Noyade Enfant : symptômes, différence avec "boire la tasse", que faire ?

Première cause de décès accidentel chez les enfants, une noyade peut survenir en moins de 20 secondes. Comment l'éviter ? Quels sont les premiers gestes à adopter ? Réponses et conseils du Dr Estelle Darviot, responsable des urgences médico-chirurgicales pédiatriques du CHU d'Angers. 

Noyade Enfant : symptômes, différence avec "boire la tasse", que faire ?
© dmosreg-123RF

Chiffres en France 

Dans son enquête NOYADES 2018, Santé publique France révèle que les enfants de moins de 6 ans ont représenté 28% des noyades accidentelles et 9% des décès. Première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans, les noyades sont responsables d'environ 1000 décès chaque année en France, tous âges confondus. 

Quels sont les signes d'alerte d'une noyade ?

Contrairement à ce que l'on peut voir dans certains films, un enfant qui se noie ne fait pas de bruit : il tombe au fond de l'eau et n'a pas le temps de se débattre ni d'appeler au secours. "Le principal signal d'alerte d'une noyade, c'est un enfant qui ne parvient pas à remonter à la surface de l'eau, qui a du mal à respirer ou qui ne respire plus lorsqu'il remonte à la surface", précise le Dr Estelle Darviot. 

Quelles différences avec "boire la tasse" ?

Boire la tasse signifie avaler de l'eau involontairement au cours d'une baignade. "Dans ce cas-là, nous avons tous le réflexe de tousser pour faire en sorte que l'eau n'aille pas dans les poumons, comme lorsque l'on avale un aliment de travers. C'est un réflexe adapté et si on boit de l'eau qui va dans le tube digestif, cela n'a pas d'importance puisque cela ne va pas nous empêcher de respirer", explique l'urgentiste pédiatrique. À contrario, une noyade désigne une asphyxie par inondation des voies respiratoires

Enfant qui se noie : que faire ?

Si votre enfant est inconscient mais respire : 

  • Faire appeler le 15 ou le 112.
  • Le mettre sur le côté.
  • Redresser sa tête.
  • Le réchauffer

Si votre enfant est inconscient et ne respire plus : 

  • Appelez de l'aide autour de vous (voisin, infirmière, un particulier secouriste, médecin...).
  • Faire appeler le 15 ou le 112.
  • Allonger l'enfant sur le sol (pas de matelas, ni de coussins) et pratiquer le massage cardiaque et le bouche à bouche. "Le bouche à bouche seul ne suffit pas, l'enfant qui ne respire pas sera le plus souvent aussi en arrêt cardiaque (ou le sera rapidement) et il est plus important de faire le massage cardiaque ", commente le Dr Estelle Darviot. 

"La prise en charge va être la même, quel que soit l'âge de l'enfant, continue-t-elle. La première chose à faire, c'est de le sortir de l'eau et de regarder son état. S'il respire à peu près correctement, on va l'installer confortablement, éventuellement sur le côté, et on va le réchauffer. S'il ne respire plus, il faut prévenir les secours et commencer les manœuvres de réanimation, à savoir du bouche-à-bouche et un massage cardiaque ".

Comment éviter les noyades ?

Il faut faire en sorte que le lieu de baignade soit bien protégé, de manière à ce que l'enfant ne puisse pas y accéder tout seul et qu'il y ait toujours un adulte responsable à proximité. "On peut bien-sûr mettre des brassards à l'enfant mais aussi lui apprendre que c'est un endroit potentiellement dangereux où l'on ne doit jamais se rendre tout seul et qu'il faut faire attention, préconise le Dr Estelle Darviot. Par exemple, on peut lui expliquer que si le ballon tombe dans l'eau, il faut appeler un adulte pour qu'il aille le chercher. Il faut apprendre des réflexes aux enfants, cela fait partie de l'éducation à la sécurité. Parce que, même s'il y a des barrières, il y aura toujours un moment où quelqu'un pourra oublier de la fermer. Ce n'est jamais une protection fiable à 100%. De manière générale, aucune mesure de sécurité n'est infaillible alors il faut se montrer vigilant parce qu'il n'y a pas besoin de beaucoup de temps pour se noyer et que tout peut se faire en silence". 

Plus de conseils :

Merci au Dr Estelle Darviot, responsable des urgences médico-chirurgicales pédiatriques du CHU d'Angers.

Santé du bébé et de l'enfant