Femme handicapée : travail, santé, aides, association

Moteur, psychique, mental, sensoriel, lié à une maladie chronique... Le handicap concerne environ 6 millions de femmes en France. De quelle prise en charge peuvent-elles bénéficier ? Pour la grossesse, la parentalité, la santé, le travail ? Rencontre avec Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées depuis 2017.

Femme handicapée : travail, santé, aides, association
© Antonio Diaz - 123RF

Qu'il soit moteur, psychique, mental, sensoriel, suite à une maladie chronique, visible, invisible... le handicap concerne environ 12 millions de personnes en France. Un peu plus de la moitié sont des femmes selon les dernières données en date de l'Insee (2007). Bien que d'importants progrès aient été réalisés pour améliorer le quotidien des personnes handicapées, les préjugés persistent, et les obstacles et les discriminations restent palpables. 83% des femmes en situation de handicap estiment que le fait d'être un femme et en situation de handicap rend leur quotidien plus difficile et ce, dans tous les domaines (accès aux lieux publics, aux transports et au logement, éducation et formation, emploi, niveau de vie, santé, justice, aides humaines et matérielles liées au handicap, vie affective et sexuelle, vie familiale...) indique une enquête de l'association APF France Handicap. Toutefois, l'accompagnement de ces femmes dans toutes les étapes de la vie demeure l'une des priorités du gouvernement. Comment vivre avec un handicap en tant que femme ? Quels dispositifs sont mis en place pendant la grossesse ? Pour la parentalité, les soins, l'emploi ? Quelles sont les aides ? Vers quelles associations se diriger ? Rencontre avec Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées depuis 2017.

Chiffres : combien de femmes handicapées en France ?

D'après les résultats d'une enquête menée par l'Insee de 2007, 54% des personnes en situation de handicap sont des femmes en France, soit environ 6 millions de personnes. A noter que 4 handicaps sur 5 sont invisibles.

Femme handicapée et travail

L'emploi est un domaine où les femmes en situation de handicap rencontrent des obstacles (accès restreint à la formation professionnelle et à l'emploi dû au handicap et au genre). En novembre 2016, le Défenseur des droits a publié un rapport sur l'emploi des femmes en situation de handicap. Le rapport précisait qu'en 2013, 45 % des femmes en situation de handicap contre 49 % des hommes avaient un emploi, un chiffre moins important que dans l'ensemble de la population active (61 % des femmes étaient en emploi contre 68 % des hommes). Il a permis également d'appeler "à une vigilance particulière à leur égard" et d'émettre différentes recommandations : mieux connaître la population handicapée, et particulièrement les femmes, améliorer l'accès et la diffusion de ces informations, améliorer la visibilité des femmes handicapées et limiter la lutte contre les stéréotypes, permettre un meilleur accès à la scolarisation, l'enseignement supérieur, l'emploi et la carrière. A savoir que les femmes en situation de handicap peuvent être orientées vers un travail en milieu ordinaire. Dans ce cas, elles bénéficient d'un statut de salarié à part entière, et donc des dispositions du code de travail et de la convention collective applicable à l'entreprise qui les embauche. Des aides sont prévues, pour elles-mêmes et leur employeur, afin de faciliter leur accès et leur maintien dans l'emploi. En 1987, une loi a été créée obligeant les entreprises de plus de 20 salariés à avoir un taux d'emploi de travailleurs handicapés de 6%. Cela a permis l'embauche et l'inclusion de nombreuses personnes handicapées.

Situation sur le marché du travail des personnes handicapées en 2013
Situation sur le marché du travail des personnes handicapées en 2013 © Défenseur des Droits (2016)

"Mais pour aller encore plus loin et progresser sur l'inclusion, nous avons besoin de rôles modèles : des femmes handicapées qui témoignent haut et fort pour dire que travailler en situation de handicap est tout à fait possible, dans tous les systèmes et toutes les entreprises quelles que soient leurs tailles. Je pense notamment à Virginie Delalande, sourde et avocate, à qui il a longtemps été dit que ce métier n'était pas fait pour elle, et qui a notamment gagné le concours d'éloquence. Des sportives professionnelles ou des femmes entrepreneures qui montrent leur capacité de résilience au quotidien. Mais il y a aussi de nombreuses femmes qui ne trouvent pas d'emploi et qui se heurtent à des préjugés et à des incompréhensions sur leurs capacités", regrette notre interlocutrice. Pour favoriser l'insertion professionnelle de ces personnes, des services de job-coaching (emplois accompagnés) sont mis en place partout en France. Ils sont gratuits et réactivables à tout moment pour les entreprises qui peuvent faire appel avec des intervenants et des prestataires spécialisés (par exemple : associations Messidor ou Clubhouse France...) pour accompagner les débuts du salariés, adapter l'environnement et les postes de travail, sensibiliser les équipes, expliquer le fonctionnement des troubles complexes à appréhender, favoriser les interactions.. Notamment grâce à ces dispositifs, 60% des personnes accompagnées trouvent un emploi durable dans les six mois.  

Femme handicapée et santé

Accompagnement à la maternité

Les femmes en situation de handicap nécessitent, comme chaque femme, un suivi gynécologique annuel. Sans oublier une consultation pré-conceptionnelle pour un projet de parentalité. Un suivi spécifique peut être nécessaire chez certaines femmes en situation de handicap (maternité adaptée en cas de handicap moteur par exemple, professionnels de santé spécialisés dans le handicap, liens renforcés avec le médecin rééducateur...). En matière de services d'accompagnement à la parentalité, il existe deux grands pôles ressources en France. "Ils permettent de former les professionnels de santé afin qu'ils puissent proposer un accompagnement spécifique pendant et après la grossesse aux femmes en situation de handicap. Notre but est de développer dans chaque région un service adossé à une PMI ou à une maternité, dans le droit commun, mais avec des équipes spécialisées", décrit Sophie Cluzel.

"Quand une tumeur du sein est découverte chez une femme en situation de handicap, elle est en moyenne 8 fois plus grosse que celle découverte en population générale en France"

Permettre un meilleur accès aux soins

"En termes d'accès aux soins, nous avons une grande feuille de route pour améliorer les dispositifs. Notamment, le développement dans les établissements médico-sociaux de services handigynécos", indique la Secrétaire d'Etat chargée du handicap. Actuellement, il y en a dans trois régions ARS, mais l'idée est de les déployer partout en France. Avec notamment la formation des sages-femmes et des médecins, ainsi que des consultations médicales et gynécologiques adaptées, pour permettre une prévention qui reste primordiale. "A titre d'exemple, quand une tumeur du sein est découverte chez une femme en situation de handicap dans un établissement médico-social, elle est en moyenne 8 fois plus grosse que celle découverte en population générale en France, car il n'y a pas assez de dépistage. Autre chiffre alarmant, plus de 50% des personnes en situation de handicap n'ont pas de médecin traitant", déplore notre interlocutrice. 

Lors d'une consultation gynécologique, une femme en situation de handicap peut avoir besoin de : 

  • Avec un handicap moteur : plus d'aide, de temps (consultation plus longue), la pratique de l'examen clinique depuis son fauteuil, une bonne accessibilité des locaux et de la table d'examen...
  • Avec un handicap psychique : plus d'explications sur la notion du corps (dessin anatomique...), plus de temps, plus de clarté dans le déroulement de la séance, utilisation d'un langage simple et facile à comprendre, éclairage moins intense...
  • Avec un handicap visuel ou auditif : besoin d'explications sur les locaux, les gestes pratiqués, les personnes présentes, de supports complémentaires (dessin...), acceptation de la présence d'un chien guide...

Numéros utiles :

  • 0800 360 360 : numéro d'appui dans le cadre de la crise pour les personnes handicapées et les proches aidants
  • 114 : numéro d'urgence pour les personnes sourdes et malentendantes
  • 3977 : numéro pour les personnes vulnérables victimes de maltraitance

Déceler les violences conjugales

Les violences conjugales peuvent malheureusement être encore plus fragilisantes pour les femmes en situation de handicap qu'en population générale. "D'où l'importance de travailler sur plusieurs axes : le repérage, la formation sur le recueil de la parole (au sein des institutions judiciaires, police, éducateurs, assistants sociaux...), la formation des personnes en situation de handicap qui ne conscientisent pas toujours ce qu'elles subissent, les femmes autistes particulièrement. Ensuite, il faut parvenir à faire sortir une femme en situation de handicap de cet environnement de violences conjugales et à la sécuriser. Nous avons déjà mis en place deux groupes de travail - l'un en Gironde et l'autre en Loire-Atlantique - dans lesquels tous les acteurs du handicap et de l'accompagnement des femmes se réunissent et travaillent en lien avec les départements pour leur venir en aide, détaille Sophie Cluzel.  De plus, car cela ne se sait pas encore assez, il est important de préciser que depuis 2019, dès qu'une femme en situation de handicap, qui peut être bénéficiaire d'une Allocation Adulte Handicapée (AAH) mais ne la touche pas en raison du plafond fiscal élevé de son foyer, et qui déclare auprès de sa CAF vouloir se séparer de son mari pour causes de violences conjugales, l'administration a obligation, sous un délai de 10 jours maximum, de lui rétablir le versement de son allocation". 

Quelles sont les aides en France ?

En France, toutes les femmes ont accès à des aides et des services à la personne, mais aussi à des allocations ou aides financières. 

Aides et soins à domicile (définies selon des conditions) :

  • Services à la personne (SAP)
  • Services d'aide et d'accompagnement (SAAD)
  • Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)
  • Services polyvalents d'aide et de soins à domiciles (SPASAD)

Prestations ou aides financières (définies selon des conditions) :

  • Allocation aux Adultes Handicapés (AAH)
  • Carte mobilité inclusion (CMI) 
  • Prestation de compensation du handicap (PCH)
  • Pension d'invalidité
  • Récupération des prestations sociales
  • Prime d'activité
  • Retraite anticipée des travailleurs handicapés

>> Tous les détails des aides sur le site du Secrétariat d'Etat chargé des personnes handicapées

Quelles sont les associations ?

Voici quelques associations (liste non exhaustive) mobilisées pour défendre les droits en situation de handicap, qui réunissent des personnes, en situation de handicap ou non, partageant les mêmes valeurs : celles de l'équité dans tous les domaines de la vie et de la lutte contre les discriminations au quotidien :

  • Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA)
  • APF France Handicap
  • Réponses Initiatives Femmes Handicapées (RIFH)
  • Association Francophone des Femmes Autistes (AFFA)...

Merci à Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées depuis 2017. Propos recueillis le 2 juin 2021. 

Droits et démarches