Lupus cutané : symptômes, traitement, photos

Le lupus cutané (aigu, subaigu, chronique) est une maladie auto-immune pouvant être associée à un lupus systémique. Quels symptômes ? Quels traitements ? Le point sur cette maladie inflammatoire de la peau avec le Pr Zahir Amoura, chef du service de médecine interne, Centre National de Référence Lupus de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Lupus cutané : symptômes, traitement, photos
© Pr. Zahir Amoura, chef du service de médecine interne, Centre National de Référence Lupus de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Définition : qu'est-ce que le lupus cutané ?

Le lupus cutané est ou non associé à un lupus systémique. Dans ce cas, le patient sera suivi et traité pour un lupus systémique. "On peut dans ce cas observer une atteinte cutanée et aussi d'autres manifestations non-cutanées comme une atteinte articulaire ou rénale, note le Pr Zahir Amoura. S'il s'agit d'un lupus cutané pur, dont l'atteinte est uniquement cutané, il s'agit dans ce cas d'une maladie bénigne prise en charge par les dermatologues. Dans ce lupus, on ne trouve pas le plus souvent les auto-anticorps spécifiques, caractéristique du lupus systémique".  

Lupus cutané aigu ou chronique ?

Le lupus cutané se divise en trois types d'atteintes cutanées :

  • le lupus aigu,
  • le lupus subaigu
  • le lupus chronique dont le lupus discoïde est le plus fréquent.

Dans la majorité des cas, le lupus aigu est associé à un lupus systémique, le lupus subaigu dans la moitié des cas. Pour le lupus chronique, l'association au lupus systémique est possible.

Quels sont les symptômes ?

Les atteintes cutanées se trouvent le plus souvent sur les zones photo-exposées. En fonction des types de lupus, les zones atteintes peuvent être différentes : il s'agit souvent :

  • du visage, 
  • du cuir chevelu
  • du décolleté. 

Dans la forme subaiguë du lupus, l'atteinte est principalement au niveau du tronc et des membres

→ Dans la forme aigue, la forme typique est l'érythème (rougeur) "en loup (lupus)" ou  vespertilio (ailes de papillon),  plus  ou  moins  squameux,  typique  par  sa  localisation,  sur  les  joues  et  le  nez,  respectant  relativement  les  sillons  nasogéniens, s'étendant souvent sur le front, les orbites, le cou dans la zone du décolleté. Les lésions buccales érosives de lupus aigu doivent être recherchées

Photo lupus vespertilio
Photo lupus vespertilio © Pr. Zahir Amoura, chef du service de médecine interne, Centre National de Référence Lupus de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière

→ Dans la forme chronique, le lupus discoïde est majoritaire. Il s'agit alors de plaques bien limitées associant trois lésions élémentaire s: érythème parcouru de fines télangiectasies ; squames plus ou moins épaisses s'enfonçant en clou dans les orifices folliculaires ; atrophies cicatricielles définitives, souvent multiples et symétriques, surtout localisées au visage sur l'arête du  nez,  les  pommettes avec  parfois  une  disposition  en  aile  de  papillon ,  les  régions  temporales  et  l'ourlet  des  oreilles,  et  sur  le  cuir  chevelu  avec  alopécie cicatricielle définitive

Photos Lupus cutané
Photos Lupus cutané © Pr. Zahir Amoura, chef du service de médecine interne, Centre National de Référence Lupus de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière

Quelle est la cause ?

"Aucune cause précise n'a été identifiée dans le lupus cutanée pur. Pour le lupus cutané subaigu, il faut toujours rechercher des médicaments inducteurs. Mais on sait que la maladie est plus fréquente chez les fumeurs. Si la femme est davantage touchée par le lupus cutané isolé, le ratio est largement inférieur aux 9 femmes pour 1 homme que l'on trouve dans le lupus systémique, explique le Pr Zahir Amoura. Comme pour le lupus systémique, on sait que la maladie est souvent déclenchée par l'exposition au soleil. Et dans sa forme subaiguë, des médicaments sont souvent à l'origine de la maladie comme les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP)", qui sont souvent prescrits pour traiter les maux de l'estomac.

Comment est posé le diagnostic ?

Le diagnostic repose en premier lieu sur l'examen clinique. "Si on a un doute on peut avoir recours à une biopsie cutanée", précise le médecin. Une atteinte cutanée étant parfois inaugurale du lupus systémique, un examen complet à la recherche de manifestations non-cutanées et une prise de sang à la recherche des anticorps antinucléaires spécifiques de la maladie sera alors effectuée.

Quel est le traitement ?

"Le lupus cutané isolé est une maladie qu'on contrôle très bien avec des traitements simples. On traite le patient en première intention avec l'hydroxychloroquine, un immuno-modulateur. Si cela ne fonctionne pas, on peut utiliser le thalidomide, traitement contre les pathologies cutanées inflammatoires ou les immunosuppresseurs comme le methotrexate. Il s'agit des mêmes traitements que pour les atteintes cutanées du lupus systémique", développe Zahir Amoura.

Quelle est l'évolution de la maladie ?

Dans le lupus cutané pur, la partie inflammatoire, rouge et squameuse, disparaît. Mais s'il s'agit d'un lupus chronique, la partie discoïde, la partie atrophique cicatricielle (cercle blanc avec une peau lisse) ne disparaît pas.

Merci au Pr Zahir Amoura, chef du service de médecine interne, Centre National de Référence Lupus de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Maladies et infections de la peau