C'est quoi une infection streptococcique ?

Au Japon, un nombre anormalement élevé d'infections streptococciques mortelles inquiète actuellement les autorités. Doit-on s'inquiéter en France ?

C'est quoi une infection streptococcique ?
© maridav - 123RF

Les infections streptococciques se propagent à un rythme record au Japon : entre le 1er janvier et le 17 mars 2024, 517 cas ont été enregistrés (chiffres provisoires) avec des infections identifiées dans les 47 préfectures du Japon sauf deux, contre 941 au total sur 2023, qui était déjà un record, rapporte le National Institute of Infectious Diseases, l'organisme japonais en charge des statistiques sur la santé. Normalement, environ 100 à 200 cas sont dénombrés chaque année dans l'archipel nippon. C'est la forme la plus grave, liée à une souche de bactérie plus virulente et transmissible (probablement de la lignée M1UK) qui est surtout surveillée par les autorités sanitaires : le syndrome de choc toxique streptococcique (SCTS), qui a un taux de mortalité de 30% et qui toucherait les personnes jeunes, de moins de 50 ans

"Des formes fulminantes sévères et soudaines de streptocoque"

"Il existe encore de nombreux facteurs inconnus concernant les mécanismes à l'origine des formes fulminantes (sévères et soudaines) de streptocoque, et nous n'en sommes pas au stade où nous pouvons les expliquer", souligne le quotidien japonais Asahi shinbun. Certains experts estiment que cette augmentation rapide des cas pourrait être liée à la levée des restrictions imposées pendant la pandémie de Covid-19. En mai 2023, le gouvernement japonais avait rétrogradé le Covid au niveau 5 de la classification nationale, c'est-à-dire au même stade que la grippe saisonnière. "Cela a conduit plus de gens à abandonner les mesures de base pour prévenir les infections, telles que la désinfection régulière des mains, explique Ken Kikuchi, professeur de maladies infectieuses à l'Université de médecine de Tokyo, au quotidien britannique The GuardianÀ mon avis, plus de 50 % des Japonais ont été infectés par le Sars-CoV-2. Le statut immunologique des personnes après s'être remises du Covid-19 pourrait modifier leur sensibilité à certains micro-organismes. Nous devons clarifier le cycle d'infection des maladies invasives graves à streptocoques pyogènes et les maîtriser immédiatement.

C'est quoi une infection streptococcique ?

Le terme "infection streptococcique" fait référence à une infection causée par un streptocoque de groupe A (Streptococcus pyogenes). Il en existe plusieurs types, plus ou moins graves. La plupart du temps, cette bactérie n'entraîne pas de symptômes. Autrement dit, la personne en est atteinte sans le savoir et ne tombe pas malade. Dans certains cas, la bactérie est dite "opportuniste" et peut entraîner des infections bénignes comme une angine à streptocoque ou de l'impétigo, selon l'Institut Pasteur. Exceptionnellement et lorsqu'elle n'est pas traitée à temps, cette bactérie peut entraîner un syndrome de choc toxique streptococcique, dû à la production d'une toxine. C'est une infection invasive grave avec défaillance viscérale d'évolution fatale dans 30% des cas. Il faut se rassurer : dans 80% des cas, l'infection est non invasive et bénigne, rappelle le Centre national de référence des streptocoques.

Au début : des symptômes proches d'un rhume

La transmission de cette bactérie est surtout interhumaine et se fait à travers les gouttelettes respiratoires, les surfaces contaminées ou par le biais de blessures aux mains et aux pieds. Cette bactérie est contagieuse. Quand la bactérie entraîne une infection symptomatique :

Au début, l'infection commence par des symptômes légers semblables à ceux d'un rhume :

  • Mal de gorge
  • Nez qui coule
  • Toux

Si l'infection s'aggrave, elle peut évoluer en angine streptococcique avec comme symptômes : 

  • Des amygdales rouges et douloureuses
  • Fièvre élevée
  • Maux de tête
  • Ganglions enflés au niveau du cou

► Dans les cas les plus graves (exceptionnels), elle peut entraîner un syndrome du choc toxique streptococcique :

  • Hypotension
  • Confusion
  • Diarrhées importantes
  • Vomissements
  • Défaillance d'un organe pouvant mener à la pneumonie ou la méningite
  • Atteinte rénale
  • Atteinte hépatique

Doit-on s'inquiéter en France ?

Selon l'Institut national des maladies infectieuses, les patients de moins de 50 ans semblent les plus à risque de développer une forme sévère. "On sait mal les raisons d'une infection sévère à streptocoque A. On suspecte un déficit transitoire ou permanent du système immunitaire", explique le Pr Antoine Flahault, professeur de santé publique et épidémiologiste à l'Université de santé globale de Genève à Actu.fr. L'épidémiologiste se veut malgré tout rassurant : "Le streptocoque A existe depuis la nuit des temps et les épidémies que l'on peut observer çà et là, comme actuellement au Japon, n'ont rien d'exceptionnel", estime-t-il.  

Pas de lien entre la hausse inhabituelle des cas en France et la situation actuelle au Japon. 

>> En France : ces infections invasives sont en augmentation depuis 2000, le taux d'incidence ayant augmenté de 1,2 à 3,3/100 000 personnes (chiffres de l'Institut Pasteur), mais il n'y a pas de phénomène épidémique inhabituel selon les autorités sanitaires. Et une hausse des infections invasives à Streptocoque du Groupe A est observé chez les enfants de moins de 10 ans depuis fin 2022 dans différentes régions françaises (Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine). Santé Publique France a rapporté 19 décès en France. Cette "situation épidémiologique n'est pas liée à l'émergence d'une souche bactérienne nouvelle", a informé l'agence de santé. Il n'y aurait donc pas de lien entre cette hausse inhabituelle des cas en France et la situation au Japon. 

Ça se soigne ?

Les infections streptococciques bénignes sont traitées avec des antibiotiques. 

Les infections streptococciques graves tel que le syndrome du choc toxique streptococcique nécessitent une combinaison d'antibiotiques et d'autres médicaments (souvent des médicaments augmentant la tension artérielle), ainsi que de soins médicaux intensifs. Il n'existe pas de vaccin pour se protéger d'une infection à streptocoque de groupe A. 

  • Les infections streptococciques envahissantes de groupe A - Peadiatric Child Health
  • Mystery in Japan as dangerous streptococcal infections soar to record levels - The Guardian