ?

"Angine de poitrine : comment savoir si on fait une crise d'angor ?"

Une sensation de serrement au niveau de la poitrine est un des symptômes d'une crise d'angor ou angine de poitrine. Elle peut être déclenchée par le stress. Est-ce grave ? Comment la reconnaître et en guérir ?

L'angine de poitrine ou angor provoque une douleur dans la poitrine derrière le sternum. Ce symptôme peut survenir dans les moments où le cœur a besoin de plus d'oxygène (effort, émotion comme le stress, digestion etc). Les crises d'angor stables se distinguent des crises d'angor instables. Le diagnostic est posé par le médecin traitant et un cardiologue. Le traitement dépendra de la cause. C'est quoi une angine de poitrine ? Est-ce grave ? Comment en guérir ?

Définition : c'est quoi une angine de poitrine ?

L'angor, appelé aussi "angine de poitrine" est une atteinte des artères coronaires du cœur qui ne lui apportent pas l'oxygène nécessaire pour fonctionner correctement. Ce manque d'apport essentiel est à l'origine d'une souffrance cardiaque. On distingue l'angine de poitrine stable (ou angor stable ou maladie coronaire) pour laquelle les caractéristiques n'évoluent pas au fil du temps (même cause, même intensité, même durée) et l'angine de poitrine instable.

Quels sont les symptômes de l'angine de poitrine ?

Aux premiers stades, une douleur dans la poitrine derrière le sternum apparaît uniquement lors de l'effort, de la digestion ou d'une émotion, des moments où le cœur nécessite davantage d'oxygène. La douleur est dite "angineuse", c'est-à-dire qu'elle correspond à un serrement en étau à l'arrière du sternum avec des irradiations possibles dans le bras ou dans l'épaule, accompagnée parfois d'une toux. Si l'obstruction des coronaires s'accroît, les symptômes peuvent survenir au repos, c'est l'angor instable qui peut être un signe précurseur d'un infarctus du myocarde.

Schéma d'une angine de poitrine
Schéma d'une angine de poitrine © VectorMine-Adobestock

Quelles sont les différents types de crises d'angor ?

Les crises d'angor sont douloureuses et presque toujours en rapport avec une artère coronaire partiellement obstruée. On distingue plusieurs types de crises d'angor :

  • La crise d'angor d'effort ou angor stable survenant pendant une activité physique ou sportive et disparaissant à son arrêt ;
  • La crise d'angor instable qui correspond à un stade plus avancé avec des crises survenant même au repos, souvent plus fréquentes et plus longues.

L'angor est un signe d'alarme devant faire consulter un cardiologue rapidement pour un bilan de la fonction cardiaque et des artères coronaires.

C'est quoi l'angor instable ?

L'angor instable est plus grave car il apparaît à la fois à l'effort et au repos et peut entraîner un infarctus du myocarde (arrêt cardiaque soudain). Il se manifeste en général par des douleurs thoraciques qui surviennent sous forme de crises. L'électrocardiogramme, l'échographie, la scintigraphie et la coronarographie permettent de confirmer le diagnostic. L'angor est instable dans les situations suivantes :

  • l'angine de poitrine est récente, apparue rapidement et d'emblée instable. Les crises douloureuses sont fréquentes depuis moins d'un mois ;
  • les crises d'angine de poitrine sont longues de plus de 20 minutes, régressant spontanément ou non après la prise de trinitrine ;
  • l'angine de poitrine ancienne stable jusque-là s'aggrave et se déséquilibre. Les crises sont de plus en plus fréquentes ou se produisent pour des efforts minimes, après les repas lors de la digestion ou au repos en particulier la nuit. Elles sont moins sensibles au traitement par trinitrine 
  • un angor apparait dans le mois suivant un infarctus du myocarde.

"Cette angine de poitrine instable est considérée comme une menace d'infarctus du myocarde (on parle de syndrome coronaire aigu) et impose une hospitalisation en milieu cardiologique" alerte l'Assurance Maladie.

Diagnostic : quels tests faire en cas d'angine de poitrine ?

Le bilan d'une douleur thoracique est réalisé par le médecin traitant, en coordination avec un cardiologue. Les examens habituels comprennent :

  • un bilan sanguin (hémogramme, ionogramme, glycémie, bilan lipidique et rénal) ;
  • un électrocardiogramme (ECG) au repos, réalisé si possible pendant ou juste après un épisode douloureux d'angine de poitrine ;
  • une échocardiographie transthoracique de repos ou une IRM si l'échographie n'est pas réalisable. Elle élimine les autres causes de douleurs (anomalie d'une valve, maladie du muscle cardiaque, péricardite, fissure de l'aorte), analyse les mouvements du cœur et calcule la fraction d'éjection du ventricule gauche (recherche d'une insuffisance cardiaque).

Parfois une radiographie du thorax est prescrite si le médecin suspecte une maladie pulmonaire pouvant expliquer les symptômes (pneumonie par exemple). Des examens spécifiques, appelés tests d'ischémie, sont réalisés de façon adaptée à chaque cas :

  • une épreuve d'effort : ECG d'effort, échocardiographie d'effort ou de stress ;
  • une scintigraphie ou IRM de stress...

En cas d'urgence, une coronarographie peut être réalisée. Cet examen peut être nécessaire pour identifier directement les sténoses des artères coronaires (zones rétrécies).

​​​​A quel âge est-on le plus à risque de faire une angine de poitrine ?

Le risque d'angine de poitrine augmente progressivement en fréquence avec l'âge. Elle concerne davantage les hommes plus de 50 ans, en particulier les fumeurs, souffrant de diabète, d'un excès de cholestérol, d'hypertension artérielle ou d'obésité.

Quelles sont les causes d'une angine de poitrine ?

L'angine de poitrine est provoquée par un rétrécissement du calibre des artères qui va freiner le flux sanguin qui arrive au cœur. La cause la plus fréquente est l'athérosclérose, c'est-à-dire la formation de plaques d'athéromes à l'intérieur des artères coronaires à cause des facteurs de risques cardiovasculaires : tabac, surpoids, sédentarité, hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie et les antécédents familiaux. Cependant, certaines crises d'angor peuvent aussi être en lien avec des spasmes des artères coronaires qui entraînent une constriction suffisante pour diminuer le débit sanguin dans ces vaisseaux comme dans le cas de l'angor de Prinzmetal dont l'origine est inconnue.

Comment traiter l'angine de poitrine ?

Les traitements de l'angor peuvent être initialement médicamenteux, mais à des stades avancés, l'angioplastie ou le pontage coronarien deviennent indispensables. Le traitement consiste en l'administration de dérivés nitrés (Lénitral ou trinitrine). Il est important de distinguer la douleur angineuse de la douleur rencontrée en cas d'infarctus du myocarde qui ne cède pas à l'administration de trinitrine et qui nécessite une prise en charge en urgence. En cas d'angor instable, le traitement de base est connu sous l'acronyme BASIC : Bétabloquants, Antiagrégants plaquettaires, Statines, Inhibiteurs de l'enzyme de conversion et Correction (alimentation, réduction des facteurs de risque).

Peut-on vivre longtemps avec une angine de poitrine ?

"En cas de syndrome coronarien chronique, un suivi médical régulier est nécessaire. Il prévient la survenue de crises d'angine de poitrine et vous permet, le plus souvent, de mener une vie normale à condition de respecter quelques règles d'une bonne hygiène de vie" informe l'Assurance Maladie"La prévention de l'angor repose sur les mêmes principes que celle de l'athérosclérose. Elle inclut un programme d'exercices physiques supervisé par un médecin, l'abandon de la cigarette et la mise en place d'une alimentation équilibrée" rappelle le Dr Claire Lewandowski, médecin spécialisé en médecine générale.

Source : 

- Les symptômes, le bilan médical et l'évolution de l'angine de poitrine, 24 octobre 2022, Assurance Maladie

- Vivre avec un angor stable ou syndrome coronarien chronique, 13 octobre 2022, Assurance Maladie

Maladies Coeur et Artères