Lavage d'estomac : durée, indications, dangers, quand ?

Le lavage d'estomac (ou lavage gastrique) a longtemps été pratiqué en cas d'intoxication médicamenteuse. Il n'est presque plus réalisé aujourd'hui car il s'est avéré globalement inutile. Quelles étaient ses indications ? La technique du charbon activé ? Ses risques et ses dangers ?

Lavage d'estomac : durée, indications, dangers, quand ?
© cameravit - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un lavage d'estomac ?

Un lavage d'estomac ou lavage gastrique est un procédé d'évacuation digestive. Il consiste à évacuer les substances toxiques présentes dans l'estomac au moyen d'une grosse sonde gastrique glissée par l'œsophage dans l'estomac. De l'eau est ensuite introduite dans un entonnoir et le contenu de l'estomac est évacué par siphonnage. "Le lavage gastrique a commencé à être utilisé au début du XXème siècle avec l'idée que vider l'estomac le plus vite possible devait être efficace en cas d'intoxication, notamment en cas d'intoxication médicamenteuse" informe le Pr Vincent Danel, médecin, anesthésiste-réanimateur et urgentiste, Professeur Émérite de Toxicologie de l'Université Grenoble Alpes. Il n'y avait cependant pas de preuve d'efficacité scientifique".

Fait-on encore des lavages d'estomac et pourquoi ?

Le lavage gastrique n'est quasiment plus réalisé

"Depuis les premières recommandations de 1992, le lavage gastrique n'est quasiment plus réalisé" informe le Pr Danel. Une analyse de la littérature avait alors permis de conclure qu'il n'y avait pas de preuve d'efficacité de ce geste. "Il s'avère que pour retirer 10 à 15% du produit toxique absorbé, il faut que le lavage gastrique soit fait dans les 5 minutes, or le délai moyen de prise en charge d'une personne intoxiquée est de 2 à 3h" explique le Pr Danel. Les produits toxiques sont déjà passés dans l'estomac, le duodénum et dans la circulation sanguine. Des recommandations de l'European Association of Poisons Centres and Clinical Toxicologists reprises par une conférence d'experts de la Société de réanimation de langue française ont confirmé les points de vue internationaux. "Il a été décidé au cas par cas que le lavage gastrique pouvait être justifié dans l'heure qui suit l'intoxication dans le cas d'intoxications graves" précise le médecin qui souligne que cette prise en charge dans l'heure étant rarissime, le lavage d'estomac n'est plus réalisé. Après une utilisation importante dans les années 1980-1990 de charbon activé dans la prise en charge des intoxications, il s'est également avéré que celui-ci n'était pas très utile. "Cette pratique a quasiment été abandonnée mais certaines équipes continuent à donner du charbon activé, cela étant peu coûteux et sans risque, avec peut-être un effet placebo" souligne le médecin. L'hémodialyse (rein artificiel), technique plus agressive, est réservée aux formes les plus graves de quelques rares intoxications.

Quelles étaient les indications du lavage d'estomac ?

Il est aujourd'hui admis que le lavage gastrique est inutile dans les intoxications médicamenteuses volontaires

"Certains l'utilisaient en fait dans tout type d'intoxication, par médicament, produit chimique, végétaux, etc" indique le médecin. Il est aujourd'hui admis que le lavage gastrique est inutile dans les intoxications médicamenteuses volontaires simples aux benzodiazépines et en cas d'ingestion de produits non toxiques (contraceptifs oraux, médicaments homéopathiques), ou dont les doses ingérées sont inférieures aux seuils toxiques. Les dernières recommandations (RFE 2020, SLRF, SFMU, STC) sont "de réaliser un lavage gastrique dans un délai inférieur à 1 heure, en l'absence de contre-indication et en cas d'ingestion d'une substance carbo-absorbable, à dose supposée toxique et à fort potentiel lésionnel". "La science a progressé ce qui a changé la prise en charge des intoxications" indique le Pr Danel. Des antidotes intéressants ont vu le jour : ainsi l'antidote contre l'intoxication au paracétamol ou l'antidote anti-digitalique. L'autre avancée en toxicologie est la toxicologie analytique. "Les analyses en milieu sanguin ou urinaire permettent de savoir qui a besoin d'une hémodialyse par exemple, ce qui est rare" informe le spécialiste. Enfin, la prise en charge des intoxications a changé grâce aux progrès de la réanimation et aux protocoles qui sont maintenant bien codifiés. "De 25% de décès par intoxication médicamenteuse nous sommes passées à 0,5%" indique le médecin. La morbi-mortalité des intoxications aigues toutes causes confondues en Europe est de 1% en milieu hospitalier.

Quels risques et dangers d'un lavage d'estomac ?

Le lavage d'estomac en plus d'être désagréable pour le patient présente des risques, notamment des risques de fausses routes et d'inhalations bronchiques. On retrouverait ainsi jusqu'à 10 % de pneumopathies d'inhalation consécutives à un lavage gastrique. Le lavage gastrique peut aussi provoquer une tachycardie ou une bradycardie lors de l'introduction du tube. Autres complications possibles du lavage gastrique : perforation œsophagienne ou gastrique, hémorragie digestive. "Entre complications parfois graves et efficacité non prouvée, on comprend l'abandon maintenant quasi-total du lavage gastrique" conclut le Pe Danel.

Merci au Pr Vincent Danel, médecin, anesthésiste-réanimateur et urgentiste, Professeur Émérite de Toxicologie de l'Université Grenoble Alpes

Source :  Lovejoy F.H., Linden C.H., "Acute Poison and Drug Overdosage", in Harrison's Principles of Medicine, 12th edition, Wilson J.D., Braunwald E., Isselbacher K.J. & al, eds, Mc Graw-Hill Inc, New York, 1991, 2163-2182.

Autour du même sujet

Opérations