Chirurgie ambulatoire : se faire opérer en une journée

De plus en plus d'interventions chirurgicales sont réalisées en ambulatoire, au cours d'une seule journée d'hospitalisation. Quelles opérations sont concernées ? Comment s'y préparer au mieux ? Le point avec le Dr Sylvie Leblé, chef du service ORL et chirurgie ambulatoire au Centre Hospitalier de Saint-Brieuc.

Chirurgie ambulatoire : se faire opérer en une journée
© 123RF-Tyler Olson

Définition

La chirurgie ambulatoire désigne le fait de réduire le temps d'hospitalisation suite à une intervention chirurgicale à une seule journée. Autrement dit, le patient peut se faire opérer le matin et ressortir le soir. Le séjour à l'hôpital ne dure jamais plus de douze heures.

Chirurgie ambulatoire en France

"En 2018, 57.6% des actes chirurgicaux ont été réalisés en chirurgie ambulatoire. Un objectif de 70% en 2022 a été fixé par le ministère de la Santé dans le plan HAS 2018-2022" explique le Dr Sylvie Leblé, chef du service ORL et chirurgie ambulatoire au Centre Hospitalier de Saint-Brieuc. Des disparités existent entre les régions et surtout au niveau des territoires de santé (20% d'écart entre certaines régions métropolitaines) ainsi que dans les types de prises en charge chirurgicales (87% des opérations du canal carpien réalisés en ambulatoire en 2009 contre 21% pour la hernie inguinale).

En comparaison :

  • En Allemagne, 61% des interventions chirurgicales sont réalisées en ambulatoire
  • Au Danemark, 78%.
  • Aux Etats Unis, plus de 90% des interventions chirurgicales sont effectuées en ambulatoire.

Durée

Par définition, l'hospitalisation ambulatoire est une hospitalisation de moins de 12h, donc sans nuit sur place. "Le patient rentre le matin dans le service et ressort après un temps variable de surveillance selon l'acte chirurgical et l'anesthésie associée, après accord du chirurgien et de l'anesthésiste. La chirurgie ambulatoire se doit de proposer une prise en charge avec le même degré de sécurité que la chirurgie conventionnelle en permettant une reprise de l'autonomie et un retour à domicile plus rapide (diminution certes du coût pour la société mais surtout amélioration du service rendu au patient : retour dans son lit le soir/calme/moins de risque de complications d'hospitalisation : nosocomialité, perte d'autonomie chez le sujet âgé…)" explique la spécialiste.

Quelles interventions chirurgicales ?

De nombreuses interventions chirurgicales peuvent être effectuées en ambulatoire. La décision dépend de nombreux facteurs parmi lesquels rentrent en compte le type de l'intervention, les antécédents médicaux du patient et son statut social. Par exemple : 

  • Chirurgie ophtalmique (cataracte…)
  • Chirurgie orale (extractions dentaires multiples, dents de sagesse…)
  • Chirurgie orthopédique et traumatologique (ostéosynthèse puis ablation de matériel à distance, canal carpien, arthroscopie genou/épaule…)
  • Chirurgie vasculaire (varices, dilatation artérielles…)
  • Chirurgie ORL (végétations, pose de drain, certaines amygdalectomies, chirurgie de l'oreille moyenne/sinus, endoscopie…)
  • Chirurgie viscérale (hernies, cholécystectomie, colon sous cœlioscopie…)
  • Chirurgie urologique
  • Chirurgie pédiatrique viscérale et orthopédique
  • Chirurgie gynécologique (endoscopie, exérèse sous cœlioscopie…) et sénologique (mastectomie)
  • Actes anesthésiques et traitement de la douleur (pose de chambre implantable…)

Recommandations : se préparer à une opération en ambulatoire

"La préparation préopératoire est la même qu'un patient en chirurgie conventionnelle, puisqu'il n'y a depuis des années déjà quasi plus d'entrée à J-1 (douche, épilation, consignes de jeûne et médicaments autorisés explicités lors de la consultation chirurgicale ou d'anesthésie). Il faut par contre anticiper l'accompagnant à domicile et le mode de transport car il est interdit de conduire à la sortie (un transport VSL est autorisé si besoin), consigné dans le dossier", note le Dr Leblé.

La prise en charge le jour J

La prise en charge le Jour J ne diffère pas de la chirurgie conventionnelle en dehors d'un lieu d'accueil dédié avec des professionnels habitués à l'ambulatoire. "Les traitements médicamenteux (anesthésie, traitement post-opératoires…) sont par contre adaptés pour une récupération de l'autonomie la plus rapide possible (sortie possible après obtention de critères spécifiques : capacité de marche/alimentation orale et reprise diurèse)" ajoute la spécialiste. En ce qui concerne la chirurgie, certaines pathologies sont actuellement faisables en ambulatoire grâce à la modification des techniques opératoires (diminution de la taille des incisions, apogée de la cœlioscopie ou autres techniques endoscopiques, amélioration des moyens d'hémostase…). "Il y a encore de l'évolution à attendre dans le futur sur le matériel et sur la formation des praticiens pour l'accessibilité dans toutes les structures françaises" nuance le Dr Leblé.

Le patient sort avec :

  • un courrier relatant sa prise en charge,
  • une ordonnance de traitement (idéalement anticipée en préopératoire pour éviter le passage en pharmacie à J0) ayant pour but d'anticiper les effets secondaires (antidouleurs, antivomitifs…),
  • les coordonnées en cas de problème à domicile (urgences, service de garde spécifique selon spécialités…) sont aussi spécifiées au patient. "Un appel systématique à J+1 est réalisé par l'IDE d'ambulatoire afin de vérifier l'absence de signe d'alerte de complications", souligne la chef de service.avant la sortie. Par ailleurs le chirurgien réexplique les effets secondaires prévisibles et les signes évocateurs de complications juste avant la sortie du patient,

Chirurgie ambulatoire sans accompagnant : comment faire ?

Le pourcentage de personnes vivant seules en France était de 14% en 2014. Le recours à la famille ou à des amis pour s'organiser pour la première nuit post-opératoire n'est pas encore vraiment rentrée dans les mœurs pour les interventions non urgentes. Pour le moment, les recommandations des sociétés savantes françaises restent assez vagues sur la possibilité de rester seul à domicile à J0 après une chirurgie ambulatoire. Les conditions de prise en charge socio-sanitaires mais aussi les problématiques géographiques d'accès aux soins sont également différentes. Cela joue forcément sur la différence de chiffres de chirurgie ambulatoire en France versus en Europe ou aux Etats-Unis. "Dans de nombreux pays, cette problématique de l'isolement (social et/ou géographique) a été résolu par l'installation d'hôtels médicaux pour assurer l'entourage à J0 mais parfois pour plus longtemps en cas d'isolement géographique associé et s'il y a des RDV postopératoires afin d'éviter des transports itératifs longs. Le coût hôtelier et présentiel d'un personnel non médical étant forcément moindre pour le patient et la société, avec souvent malgré tout une prise en charge par les structures sanitaires ou les mutuelles" commente le Dr Sylvie Leblé. Et de préciser : "Une autre possibilité pourrait être d'assouplir cette règle de présence à J0 au domicile dans la limite de patients parfaitement autonomes physiquement et psychologiquement, et bien sûr pour des chirurgies n'amputant pas leur capacité d'auto-surveillance et d'alerte en cas de problème lors de la première nuit post-opératoire."

Merci au  Dr Sylvie Leblé, chef du service ORL et chirurgie ambulatoire au Centre Hospitalier de Saint-Brieuc. 

Chirurgie ambulatoire : se faire opérer en une journée
Chirurgie ambulatoire : se faire opérer en une journée

Sommaire Définition Chiffres en France Durée d'hospitalisation Liste d'interventions en une journée Se préparer avant Prise en charge le jour J Chirurgie ambulatoire sans accompagnant Définition La chirurgie...