Phobie des clowns : causes et significations

Avec son gros nez rouge et son accoutrement multicolore, le clown a une fonction comique. Pourtant, son image peut être effrayante et faire peur à certaines personnes. Il s'agit de la phobie des clowns ou la coulrophobie. D'où vient cette peur ? Quelles solutions pour la surmonter ? Le point avec Carine Grzesiak, psychologue.

Phobie des clowns : causes et significations
© Alexander Raths - 123RF

Nom scientifique de la phobie des clowns

La phobie des clowns a pour nom scientifique la coulrophobie. Le préfixe "coulro" vient du grec ancien "kôlobathristes" signifiant "acrobate qui est sur des échasses".

Définition : qu'est-ce que la coulrophobie ?

La coulrophobie désigne la peur inexpliquée des clowns. "Elle peut se manifester par une accélération du rythme cardiaque, de la transpiration, des nausées, des troubles digestifs, une attaque de panique ainsi qu'un évitement des situations impliquant la présence de clowns", ajoute Carine Grzesiak, psychologue.

Causes et explications

"La coulrophobie est une phobie spécifique, souvent en lien avec la peur de l'apparence. Elle traduit une incapacité à analyser l'autre parce qu'il porte un masque, ce qui peut être perçu et vécu comme un danger potentiel. La peur des clowns peut aussi résulter d'une expérience traumatique (clown qui nous a effrayé lors d'un carnaval, d'une fête ou sur une vidéo), souvent survenue dans l'enfance", explique la psychologue.

Quelle est la signification d'une phobie des clowns ?

"Sa signification est souvent en lien avec la difficulté à percevoir l'autre, et donc à évaluer le danger potentiel qu'il représente", estime la spécialiste. A noter qu'il existe dans la culture populaire de nombreuses histoires de meurtres effectués par des clowns (It, de Stephen King, le Joker...). Ce qui a renforcé l'image effrayante des clowns. 

Solutions : comment vaincre la phobie des clowns ?

Comme pour toute phobie (des pieds, du vide, des trous...), le principal outil thérapeutique en cas de coulrophobie est la thérapie cognitive et comportementale (TCC) avec protocole d'exposition. "L'hypnose est également un outil qui peut se révéler efficace" pour comprendre l'origine de cette phobie et de trouver des solutions. "Elle permet de dissocier le patient de sa phobie, celui-ci peut ainsi retrouver de la souplesse et de la flexibilité dans son quotidien. Enfin, le Ritmo et l'EMDR, outils de gestion des traumatismes peuvent également être utilisés suivant l'origine de la phobie", souligne la psychologue.

Merci à Carine Grzesiak, psychologue.

Psycho