Télétravail : définition, avantage, que dit le code du Travail ?

Le télétravail s'est largement développé en France avec la crise sanitaire du Covid-19 mais depuis septembre 2021, les employeurs ne sont plus tenus d'imposer un nombre minimal de jour de télétravail à leurs salariés. Que dit le Code du Travail ? Quels sont les avantages et inconvénients du télétravail ? Comment s'organiser ? Conseils.

Télétravail : définition, avantage, que dit le code du Travail ?
©  lightfieldstudios - 123RF

Le télétravail s'est largement développé en France avec la crise sanitaire du Covid-19. Depuis septembre 2021, si beaucoup d'entreprises l'ont instauré, les employeurs ne sont plus tenus d'imposer un nombre minimal de jour de télétravail à leurs salariés. Que dit le Code du Travail ? Quelle est la définition du télétravail ? Les avantages et inconvénients ? Comment s'organiser ? Les conseils de notre psychothérapeute Bruno Vibert pour garder la motivation et être efficace sur la durée. 

Définition : qu'est-ce que le télétravail ?

Le télétravail est une organisation de travail qui consiste à exercer un travail chez soi ou dans un espace de co-working. Le télétravailleur exerce normalement son activité professionnelle et certifie pouvoir être joint par son employeur pendant les plages horaires définies dans son contrat de travail. Le télétravail peut être régulier est mis en place par un accord collectif ou une charte, ou bien occasionnel, dans ce cas un simple accord mutuel (oral ou par courriel) entre l'employeur et le salarié suffit.

Il ne s'agit pas d'un droit pour le salarié.

Que dit le Code du Travail ?

Le code du travail ne fixe aucun critère ou condition particulière pour déterminer la possibilité ou l'opportunité de mettre en œuvre le télétravail dans une entreprise au profit des salariés, rappelle le ministère de l'Economie. Il ne s'agit pas d'un droit pour le salarié. Au sein d'une même entreprise, il est possible que le profil d'un poste empêche la mise en place du télétravail alors que d'autres postes peuvent en bénéficier. Les employeurs peuvent décider de mettre en place le télétravail uniquement pour certaines catégories de personnels. Si un employeur a le droit de refuser le télétravail à un employé, et ce même si le télétravail est mis en place au sein de la structure, il a cependant l'obligation de motiver sa réponse. À l'inverse, le refus d'accepter un poste de télétravailleur n'est pas un motif de rupture du contrat de travail.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le renforcement du dialogue social, il n'est plus nécessaire de modifier le contrat de travail pour permettre à un salarié de télétravailler. Pour mettre en place le télétravail, il existe 3 possibilités :

  • un simple accord entre l'employeur et le salarié, par tout moyen (accord oral, courriel, courrier…)
  • un accord collectif
  • une charte élaborée par l'employeur, après avis du comité social et économique.

Télétravail et Covid : quelles règles aujourd'hui ?

Pour enrayer la propagation de l'épidémie de Covid-19 et éviter l'afflux dans les transports, le télétravail s'est généralisé en France en 2020. Depuis le 1er septembre 2021, conformément au protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l'épidémie de Covid-19, le télétravail est considéré comme un " mode d'organisation de l'entreprise qui peut participer à la démarche de prévention du risque d'infection au Covid-19 et permettre de limiter les interactions sociales aux abords des lieux de travail et sur les trajets domicile travail. 'L'accord national interprofessionnel (ANI) du 26 novembre 2020 pour une mise en œuvre réussie du télétravail constitue un cadre de référence utile pour sa mise en œuvre. À ce titre, les employeurs fixent dans le cadre du dialogue social de proximité, les modalités de recours à ce mode d'organisation du travail en veillant au maintien des liens au sein du collectif de travail et à la prévention des risques liés à l'isolement des salariés en télétravail.". Concrètement, les employeurs ne sont plus tenus d'imposer un nombre minimal de jour de télétravail à leurs salariés.

Quels sont les avantages du télétravail ?

Le télétravail présente de nombreux avantages pour le travailleur. Il permet :

  • Une plus grande autonomie.
  • Un gain de temps (économies de temps de transport par exemple).
  • Une meilleure répartition de son temps dans la journée et une meilleure flexibilité.
  • Une baisse de la fatigue et du stress (lié aux transports, à l'insécurité pendant une période de crise sanitaire par exemple).
  • Des économies d'argent (liées aux transports, à la garde d'enfants, à la restauration...).
  • Une meilleure concentration.
  • Un gain de productivité.
  • Un sentiment de confiance vis-à-vis de sa hiérarchie.
  • Un meilleur équilibre entre la vie personnelle et professionnelle.

Quels sont les inconvénients du télétravail ?

Si le télétravail présente de nombreux atouts, il peut également entraîner des risques pour le travailleur comme :

  • Un risque d'isolement social "qui peut se manifester selon la prédisposition de chacun par de l'anxiété, des attaques de panique ou un état dépressif", précise notre interlocuteur.
  • Une augmentation des conflits familiaux (quand l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est mal géré ou parce que les membres de la famille se retrouvent beaucoup plus souvent ensemble).
  • Un risque d'addiction au travail.
  • Une perte d'esprit d'équipe.
  • Des difficultés d'organisation personnelle (difficultés à séparer sa vie professionnelle de sa vie privée par exemple).
  • Une perte de concentration due aux interférences de la part des autres membres du foyer.
  • Une absence de sentiment d'appartenance à un groupe, un collectif, une entreprise…
  • Des risques d'addiction (à la cigarette, à l'alcool, aux grignotages…).

Comment bien s'organiser en télétravail ?

Il est absolument déconseillé de travailler sur son canapé ou sur son lit qui sont des espaces associés au repos.

► Se créer un environnement propice au travail.

La première chose à faire est de définir un espace spécifique qui sera exclusivement dédié au travail et qui marquera une frontière nette avec ses autres espaces de vie. Cela permet de bien faire la distinction entre sa vie professionnelle et sa privée. Il est absolument déconseillé de travailler sur son canapé ou sur son lit qui sont des espaces associés au repos et aux temps de pause. En plus d'être mal installé, on ne travaille pas dans un espace motivant, ergonomique et qui a "une connotation de travail". Il est donc préférable de s'installer près d'une source de lumière naturelle et loin des sources de distractions (télévision, réseaux sociaux...). L'idéal est d'avoir un bureau installé dans le salon ou la chambre, voire encore mieux une pièce séparée où il est possible de fermer la porte. "Si notre espace est plus petit, on peut très bien installer son poste de travail sur la table de la salle à manger ou de la cuisine et on veillera à le ranger lorsque la journée est finie. On conseille également de disposer des objets qui représentent le travail (par exemple, un pot à crayon, un tapis de souris, des cahiers…)"

Se donner des horaires de travail et planifier sa journée. 

"On peut caler ses horaires sur ceux que l'on fait habituellement en présentiel. Cela permet d'avoir des repères structurants dans la journée et d'avoir une bonne régularité. Et comme on économise sur les temps de transport, on peut en profiter pour mettre ce temps habituellement perdu au profit d'une activité qui nous fait réellement plaisir : une séance de sport, une séance de méditation, un temps lecture, un moment de jardinage ou une activité avec ses enfants...", conseille Bruno Vibert. Le télétravail permet plus de flexibilité, alors on peut se permettre d'adapter ses horaires aux moments où on se sent le plus productif. Si c'est le matin, on commence un peu plus tôt par exemple. Par ailleurs, on veille à ne pas décaler sa pause déjeuner ou à ne pas sauter de repas. Au contraire, on prend de vrais repas équilibrés et énergétiques. Pour mieux s'organiser, on peut également faire une to-do list (inutile de faire une liste insurmontable qui est démotivante) chaque matin pour avoir une vision globale des tâches à réaliser dans sa journée. Il est conseillé d'attribuer une durée à chacune des tâches (par exemple, 30 minutes pour répondre aux mails, 15 minutes pour préparer la réunion du lendemain...), cela permet de ne pas s'éparpiller et de pas procrastiner.

Ne pas se laisser déranger. 

"Pour cela, on réunit les membres de son foyer et on fixe ensemble des règles d'organisation. Par exemple, interdiction de rentrer dans le bureau de telle heure à telle heure. Si plusieurs personnes sont simultanément en télétravail, on définit un espace pour chacun (une personne dans le bureau, une personne dans le salon par exemple). Il est également très important de couper la sonnerie de son téléphone portable et de se déconnecter des réseaux sociaux pendant que l'on fait une tâche fastidieuse ou qui nécessite davantage de calme", recommande notre expert. Il existe des applications de gestion du temps (Be Focused, Forest...) qui permettent de programmer des périodes pendant lesquelles on ne veut pas être dérangé(e). Cela permet de gagner en concentration, en productivité et de ne pas se laisser parasité(e). 

Comment rester motiver en télétravail ?

Hors de question de rester en pyjama : c'est contre-productif !

► Mettre en place un rituel matinal.

"On commence la journée par se préparer et par s'habiller comme si on se rendait sur son lieu de travail. Hors de question de rester en pyjama : c'est contre-productif car cela ne nous place pas dans une énergie de travail. L'idéal est d'aller marcher 10 à 15 minutes (l'attestation de sortie pendant le deuxième confinement le permet) avant de commencer la journée pour sortir de chez soi et re-rentrer. Cela donne l'impression de s'être rendu dans un autre environnement", explique le psychothérapeute. On prend également le temps de faire un vrai petit-déjeuner nutritif et plein d'énergie (composé d'un produit céréalier, d'un produit laitier et d'un fruit). 

► S'accorder des pauses.

"De la même façon qu'on discuterait avec un collègue ou qu'on irait boire un café à la machine, il ne faut pas culpabiliser de s'octroyer quelques pauses dans la journée. Si on sent que notre concentration commence à baisser, on prend 10-15 minutes de pause pour se dégourdir les jambes, aller marcher, lire ou passer un appel à un proche par exemple. Le fait de sortir à l'extérieur de chez soi permet de se changer les idées quelques minutes pour pouvoir ensuite se remettre pleinement dans une activité", insiste notre interlocuteur. Par ailleurs, si on s'octroie une vraie pause (le midi par exemple), on sera moins tenté(e) de faire des mini-pauses à répétition tout au long de la journée. 

On n'hésite pas à multiplier les contacts sociaux pendant son temps libre, particulièrement si on vit seul chez soi.

Garder le lien avec ses collègues.

"Pour éviter l'isolement social, il ne faut pas hésiter à échanger par téléphone, mail ou chat interne avec ses collègues pour se rassurer, se confier sur ses inquiétudes, les questionner sur leur organisation de travail si on se sent déstabilisé(e) ou livré(e) à soi-même. Au moins une fois par semaine, on peut privilégier les visioconférences qui offrent une plus grande fluidité et une spontanéité dans les échanges. En cette période particulièrement anxiogène, on n'hésite pas à multiplier les contacts sociaux pendant son temps libre, particulièrement si on vit seul chez soi", préconise notre expert. Par ailleurs, il est préférable de ne pas faire exclusivement du télétravail et de garder un ou deux jours par semaine sur site pour pouvoir maintenir des liens sociaux et se nourrir des contacts. Et dans la mesure du possible, il est conseillé de ne pas venir les mêmes jours en présentiel pour ne installer une routine. 

► Faire une seule tâche à la fois.

On peut anticiper la préparation des repas pour consacrer le maximum de temps à son travail, être le plus productif possible et ne pas se laisser déstabiliser par un souci d'organisation, qui est une source de stress. "De la même façon, il n'est pas conseillé d'entrecouper sa journée de travail à la maison par des tâches ménagères. Réservez-les le matin avant de commencer votre journée ou le soir", insiste Bruno Vibert. Plus vous vous éparpillez, plus vous perdez en efficacité. 

Changer régulièrement de position et prendre le temps de faire 5 minutes d'étirements par jour pour se libérer des tensions et des raideurs. Il est conseillé de surélever son écran pour avoir le regard bien au milieu, avoir le dos et le port de tête droits, avoir les jambes décroisées et les pieds bien à plat sur le sol (un repose-pieds peut vous aider à garder une bonne posture). Il est important de se lever toutes les heures et faire au moins 10 pas (la pompe veineuse s'active à partir de 10 pas environ), de faire des petits exercices musculaires pendant qu'on est assis (faire des petits tours avec les chevilles par exemple) ou des exercices de respiration (de type stretching, yoga...) pour stimuler le diaphragme et étirer la colonne vertébrale et enfin, de bien s'hydrater tout au long de la journée.

Merci à Bruno Vibert, psychothérapeute. 

Source : Entreprises, ce que vous devez savoir sur le télétravail. Ministère de l'Economie, le 01/09/2021

Psycho