Zone érogène : c'est quoi, homme, femme, stimuler

Une zone érogène est un endroit du corps qui, stimulé, développe des sensations d'excitation sexuelle. Quelles sont ces parcelles de plaisir ? Chez la femme ? L'homme ? Comment les stimuler ? Réponses avec Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et thérapeute de couples.

Zone érogène : c'est quoi, homme, femme, stimuler
© fizkes - stock.adobe.com

Définition : c'est quoi une zone érogène ?

Dans Trois Essais sur la théorie de la sexualité, Freud décrivait les zones érogènes comme des "régions de l'épiderme ou de la muqueuse qui, excitées d'une certaine façon, procurent une sensation de plaisir d'une qualité particulière".

Quelles sont les zones érogènes chez l'homme ?

Le gland comporte environ 4000 terminaisons nerveuse

"Toute la peau est une zone érogène, explique Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute. Mais d'un point de vue physiologique certains endroits de la peau et des muqueuses possèdent davantage de vaisseaux sanguins et sont ainsi plus sensibles." Toutes les parties du corps peuvent ainsi être une zone érogène mais, en 2013, une étude de l'Université de Bangor au Royaume-Uni et de l'Université du Witwatersrand à Johannesburg, relayée par le Daily Mail, classait dans le top 5 chez les hommes : la bouche et les lèvres, l'intérieur des cuisses, la nuque, les tétons et le bas du dos. Mais en dehors de ce top 5, on peut bien sûr citer les fesses, le pénis, le gland qui comporte environ 4000 terminaisons nerveuses, ou encore l'anus. "Sous-estimée, la zone anale est extrêmement vascularisée et est donc une zone hautement érogène", assure Nathalie Giraud-Desforges.

Schéma des zones érogènes chez l'homme
Schéma des zones érogènes chez l'homme © Julia - stock.adobe.com

Quelles sont les zones érogènes chez la femme ?

Le clitoris comporte plus de 8 000 terminaisons nerveuses. 

Tout comme chez l'homme, la peau est à elle seule une zone érogène chez la femme dès lors que la zone est investie par la personne. D'après l'étude universitaire de 2013, les 5 meilleures zones érogènes chez la femme sont la bouche et les lèvres en premier suivies de la nuque, la poitrine et les tétons, les fesses et les hanches. Au niveau des parties génitales, le clitoris (plus de 8000 terminaisons nerveuses), le point G - ou point de Gräfenberg situé sur la partie antérieure du vagin, à 3 cm de l'entrée - ou encore le point A – pour "Anterior Fornix Erogenous Zone" aussi appelé "point profond" situé également sur la paroi antérieure du vagin, au-dessus du col de l'utérus. Ainsi, la sexothérapeute rassure : "j'ai accompagné des femmes paraplégiques par exemple, ayant les nerfs du clitoris coupés, qui ont pu atteindre des orgasmes profonds sans stimulation clitoridienne".

Schéma des zones érogènes chez la femme
Schéma des zones érogènes chez la femme © Julia - stock.adobe.com

Lorsque la langue appuie sur le clitoris, elle écrase les sensations tandis que si elle est aussi légère qu'une plume, les sensations peuvent se décupler.

Comment stimuler une zone érogène ?

Pour stimuler une zone érogène, "tout est possible" ! Il est nécessaire d'éviter les gestes répétitifs et ainsi alterner les mouvements doux et appuyés. "Attention, plus le mouvement est appuyé, plus la sensation de plaisir est écrasée car les capteurs de sensibilité sont comme anesthésiés. Lorsque la langue appuie sur le clitoris, elle écrase les sensations tandis que si elle est aussi légère qu'une plume, les sensations peuvent se décupler." Nathalie Giraud-Desforges rappelle qu'il est important de préciser que la zone sexuelle ne constitue pas pour tout le monde une zone érogène car elle peut avoir été source d'abus, touchée par un accident ou autre traumatisme et "la peau peut même arrêter d'être érogène après un choc émotionnel par exemple". Dans le cas de personnes handicapées n'ayant plus de sensations dans cette partie du corps, un "recâblage" a lieu en "emmenant l'esprit vers d'autres zones". L'exemple du film Intouchables dans lequel le personnage de Philippe (incarné par François Cluzet) prend du plaisir lorsqu'on stimule l'arrière de ses oreilles est totalement réaliste. "L'humain a la possibilité d'investir n'importe quelle partie de son corps pour la rendre hautement sensible. Là où la pensée va, l'énergie suit."

Merci à Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et thérapeute de couples.

Sexualité