Hypoxémie : normes, cause, symptômes, conséquences

L'hypoxémie est définie comme un faible taux d'oxygène dans le sang. Les causes les plus fréquentes d'hypoxémie sont les problèmes respiratoires aigus et chroniques, les insuffisances cardiaques et les anémies sévères. On fait le point avec le Dr Nicolas Devos, Anesthésiste réanimateur.

Hypoxémie : normes, cause, symptômes, conséquences
© maxxyustas/123RF

Définition : qu'est-ce que l'hypoxémie ? 

L'hypoxémie est une diminution de la quantité d'oxygène dans le sang. "La respiration permet le passage de l'oxygène du poumon vers le sang au travers de la membrane alvéolo capillaire qui est la zone d'échange entre l'alvéole pulmonaire et les capillaires pulmonaires où circule le sang qui ainsi s'enrichit en oxygène (un peu long et bcp de répétition mais l'idée est d'expliquer le chemin de l'oxygène du poumon au sang), détaille le Dr Nicolas Devos, Anesthésiste réanimateur. Cet oxygène se fixe aux globules rouges et plus spécifiquement à l'hémoglobine qui est le transporteur de cet oxygène dans le sang pour les différents tissus de notre organisme. Une pathologie pulmonaire ou une anémie (diminution de l'hémoglobine) entraîne une hypoxémie". La résultante de l'hypoxémie est un déficit d'apport d'oxygène aux tissus, c'est-à-dire une hypoxie tissulaire.

Quelles différences avec l'hypoxie ?

Bien que les termes hypoxie et hypoxémie soient souvent employés l'un pour l'autre, ils désignent deux situations différentes. "L'hypoxémie se produit lorsque la pression partielle de l'oxygène dans le sang (PaO2) est en dessous de normale (la valeur normale est entre 80 et 100 mm Hg). Une hypoxémie non corrigée conduit à une hypoxie", précise le médecin. De son côté, l'hypoxie est définie comme réduction d'approvisionnement en oxygène au niveau du tissu, qui n'est pas mesuré directement par une valeur de laboratoire.

Quelles sont les normes ?

"On parle d'hypoxémie lorsque la pression partielle en oxygène (PaO2) descend en dessous de la valeur normale, qui est comprise entre 75 et 100 mmHg", répond l'anesthésiste.

Quelles sont les causes ? 

"Les causes les plus fréquentes d'hypoxémie sont les problèmes respiratoires aigus et chroniques (dysfonctionnement de la zone d'échange entre air et sang), les insuffisances cardiaques (défaut d'irrigation des vaisseaux sanguins par un cœur affaibli) et les anémies sévères (déficit de globules rouges et donc d'hémoglobine dont la conséquence est l'altération du transport de l'oxygène aux tissus)", poursuit notre interlocuteur. L'hypoxémie résultant d'un problème pulmonaire ou cardiaque se traite en apportant au patient de l'oxygène supplémentaire (masque à oxygène, respirateur). "L'hypoxémie due à l'anémie se traite en augmentant le taux d'hémoglobine en fournissant, entre autres, davantage de fer et de vitamine B12 ou en derniers recours à la transfusion sanguine, tout cela dépendant des causes de l'anémie".

Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes d'une hypoxémie sont généralement :

  • une tachycardie : meilleur signe clinique de l'hypoxémie. "La tachycardie permet d'augmenter le débit cardiaque qui lui, permet d'augmenter l'irrigation des tissus en sang afin de contrer la dette en oxygène liée à l'hypoxémie."
  • une hyperventilation par augmentation du travail ventilatoire afin d'augmenter les échanges air-sang au niveau de l'alvéole pulmonaire .
  • une cyanose : la peau prend alors une teinte bleutée.

Quelles sont les conséquences d'une hypoxémie ? 

L'hypoxémie et sa conséquence l'hypoxie tissulaire entraîne une souffrance cellulaire de nos organes. "Les cellules de notre organisme ont besoin d'oxygène pour survivre, rappelle le médecin. L'hypoxie cérébrale peut entraîner des séquelles neurologiques sévères ou le défaut d'oxygène pour les cellules myocardiques (muscle cardiaque) peut entrainer un infarctus du myocarde".

Hypoxémie diurne ou nocturne : c'est quoi ?

L'hypoxémie est diurne et nocturne. Une pathologie comme le syndrome d'apnée du sommeil (SAS) peut entraîner une hypoxémie essentiellement nocturne et / ou aggraver une hypoxémie diurne. "Par exemple, l'obésité est très souvent accompagnée d'un SAS (20 à 30%) nécessitant un appareillage nocturne afin de limiter l'hypoxémie nocturne, constate le spécialiste. Si un patient obèse présente une insuffisance respiratoire chronique surajoutée, il est encore plus important de limiter ses apnées du sommeil car l'hypoxémie nocturne aggravera l'hypoxémie diurne existante ".

Hypoxémie réfractaire : c'est quoi ? 

"Elle est assez rare heureusement et peut se rencontrer dans certaines pathologies cardiaques où il existe une communication anormale entre le cœur gauche et droit, entraînant ainsi une contamination du sang du cœur gauche (sang oxygéné venant du poumon) par le sang du cœur droit (sang non oxygéné venant des différents organes et envoyé par le cœur droit vers le poumon)", souligne le Dr Devos. 

Quels sont les traitements ?

Les traitements de l'hypoxémie sont divers en fonction des causes. "L'apport d'O2 inhalé supplémentaire (oxygénothérapie) est le traitement le plus fréquent, conclut le médecin. Cela reste un traitement symptomatique. Le traitement principal étant celui de la maladie sous-jacente respiratoire et/ou cardiaque". En cas d'anomalie du transporteur de l'O2 (hémoglobine) il faudra traiter la cause de l'anémie. 

Merci au Dr Nicolas Devos, Anesthésiste réanimateur à la Clinique de l'Europe (Vivalto Santé) à Rouen pour sa relecture.

Maladies du sang