Canicule de 1976 : date, température, nombre de morts

C'est sur un fond de forte sécheresse que la canicule de 1976 s'est installée sur la France entre le 23 juin et le 7 juillet (soient pendant 2 semaines consécutives). Un épisode long et intense qui a fait près de 4500 morts.

Canicule de 1976 : date, température, nombre de morts
© oraziopuccio-123RF

Pami les canicules très intenses, sévères et longues observées en France, celle de l'été 1976.

Quelle est la date de la canicule de 1976 ? 

Les températures ont commencé à monter "anormalement" dès le mois de mai 1976 : les 7 et 8 mai, il fait plus de 30° sur la Normandie, la Picardie, la Région parisienne, la Champagne et la Lorraine, rappelle Meteo-Paris. Cette vague de chaleur très précoce - qui concerne surtout la moitié nord - accentue la sécheresse qui a débuté à l'automne 1975. Puis du 6 au 15 juin 1976, la France connait une 2ème vague de chaleur. La sécheresse devient inquiétante sur la moitié nord où, durant 6 jours, les températures dépassent 30°. Enfin, une 3e vague de chaleur s'abat sur l'Hexagone, entre le 23 juin et le 7 juillet 1976 (soit pendant 2 semaines consécutives). Là, les températures atteignent ou dépassent 35° sur toutes les régions du nord et du nord-ouest.

Combien de temps a duré la canicule de 1976 ?

La canicule est définie comme un niveau de très fortes chaleurs le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs indique le Gouvernement. La définition de la canicule repose donc sur deux paramètres : la chaleur et la durée. La canicule de 1976 a touché la France entre le 23 juin et le 7 juillet 1976 (soient pendant 2 semaines consécutives).

Quelle a été la température maximale lors de la canicule de 1976 en France ? 

Les températures maximales observées en France n'ont pas dépassé les 40 degrés indique Meteo-Paris. Les 15 et 16 juillet 1976 : il fait 38° en Aquitaine, 37 ° à Toulouse et 36° en Lorraine. Il faut remonter à 1921 pour trouver de telles conditions météorologiques. L'absence prolongée de pluie est désastreuse pour l'agriculture, notamment dans des régions qui ne sont pas habituées à ce genre de phénomène (Normandie, Picardie et Bretagne). L'indemnisation des victimes de la sécheresse est financée par une majoration exceptionnelle de l'impôt sur le revenu. Le 25 août 1976, le gouvernement annonce une aide de 450 M€ pour l'agriculture, financée par une majoration exceptionnelle de l'impôt sur le revenu, "l'impôt sécheresse".

Quelle a été la température maximale à Paris ? 

Le 25 juin, Le Figaro titrait sur "Le jour le plus chaud" avec des photos de Parisiens en bord de Seine ou au Trocadéro. Il a alors fait 33,4°C dans la capitale. "A Paris, l'effet de ville maintient des températures très élevées en cours de nuit", rappelle le site Meteo-Paris. Le 4 juillet 1976, la température minimale ne descend pas au-dessous de 24°C à la station de Paris-Montsouris, ce qui constitue à l'époque un record absolu. Le 6 juillet 1976 au journal de 20h sur Antenne 2, un chauffeur de bus parisien explique son quotidien dans des conditions dantesques : "On est presque assis sur le moteur, et on se retrouve dans le milieu de l'après-midi […] avec des 55, 60° de chaleur à conduire l'autobus, et vous savez c'est très pénible de conduire l'autobus comme ça."

Combien de morts ont été déplorés pendant la canicule de 1976 ?

Cette vague de chaleur a entraîné la mort d'environ 4.500 personnes, selon une estimation de Santé publique France publiée en avril 2019.

Environnement et climat