Plaquenil et coronavirus : gare au risque cardiaque, alerte l'ANSM

Les médicaments Plaquenil et Kaletra peuvent être donnés aux patients atteints par le Covid-19 en France. Après avoir été alertée de cas d'effets indésirables graves, l'Agence du médicament rappelle les précautions à prendre avec ces traitements.

Plaquenil et coronavirus : gare au risque cardiaque, alerte l'ANSM
© Aleksandr Davydov -123RF

En aucun cas ces médicaments ne doivent être utilisés ni en automédication, ni sur prescription d'un médecin de ville, ni en auto-prescription d'un médecin pour lui-même, pour le traitement du COVID-19. Telle est la mise en garde publiée par l'Agence nationale du médicament concernant le Plaquenil® et le Kaletra®, dans un point d'information du 30 mars 2020.

C'est quoi le Plaquenil ?

L'hydroxychloroquine est une molécule dérivée de la chloroquine dont la structure est chimiquement proche, les propriétés communes mais qui ne possède pas d'indication dans le traitement du paludisme en France. Elle est utilisée depuis de nombreuses années dans le traitement de certaines pathologies auto-immunes sous le nom de Plaquenil®. Ce médicament s'administre par voie orale sous forme de comprimé. La posologie et la durée du traitement varient en fonction des troubles présentés.

Indications du Plaquenil : lupus...

Le Plaquenil® (laboratoire Sanofi Aventis) est indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, du lupus et en prévention des lucites (allergies au soleil). Depuis le 26 mars 2020, il peut être donné aux personnes atteintes de formes graves du coronavirus. Ce même jour, l'Agence nationale du médicament a fait part de difficultés d'accès du Plaquenil® dans les pharmacies de ville pour les malades chroniques du VIH, du lupus ou encore de la polyarthrite rhumatoïde.

Plaquenil et coronavirus

A base d'hydroxychloroquine et de l'association lopinavir/ritonavir, le Plaquenil® et le Kaletra® ont été autorisés en France aux patients atteints de formes graves du coronavirus par le décret publié le 26 mars 2020. L'usage de l'hydroxychloroquine contre le coronavirus a été soutenu initialement par le Pr Didier Raoult, directeur de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille (Bouches-du-Rhône), qui a été le premier en France à administrer de l'hydroxychloroquine à des malades du coronavirus hospitalisés dans son unité, au mois de mars. Il a démontré les bienfaits du médicament et demandé le feu vert du gouvernement pour qu'il puisse être donné à tous les malades. D'autres médecins sont plus réservés sur cette utilisation à cause des effets indésirables du Plaquenil® et préfèrent se ranger derrière les résultats d'un grand essai clinique lancé en mars 2020 par l'Inserm sur 3200 Européens (dont 800 Français) malades à cause du coronavirus.

Délivrance et prescription

Le Plaquenil® et le Kaletra® peuvent être prescrits aux malades atteints de formes graves de Covid-19 dans les établissements de santé (dont les hôpitaux des armées, l'Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire) ainsi que pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile. Dans le décret, le Premier ministre précise que le Plaquenil® et les préparations à base d'hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d'officine que dans le cadre d'une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d'un renouvellement de prescription émanant de tout médecin. De plus le gouvernement annonce que l'exportation des spécialités contenant l'association lopinavir/ritonavir ou de l'hydroxychloroquine est interdite. 

Les symptômes devant faire suspecter une arythmie sont des étourdissements ou des palpitations d'apparition récente.

Les effets secondaires du Plaquenil

"Nous alertons les professionnels de santé et les patients sur les risques connus (de l'hydroxychloroquine) liés à l'utilisation de ces médicaments, dont le risque cardiaque, qui, sans suivi médical approprié, peuvent conduire à une hospitalisation, annonce l'ANSM le 30 mars. Quelques cas d'effets indésirables graves nous ont été rapportés et sont en cours d'analyse"  Et d'ajouter :"Ce risque cardiaque pourrait être fortement potentialisé par l'association d'hydroxychloroquine avec d'autres molécules, comme l'azithromycine, ainsi qu'en raison de troubles métaboliques spécifiques à la maladie COVID-19 (hypokaliémie)." De plus, le Plaquenil® (et le Kaletra®) peuvent entraîner des atteintes de la peau (toxidermie), des hypoglycémies sévères, des troubles psychiatriques ou des troubles du rythme cardiaque (arythmie). Les symptômes devant faire suspecter une arythmie sont des étourdissements, ou des palpitations d'apparition récente. Pour l'ANSM, la prise associée de ces traitements "ne peut être envisagée en dehors d'une surveillance cardiologique hospitalière".

La dose efficace et la dose toxique sont relativement proches.

L'ANSM rappelle enfin que l'hydroxychloroquine et la chloroquine sont des médicaments dits " à marge thérapeutique étroite ", ce qui signifie que la dose efficace et la dose toxique sont relativement proches.

Interactions médicamenteuses

Le Plaquenil® et le Kaletra® peuvent interagir avec les traitements habituels d'un patient, ce qui augmente leur toxicité. C'est le cas par exemple avec des antibiotiques (macrolides, fluoroquinolones), le citalopram (Seropram® et génériques), escitalopram (Seroplex® et génériques), hydroxyzine (Atarax® et génériques), dompéridone (Motilium® et génériques).

Les contre-indications du Plaquenil

Ce médicament est contre-indiqué chez les enfants de moins de 6 ans, pendant l'allaitement et en cas de maladie de la rétine (rétinopathie).

Source : Plaquenil et Kaletra : les traitements testés pour soigner les patients COVID-19 ne doivent être utilisés qu'à l'hôpital - Point d'information. 30/03/2020. ANSM