Quelles sont les contre-indications pour prendre l'avion ?

Otite, pneumothorax, embolie, bébé, femme enceinte... Tout le monde ne peut pas prendre l'avion ! Avant de partir en voyage, voici la liste des contre-indications à connaître.

Quelles sont les contre-indications pour prendre l'avion ?
© sebra - stock.adobe.com

Les personnes qui voyagent en avion, surtout lors de longues distances, sont confrontées à des phénomènes comme la pressurisation, la diminution de l'oxygène et la dépression qui peuvent altérer le fonctionnement normal de l'organisme. Aussi en cas de problèmes de santé, il faut parfois consulter un médecin pour avoir son avis avant de prendre l'avion. Certaines pathologies sont des contre-indications à la prise de transports aériens. Par ailleurs, il faut penser à avoir les médicaments qui peuvent être nécessaires pendant le voyage, ou peu après l'arrivée, dans le bagage à main. Il est également conseillé d'avoir sur soi une copie de l'ordonnance en cas de perte de médicaments. Qui ne doit pas prendre l'avion ? Peut-on prendre l'avion quand on est enceinte ? Quelles maladies empêchent de voyager ? Quel risque de phlébite en avion ? Comment l'éviter ?

Quelle est la liste des contre-indications pour prendre l'avion ?

Les voyages aériens sont normalement contre-indiqués dans les cas suivants, selon les recommandations de l'OMS confirmées par Santé Publique France :

nouveau-nés âgés de moins de 48 heures ;

femmes enceintes après la 36e semaine en cas de grossesse simple (9e mois) et après la 32e semaine en cas de grossesse multiple (8e mois) ;

dans les 24 heures qui suivent une plongée en bouteille ;

► personnes présentant une des maladies suivantes :

  • angor (angine de poitrine) ou douleurs thoraciques au repos 
  • maladie transmissible évolutive 
  • accident de décompression après la plongée 
  • augmentation de la pression intracrânienne en raison d'une hémorragie, d'un traumatisme ou d'une infection 
  • infection des sinus, de l'oreille ou du nez, particulièrement si la trompe d'Eustache est bouchée 
  • infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral (AVC) récent (le délai à respecter dépendra de la gravité de la pathologie et de la durée du voyage) 
  • intervention chirurgicale récente ou traumatisme récent comportant un risque de flatulence (en particulier traumatisme abdominal ou intervention gastro-intestinale
  • fracture avec un plâtre fermé (un avis médical est souhaitable, notamment s'il est posé depuis moins de 48 heures) 
  • traumatisme cranio-facial ou oculaire, opération du cerveau ou opération de l'œil avec pénétration oculaire 
  • maladie respiratoire chronique sévère, difficulté à respirer au repos ou pneumothorax non résorbé datant de moins de 2 à 3 semaines
  • drépanocytose 
  • trouble psychotique, sauf s'il est totalement maîtrisé.

La liste ci-dessus n'est pas exhaustive et l'aptitude à voyager doit être décidée au cas par cas sur avis médical. Concernant les actes dentaires récents comme les obturations, ce ne sont généralement pas des contre-indications au vol. Cependant, en cas de traitements radiculaires inachevés et d'abcès dentaires, il est recommandé d'en parler avant le voyage avec le chirurgien-dentiste.

Eviter l'avion les 7 jours suivant la naissance pour un bébé.

A quel âge un bébé peut-il prendre l'avion ?

"Les nouveau-nés âgés de moins de 48 heures ne doivent pas prendre l'avion" indique Santé Publique France dans ses recommandations aux voyageurs actualisées en 2022. "Un bébé en forme et en bonne santé peut voyager en avion 48 h après sa naissance, mais il est préférable d'attendre jusqu'à l'âge de 7 jours. Jusqu'à ce que leurs organes se soient correctement développés et stabilisés, les bébés prématurés doivent toujours faire l'objet d'une autorisation médicale avant de voyager en air. Les changements de pression d'air dans la cabine peuvent déranger les bébés; cela peut être aidé en nourrissant ou donner une tétine pour stimuler la déglutition" précise l'OMS.

Quelles maladies empêchent de voyager en avion ?

  • Maladies cardio-vasculaires 
  • Maladies respiratoires chroniques sévères, difficulté à respirer au repos ou pneumothorax non résorbé 
  • Troubles sanguins comme l'anémie
  • Infection ORL de l'oreille, du nez ou des sinus particulièrement si la trompe d'Eustache est bouchée
  • Angor (angine de poitrine) ou douleurs thoraciques au repos
  • Maladie transmissible évolutive 
  • Infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral récent (le délai à respecter dépendra de la gravité  de la pathologie et de la durée du voyage)  
  • Drépanocytose
  • Trouble psychotique, sauf s'il est totalement maîtrisé 

La liste ci-dessus n'est pas exhaustive et l'aptitude à voyager doit être décidée au cas par cas sur avis médical 

Quel risque de phlébite en avion ?

"Le transport aérien apparaît comme un facteur de risque de maladie thromboembolique, multipliant le risque par deux ou trois de thrombose veineuse profonde, dès quatre heures de vol, et d'autant plus que le vol est long" rappelle Santé Publique France. Soyez vigilants si vous présentez un ou des facteurs de risque suivants : 

  • antécédents de thrombose veineuse ou d'embolie pulmonaire
  • antécédents de thrombose veineuse ou d'embolie pulmonaire chez un membre de la famille proche
  • oestrogénothérapie (pilule contraceptive ou traitement de substitution hormonale)
  • grossesse
  • intervention chirurgicale ou traumatisme récents, en particulier opération de l'abdomen, du bassin ou des jambes
  • cancer
  • certaines anomalies génétiques de la coagulation sanguine.

Il est conseillé aux personnes présentant un ou plusieurs de ces facteurs de consulter leur médecin ou de se rendre dans un centre
de médecine des voyages longs avant d'envisager de prendre l'avion
pour se déplacer. Quelques astuces permettent de réduire le risque de phlébite en avion :

  • se déplacer durant les vols de longue durer (se promener, aller aux toilettes),
  • éviter de placer les bagages de telle sorte qu'ils puissent gêner les mouvements de jambes,
  • porter des vêtements amples et confortables,
  • utiliser des bas de contention
  • voir avec le médecin pour la prescription de traitements spécifiques comme des injections d'héparine si on est à risque de thrombose.

Quelle est la date limite pour prendre l'avion pendant la grossesse ?

Les femmes enceintes peuvent normalement voyager en toute sécurité, mais la plupart des compagnies aériennes restreignent les
voyages en fin de grossesse : 

Après la 28e semaine de grossesse (7e mois), la femme doit présenter une lettre de son médecin ou de sa sage-femme confirmant la date prévue de l'accouchement et le fait que la grossesse est normale.

► En cas de grossesse monofoetale (un bébé), les vols sont autorisés jusqu'à la fin de la 36e semaine (9e mois).

► En cas de grossesse multiple, le vol est permis jusqu'à la fin de la 32e semaine (8e mois).

Peut-on prendre l'avion après un pneumothorax ?

Un pneumothorax non résorbé datant de moins de 2 à 3 semaines constitue une contre-indication au voyage en avion. "Les enfants ayant un antécédent de pneumothorax doivent, comme les adultes, vérifier sa disparition avant le  vol et respecter un intervalle de 7 jours (cas d'un pneumothorax spontané) à 14 jours (cas d'un pneumothorax  traumatique) avant de prendre l'avion" précise Santé Publique France.

Sources : 

- Voyager en avion : considérations sanitaires = Voyages aériens et santé, OMS, mis à jour en 2019.

- Recommandations sanitaires pour les voyageurs, Santé Publique France, 2 juin 2022.

Voyage et Vacances