IMG (indice de masse grasse) : calcul, norme, femme, tableau

L'indice de masse grasse ou IMG est un indicateur plus récent que l'indice de masse corporelle (IMC). Il permet d'évaluer la proportion de masse graisseuse d'une personne. Comment calculer son pourcentage ? Avec une balance impédancemètre ? Quelles normes chez la femme et l'homme ? Définition et interprétation avec le Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste.

IMG (indice de masse grasse) : calcul, norme, femme, tableau
© Oranuch Binmohamet - 123RF

L'indice de masse grasse (IMG) est un indicateur qui permet de définir la proportion de graisse dans le corps. Il est plus récent que l'indice de masse corporelle (IMC) et s'interprète en fonction d'autres paramètres comme l'âge ou le sexe. Il permet d'avoir une représentation plus précise de la masse graisseuse et ainsi, de la santé cardiovasculaire. Comment le calculer ? Quel est l'IMG normal chez la femme ? Chez l'homme ? Que signifie un IMG trop bas ? Trop élevé ? Quelles sont les limites de cette mesure ? Explications du Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste. 

Définition : qu'est-ce que l'IMG ?

L'indice de masse grasse ou indice de masse graisseuse (IMG) ou encore indice de masse adipeuse, est une mesure moins connue que l'IMC qui permet d'évaluer sa proportion de graisse dans le corps. "L'indice de masse grasse est un indicateur plus moderne et plus récent que l'IMC. L'IMC a près de 200 ans alors que l'IMG date de 2011. Il est également un peu plus complet que l'IMC qui ne reflète que le poids et la taille, définit d'emblée le Dr Julien Rousseaux. C'est une mesure utile, bien qu'elle ait tout de même quelques limites".

Calcul : comment mesurer l'IMG ?

L'IMG peut se mesurer grâce à différentes techniques : 

Avec une DEXA, l'examen de référence pour calculer l'IMG. Il a l'avantage d'être peu irradiant et permet d'estimer la densité des os (utilisé pour diagnostiquer une ostéoporose) ainsi que la masse grasse. Il est réalisé dans certains cabinets de radiologie et coûte environ 40 euros (non remboursé). 

Avec un scanner qui va évaluer le volume de graisse dans le corps, plus irradiant que le DEXA. 

Avec une balance impédancemètre qui va simplement permettre de donner une estimation de l'indice de masse grasse, grâce à un courant électrique qui traverse le corps. "Avec ce type de balance, on peut seulement avoir une estimation de l'IMG car sur la plupart des machines, le courant électrique va suivre le chemin le plus court et ne mesurer que la masse grasse des membres inférieurs, et non la graisse abdominale (la graisse la plus toxique pour la santé)", tient à préciser notre interlocuteur. Il existe des impédancemètres un peu plus précis, dotés de deux poignées afin de mesurer le courant depuis les pieds jusqu'aux bras, en passant donc par l'abdomen. Par ailleurs, certains impédancemètres sont dits à double fréquence et mesurent l'IMG grâce à deux courants électriques (l'un passant par l'eau à l'extérieur des cellules, l'autre passant par l'eau à l'intérieur des cellules), ce qui est encore plus précis. "Même avec des impédancemètres plus précis, on ne peut faire qu'une estimation de l'IMG. Pour un IMG très fiable, il faudrait prendre la mesure dans des conditions précises (à jeun, allongé après 10 minutes de repos, la vessie vide), or ce n'est jamais fait dans ces conditions. De plus, au niveau abdominal, on ne pourra pas distinguer la graisse sous-cutanée de la graisse au contact des viscère (plus nocive)", signale notre expert.  

Avec le test du pli cutané (à réaliser par une personne expérimentée) qui va estimer la masse grasse à l'aide d'une pince qui enserre la peau à des endroits spécifiques du corps (pli cutané ombilical, sur la face postérieure du bras...). Un pli supérieur à 2 cm peut refléter un excès de masse grasse. 

 Il n'y a aucun intérêt à mesurer tous les jours son IMG.

Avec la formule de Deurenberg qui va permettre d'estimer approximativement l'indice de masse grasse en fonction du sexe, de l'âge et de l'IMC. Cette mesure n'est pas très fiable car elle se base sur des données peu représentatives. 

  • Chez la femme : IMG (en %) = (1.20 x IMC) + (0.23 x Age) − 5.4
  • Chez l'homme : IMG (en %) = (1.20∗IMC) + (0.23∗Age) − (10.8∗1) − 5.4

Vous l'aurez compris, avec cette formule, il faut renseigner son IMC (le poids [en kg] divisé par la taille [en cm] au carré), son âge et si on est une femme ou un homme. Attention, ce calcul n'est pas valable chez la femme enceinte ou les personnes très musclées (sportifs professionnels ou athlètes par exemple qui peuvent avoir un poids élevé mais peu de graisse). "La composition du corps évoluant d'un jour à l'autre - le corps peut retenir plus ou moins d'eau par exemple - il n'y a aucun intérêt à mesurer tous les jours son IMG. Une personne qui voudrait suivre son IMG pourrait au maximum le mesurer toutes les 1 à 2 semaines (dans des conditions standardisées) et consulter un médecin s'il y a une évolution trop importante", indique le médecin nutritionniste. 

Tableaux : quelles sont les normes ?

L'indice de masse grasse est un pourcentage. Les valeurs normales sont différentes chez l'homme et chez la femme, qui a un peu plus de masse grasse. L'IMG dépend aussi d'autres paramètres comme l'âge ou l'ethnie ainsi, les valeurs suivantes sont données à titre informatif. Elles méritent d'être interprétées par un médecin. 

Normes de l'IMG chez la femme adulte

Valeur de l'IMG Interprétation
< 20% Pas assez de graisse
Entre 20 et 30% IMG normal
> 30% Trop de graisse

Normes de l'IMG chez l'homme adulte

Valeur de l'IMG Interprétation
< 10% Pas assez de graisse
Entre 10 et 25% IMG normal
> 25% Trop de graisse

Attention, ces normes n'ont de sens que pour les adultes (globalement entre 16 et 50 ans). Pour les enfants ou les personnes plus âgées, trop peu de mesures ont été réalisées dans les échantillons de population. Les valeurs s'interprètent donc au cas par cas. 

IMG trop bas : signification, que faire ?

Le seuil bas ne doit clairement pas être un objectif !

Un IMG inférieur aux valeurs de référence peut révéler  :

→ Une dénutrition

→ La pratique intensive d'un sport : "Les athlètes de très haut niveau ont généralement un IMG faible, car ils ont beaucoup plus de masse musculaire que de masse grasse. Or, ce n'est pas témoin d'une mauvaise santé", observe le médecin nutritionniste.

Le seuil bas ne doit clairement pas être un objectif. "La graisse est physiologiquement indispensable. Elle permet au corps de fonctionner. Un manque de masse grasse a des conséquences sur la santé, entraîne des perturbations hormonales et des problèmes de fertilité", détaille-t-il. En cas d'inquiétude, il convient de consulter son médecin généraliste qui effectuera, si nécessaire, des analyses plus précises comme un DEXA ou un scanner. 

IMG trop élevé : signification, que faire ?

Un IMG supérieur aux valeurs de référence peut révéler un surpoids ou une obésité et peut traduire de mauvaises habitudes alimentaires. Un excès de masse grasse viscérale augmente le risque cardiovasculaire (risque de diabète, cholestérol, AVC...) et de maladies du foie. Un IMG élevé doit inciter à faire une évaluation globale plus détaillée chez un médecin. 

Précautions : limites et alternatives à l'IMG

Le rapport tour de taille/hauteur est le meilleur indicateur pour évaluer son risque cardiovasculaire.

L'IMG est un indicateur intéressant qui présente toutefois des limites. La plupart des méthodes pour calculer l'IMG manquent de précision. "Le résultat donné est approximatif. Il ne distingue pas la masse grasse sous-cutanée de la masse grasse abdominale (la graisse à l'intérieur du ventre, au contact des viscères). Or, ces deux types de graisses n'entraînent pas les mêmes conséquences sur la santé. Contrairement à la graisse sous-cutanée qui est la moins toxique pour la santé, une masse grasse abdominale importante augmente considérablement le risque cardiovasculaire", prévient notre interlocuteur.  Pour repérer un éventuel excès de graisse abdominale, rien de mieux que de mesurer son tour de taille (entre le bas des côtes et le haut de l'os du bassin/la crête iliaque), que l'on vient diviser par sa taille en centimètres. Ce ratio est l'un des meilleurs indicateurs pour évaluer le risque cardiovasculaire. "Il est bien plus fiable que l'IMC ou l'IMG. Il est très simple d'interprétation car il est plus stable d'un jour sur l'autre et s'interprète de manière très proche quelque soit le sexe, l'âge ou l'ethnie. Un ratio supérieur à 0,55 est plus défavorable et peut amener à consulter son médecin", conclut notre interlocuteur. 

>> Exemple pour une femme d'1m62 avec un tour de taille de 65 cm : 65 / 162 = 0,40 (inférieur à 0,55 donc pas alarmant)

Merci au Dr Julien Rousseaux, médecin nutritionniste, conseiller médical Elsan

Régimes et équilibre alimentaire