Marie Curie : l'anémie aplasique

Marie Curie © LASKI/SIPA
Constamment exposée à la radioactivité sans protection, Marie Curie développe une anémie aplasique en 1934. Il s'agit d'une grave maladie qui se caractérise par une déficience des cellules souches de la moelle osseuse et qui provoque des signes classiques d'anémie tels que la fatigue, l'essoufflement, la pâleur.. Elle est alors envoyée au sanatorium de Sancellemoz, en Haute-Savoie d'où elle continue à diriger l'Institut, malgré la fatigue. La maladie finit par la terrasser le 4 juillet 1934, dans sa 67e année.