Tests de QI : faut-il vraiment s'y fier? Tricher ou augmenter ses performances : mission difficile

Pas évident, de se dire que les résultats que l'on vient de découvrir, et qui ne sont pas aussi brillants qu'on l'espérait, sont définitifs. Tous ces tests, après tout, ce n'est qu'une question d'entraînement, vous dites-vous. Si vous en faites suffisamment, vous devriez augmenter votre score. Ou alors, ce doit être possible de retenir un maximum de questions et de réponses, pour pouvoir mieux répondre, plus vite, la prochaine fois...

pas la peine de bachoter pour essayer d'améliorer votre score : a priori, ça ne
Pas la peine de bachoter pour essayer d'améliorer votre score : a priori, ça ne changera pas grand-chose ! © Thinkstock / Hemera

C'est humain et tentant, d'essayer de "s'améliorer". Et déprimant de se dire qu'on n'y peut pas grand-chose. Et pourtant, il en est effectivement ainsi. "Cela arrive parfois que des personnes reviennent faire un test, par exemple lorsque leurs conditions de vie ont changé, explique la psychologue Sabine Chavarot. Généralement, il y a très peu de différence entre les deux tests. J'ai ainsi revu une patiente qui avait obtenu 62 la première fois. Cette fois elle est à 66, donc oui, elle a légèrement amélioré ses performances, mais très peu. Elle reste avec un quotient intellectuel largement inférieur à la moyenne."

Un effort surhumain

Tricher ou apprendre les bonnes réponses par cœur semble fortement compromis, pour une bonne raison : les personnes qui éprouvent des difficultés globales et obtiennent donc un score médiocre ont, par définition, des problèmes d'apprentissage et de mémorisation. Retenir par cœur 3 heures de test nécessiterait donc un effort hors du commun, qu'ils ne sont probablement pas capables de fournir. Ceux qui, en revanche, sont dotés d'une excellente mémoire et d'un quotient intellectuel supérieur à la normale, auraient peut-être plus de facilités à retenir et ressortir ces réponses. Mais, par définition, leurs résultats étaient déjà très élevés au départ... La différence ne devrait donc pas, là non plus, être très grande.

Il est donc très compliqué d'améliorer ses capacités intellectuelles, même si certaines d'entre elles, comme la mémoire, peuvent bien sûr être travaillées. Par contre, il est tout à fait possible d'augmenter son niveau de culture générale, ce qui s'avère souvent beaucoup plus utile au quotidien !

Sommaire