Bisphénol B : toxique pour le système endocrinien, il faut l'éviter !

Représenté comme une alternative au bisphénol A, le bisphénol B a également des effets dangereux sur le fonctionnement endocrinien, préviennent des chercheurs de l'Anses.

Bisphénol B : toxique pour le système endocrinien, il faut l'éviter !
© Mark Agnor-123RF

Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise d'abord ? Le bisphénol B (BPB), de la même famille que le bisphénol A -chassé des biberons en France en 2012 puis au fur et à mesure de tous les emballages plastiques- "présente des propriétés endocriniennes similaires à celles du bisphénol A" annonce l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) dans une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives. Or, il pouvait faire partie des "candidats" de l'industrie pour substituer le bisphénol A. En septembre 2018 des experts ont développé une analyse en se basant sur la similarité de structure entre le bisphénol A (BPA) et le BPB. Ils ont pris en compte les effets possibles du BPB sur l'homme ou la faune sauvage observés lors de tests en laboratoire réalisés sur différentes espèces de vertébrés (rongeurs, poissons...).

Il réduit la production de testostérone et perturbe le fonctionnement de la thyroïde

In fine "les données obtenues mettent en évidence la capacité du BPB à interférer avec la voie de signalisation des œstrogènes, à réduire la production de testostérone, à altérer la stéroïdogenèse (processus de fabrication des hormones thyroïdiennes), à modifier la spermatogénèse (processus de production des spermatozoïdes) chez les rats et les poissons-zèbres, ainsi que la reproduction des poissons" , concluent les auteurs. En clair, le BPB perturbe autant l'activité des hormones que le BPA : il doit donc être "éviter" prévient l'Anses comme remplaçant du BPA ou du bisphénol S (BPS) par l'industrie. "Cette identification obligera également les importateurs d'articles contenant du BPB à plus de 0.1% à déclarer sa présence" ajoute l'autorité.

Pour éviter les bisphénols : ne pas utiliser utiliser des contenants en plastique mais opter pour ceux en verre, en silicone ou en céramique.

La "bonne" nouvelle dans tout cela c'est qu'a priori, le bisphénol B ne devrait pas être présent dans les produits fabriqués en France. Comme l'explique l'Anses, il est "aujourd'hui utilisé comme alternative à certains usages du BPA et du BPS dans certains pays tels que les Etats-Unis", mais il est "non fabriqué ou utilisé comme substance chimique en Europe". Ce qui n'empêche cependant pas de l'avoir retrouvé dans "des échantillons biologiques de populations européennes*. Affaire à suivre donc...

*Cunha and Fernandes 2010 et Cobellis et al. 2009

Bisphénol B : toxique pour le système endocrinien, il faut l'éviter !
Bisphénol B : toxique pour le système endocrinien, il faut l'éviter !

Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise d'abord ? Le bisphénol B (BPB), de la même famille que le bisphénol A -chassé des biberons en France en 2012 puis au fur et à mesure de tous les emballages plastiques- "présente des...