Douleur aux testicules : causes, signes de quoi, solutions ?

Motif fréquent de consultation, les douleurs testiculaires ne doivent jamais être prises à la légère. Qu'elles soient aigües ou chroniques, elles doivent amener à consulter rapidement. Quelles sont leurs causes ? Comment les soulager ? Réponses avec le Dr Vincent Hupertan, urologue et sexologue à Paris. 

Douleur aux testicules : causes, signes de quoi, solutions ?
© lopolo - 123RF

Quelles sont les causes fréquentes de douleur aux testicules ?

Les douleurs aux testicules peuvent être aiguës ou chroniques. Parmi les douleurs aigües, les plus fréquentes sont : 

→ La torsion du testicule : Lors de la torsion le sang n'arrive plus au niveau du testicule ("ischémie") car celui-ci est nourri par une artère unique. Il suffit donc que cette artère soit bouchée pour aboutir à un véritable infarctus du testicule. "Il faut savoir que le testicule est libre à l'intérieur du sac scrotal et que si le cordon tourne sur lui-même, l'artère qui est en milieu s'étrangle et le sang ne va plus descendre, ce qui va entraîner une douleur intense. Il n'y a pas de véritable facteur déclenchant, même si parfois ça survient après avoir reçu un coup (lors de match de foot par exemple). Cela peut également arriver en plein sommeil. Si c'est le cas, il faut consulter en urgence à l'hôpital le plus proche parce que si on ne rétablit pas le flux sanguin dans les six heures, le testicule va nécroser et il devra être retiré. Notons que cela arrive très rarement après 30 ans ", explique le Dr Vincent Hupertan. 

→ La torsion de l'hydatide testiculaire : l'hydatide sessile est un reliquat embryonnaire, comme l'appendice, il ne sert à rien. Mais il peut également se tordre et "simuler" une torsion de testicule : douleur intense, unilatérale. "Le diagnostic est souvent posé au bloc opératoire lors de l'opération pour suspicion de torsion ", précise l'urologue.

→ Les douleurs aiguës de type inflammatoire et infectieux : les infections de l'épididyme (épididymite) ou du testicule (orchite voire orchi-épididymite) se manifestent par une douleur testiculaire progressive, parfois associée à des signes urinaires voire de la fièvre. Le testicule va aussi gonfler, il peut même tripler de volume. "En l'absence de traitement adapté, l'infection peut évoluer vers un abcès testiculaire. Il ne faut pas hésiter à consulter en urgence pour établir un diagnostic et commencer le plus rapidement possible un traitement antibiotique. Une forme particulière d'orchite peut survenir à l'occasion d'un oreillon : il s'agit de l'orchite ourlienne qui peut toucher un mais ce n'est pas rare, les deux testicules ", prévient le spécialiste. 

→ Les traumatismes du testicule : il s'agit des douleurs occasionnées par un traumatisme. Le plus souvent, la douleur disparaît rapidement. Si la douleur reste, voire si elle augmente ou bien s'il y a un hématome avec un scrotum qui devient rapidement bleu, un avis chirurgical en urgence est nécessaire pour écarter une torsion ou une rupture du testicule.

→ Les douleurs chroniques qui correspondent à des douleurs de faible intensité. Chez le jeune, une sensation de pesanteur du côté gauche est liée à une varicocèle. "La veine spermatique gauche étant plus longue, le sang du testicule gauche circule moins bien, il a du mal à remonter entraînant une dilatation des veines du testicule, explique le Dr Vincent Hupertan. Cette dilatation va augmenter la température du testicule et va affecter la spermatogénèse avec des conséquences en termes de fertilité. Les douleurs ne sont pas typiques, parfois il s'agit d'une simple lourdeur en fin de journée ". 

→ Les douleurs atypiques du testicule : elles représentent un motif fréquent de consultation car elles suscitent beaucoup d'inquiétude. "L'examen clinique est normal, l'échographie aussi, les examens bactériologiques n'indiquent rien de particulier. Le plus souvent, elles disparaissent d'elles-mêmes. Lorsque l'on a éliminé toutes les causes possibles, on range ces douleurs dans la case des douleurs psychosomatiques ", remarque l'urologue et sexologue.

Douleurs aux testicules après prostatectomie : normal ?

Si le mécanisme d'une douleur après prostatectomie n'a jamais été réellement compris, il faut toujours éliminer une infection, c'est primordial. Bien que cette douleur reste rare, elle nécessite des examens et un traitement.

Douleurs testiculaires et lombaires (reins, dos) : le signe de quoi ?

Il existe une grande confusion entre la torsion testiculaire et la colite néphrétique. La douleur de la colite néphrétique est une douleur qui peut irradier vers les organes génitaux (homme et femme). "C'est ce que l'on appelle la sémiologie de la douleur : à l'examen clinique, on trouve un testicule normal sans douleur mais c'est surtout l'imagerie qui rétablit le diagnostic ", souligne le spécialiste.

Douleurs testiculaires après une opération d'une hernie inguinale : normal ?

Encore une fois, la douleur testiculaire n'est jamais là sans raison. Une hernie est un défaut de paroi, une faiblesse située au niveau du canal inguinal. Le canal inguinal est l'endroit par où le cordon spermatique arrive au niveau du scrotum. "Lors de l'opération qui vise à rétablir la solidité de cette paroi, le cordon peut parfois être comprimé ce qui peut expliquer les douleurs testiculaires dans le post-opératoire immédiat, mais ces douleurs vont disparaître rapidement ", rassure l'urologue. 

Douleurs aux testicules et MST

Les infections du testicule entraînent des douleurs : l'épididymite ou l'orchi-épididymite. Selon les bactéries responsables, on peut distinguer deux types d'infection :

  • Les infections causées par des bactéries intestinales comme par exemple la fameuse Escherichia coli, qui entraînent des infections sévères avec fièvre, fatigue, signes urinaires comme des brûlures et le testicule qui gonfle pouvant aller jusqu'à l'abcès. 
  • Tout le cortège des MST : chlamydia, mycoplasmes, ureaplasma ou encore gonocoque entrainent des urétrites avec écoulement et brûlures urinaires (la fameuse "chaude pisse"). Mais ces germes peuvent remonter au niveau de l'urètre, de la prostate, du canal déférent et des vésicules séminales, et provoquer une prostatite aiguë et épididymite/ orchi-épididymite. "D'où l'importance de bien rechercher toutes ces bactéries lorsque l'on prescrit un examen bactériologique ", ajoute le Dr Vincent Hupertan. 

Douleurs testicules chez l'adolescent : pourquoi, normal ?

"Il faut toujours s'inquiéter d'une douleur, surtout quand elle est aiguë, c'est-à-dire qu'elle survient brutalement. Quand c'est très douloureux, il ne faut pas prendre un Doliprane et attendre que ça passe. Il est urgent de lever le doute par une consultation en urgence ", prévient l'urologue. 

Douleurs testicules et bas du ventre : pourquoi ?

Des douleurs urogénitales qui s'accompagnent de signes fonctionnels urinaires ("envies pressantes", mictions souvent en petite quantité), associées à une pesanteur pelvienne, des douleurs testiculaires, voire une éjaculation douloureuse, doivent faire penser à une prostatite chronique bactérienne ou abactérienne (il n'y plus de bactéries). Le plus souvent, la douleur est diffuse dans le bas du ventre ou au niveau du périnée. 

Comment soulager une douleur aux testicules ?

Le traitement de la douleur aux testicules va dépendre de sa cause. Toute douleur testiculaire brutale, unilatérale, intense, nécessite à une consultation en urgence, car il y a suspicion de torsion. C'est le médecin qui va examiner et décider s'il faut réaliser une échographie ou d'autres examens. "Ce n'est pas rare que le patient quitte les urgences pour aller directement au bloc opératoire s'il y a suspicion de torsion. Si la douleur n'est pas trop intense, s'il y a d'autres signes, on peut prescrire une échographie pour établir le diagnostic. Quant aux douleurs chroniques, il faut effectuer un bilan complémentaire bactériologique pour éliminer l'infection. Si c'en est une, on va prescrire des antibiotiques, pour l'éradiquer ", commente le Dr Vincent Hupertan. 

Quand consulter ?

Qu'elle soit violente ou non, une douleur aux testicules  exige une consultation d'urgence. Des examens complémentaires sont parfois nécessaires pour déterminer la cause exacte de la douleur testiculaire.

Merci au Dr Vincent Hupertan, urologue et sexologue à Paris.

Santé de l'homme