Grippe aviaire : la France en alerte "élevée", carte, quels risques ?

La France repasse en alerte "élevée" face au risque d'introduction d'un virus de la grippe aviaire "hautement pathogène H5N8" détecté sur deux cygnes aux Pays-Bas le 23 octobre. L'infection pourrait arriver dans le pays par les oiseaux migrateurs. Qu'est-ce que la grippe aviaire ? Symptômes, transmission... Découvrir.

Grippe aviaire : la France en alerte "élevée", carte, quels risques ?
© indukas -123RF

Le jeudi 5 novembre 2020, la France repasse en alerte "élevée" face au risque d'introduction du virus de la grippe aviaire sur le territoire national ou dans les 45 départements traversés par des couloirs de migration. Quels risques pour les Français et quelles précautions adopter ? Quels sont les symptômes de la grippe aviaire ? Comment se fait sa transmission ? Détails.

Grippe aviaire en France

Dans son communiqué, le ministère de l'Agriculture français explique que le virus influenza aviaire "hautement pathogène H5N8" a été détecté sur deux cygnes aux Pays-Bas le 23 octobre 2020 et que depuis, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe. "Des foyers domestiques et des cas dans l'avifaune sauvage (ensemble des oiseaux d'une région donnée) ont été confirmés non seulement aux Pays-Bas mais également en Allemagne et au Royaume-Uni" indique le ministère. Or, l'accélération de la dynamique d'infection accentue le risque d'introduction du virus en France via les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages.

À compter du vendredi 6 novembre, les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires dans l'ensemble des départements classés en niveau "élevé" et dans les zones à risque particulier (ZRP) :

  • claustration ou protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs pour les animaux ;
  • interdiction de rassemblement d'oiseaux (exemples : concours, foires ou expositions) ;
  • interdiction de faire participer des oiseaux originaires de ces départements à des rassemblements organisés dans le reste du territoire ;

"La consommation de viande, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l'homme."

  • interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes ;
  • interdiction d'utilisation d'appelant.

Les mesures suivantes sont par ailleurs maintenues obligatoires sur tout le territoire :

  • surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l'arrivée d'un département cité ;
  • vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

"À ce jour, la France est indemne d'influenza aviaire, rassure le ministère. La consommation de viande, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l'homme. L'influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux."

Foyers et cas d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en Europe à la date du 4 novembre 2020

Foyers et cas d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en Europe à la date du 4 novembre 2020
Foyers et cas d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en Europe à la date du 4 novembre 2020 © Ministère de l'Agriculture

Carte de la grippe aviaire en France

Carte des zones concernées par les mesures de prévention (zones à risque particulier (ZRP) en bleu, départements en rouge). 5 novembre 2020.

Carte des zones concernées par les mesures de prévention (ZRP en bleu, départements en rouge) :
Carte des zones concernées par les mesures de prévention (ZRP en bleu, départements en rouge) © Ministère de l'Agriculture

→ Liste des 45 départements concernés par l'arrêté : l'Ain, l'Ardèche, l'Aude, le Bas-Rhin, les Bouches-du-Rhône, le calvados, la Charente-Maritime, la Côte-d'Or, les Côtes-d'Armor, les Deux-Sèvres, la Drome, l'Eure, le Finistère, le Gard, le Gers, la Gironde, la Haute-Marne, la Haute-Saône, la Haute-Savoie, le Haut-Rhin, l'Hérault, l'Ille-et-Vilaine, l'Isère, le Jura, les landes, la Loire, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Manche, la Marne, la Mayenne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, le Morbihan, la Moselle, le Nord, le Pas-de-Calais, les Pyrénées-Atlantiques, les Pyrénées-Orientales, le Rhône, la Saône-et-Loire, la Savoie, la Seine-Maritime, la Somme, le Vaucluse et la Vendée.

C'est quoi la grippe aviaire ?

La grippe aviaire est une maladie d'origine animale provoquée par des souches A du virus grippal. On l'appelle aussi "grippe A". C'est une maladie infectieuse, virale, très contagieuse, affectant les oiseaux domestiques (volailles) et sauvages qui peut, selon les souches, se transmettre à l'homme. De nombreuses espèces d'oiseaux sauvages, en particulier celles qui vivent dans les zones humides et les milieux aquatiques, hébergent des virus grippaux. Les anseriformes (et plus particulièrement les canards, les oies et les cygnes) ainsi que les charadriiformes (comme les mouettes, les sternes et les échassiers) constituent le principal réservoir naturel de virus de la grippe aviaire. L'infection peut être très contagieuse chez les animaux et décimer tout un élevage en 48 heures seulement d'où ses autres noms de "peste aviaire" et "Ebola du poulet". La grippe aviaire peut aussi se transmettre à d'autres espèces comme les cochons. Ce n'est pas une maladie humaine à déclaration obligatoire.

De la volaille à l'homme : comment se transmet la grippe aviaire ?

"Normalement, la grippe aviaire ne touche pas l'homme" rappelle l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Mais cela est déjà arrivé, en France notamment. "Dans la plupart des cas, les personnes contaminées avaient eu des contacts rapprochés avec des volailles infectées ou avec des objets contaminés par leurs déjections" poursuit l'OMS. La transmission se fait via de fines poussières contaminées par les déjections ou les secrétions respiratoires des oiseaux :

→ Principalement en respirant ces poussières contaminées.

→ En recevant des projections sur les muqueuses oculaires.

→ Les mains contaminées peuvent aussi porter le virus près des voies respiratoires ou des muqueuses oculaires.

Il faut savoir que tous les virus de la grippe aviaire ne se transmettent pas à l'homme. Sur 144 souches de virus grippaux aviaires A, quatre ont provoqué des infections humaines : H5N1, H7N3, H7N7 et H9N2. "Certaines de ces infections ont été très sévères et ont parfois causé la mort mais, dans de nombreux cas, elles sont restées bénignes ou infracliniques chez l'être humain" souligne l'OMS.

transmission grippe aviaire
Cycle de transmission du virus de la grippe aviaire © Ministère de l’agriculture et de la pêche

Une transmission entre les hommes ?

"A l'heure actuelle, la transmission du virus ne se fait que de l'animal à l'homme, mais les autorités sanitaires redoutent une évolution du virus vers une forme transmissible d'homme à homme, porte ouverte à une pandémie" explique l'Institut Pasteur.

Symptômes

L'infection peut causer toutes sortes de symptômes chez les oiseaux, depuis une maladie bénigne, qui passe souvent inaperçue, jusqu'à une maladie rapidement mortelle qui peut provoquer de graves épidémies. Dans les cas de grippe aviaire transmissible à l'homme, la maladie est généralement bénigne. Parmi les symptômes : une forte fièvre (supérieure à 38°C) et d'autres signes de grippe comme la fatigue, les douleurs musculaires, la toux et le mal de gorge. L'apparition de ces symptômes chez une personne ayant séjourné dans une zone à risque ou ayant été en contact avec des oiseaux contaminés doit faire l'objet d'une prise en charge d'urgence. La grippe aviaire peut se compliquer d'une pneumonie à mortalité élevée.

Personnes à risque 

Les enfants, notamment les bébés de moins de 1 an, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles présentant certaines pathologies, comme un cancer ou un asthme par exemple sont plus vulnérables et peuvent présenter des complications plus importantes, notamment des complications pulmonaires (surinfection pulmonaire par le pneumocoque) témoignant de la gravité de la maladie.

Quels conseils en prévention ?

Le virus de la grippe aviaire se propage par le contact avec des oiseaux infectés ou des surfaces et des objets contaminés par leurs déjections. Pour s'en protéger, il faut donc se laver régulièrement les mains, porter un masque et des gants étanches (lors de la manipulation de cadavres ou de déchets d'animaux).

Si vous vous rendez (ou que vous habitez) dans une région où il existe un risque de grippe aviaire, l'Institut Pasteur de Lille recommande :

  • d'éviter les endroits à risque élevé, comme les fermes d'élevage de volaille et les marchés d'animaux vivants ;
  • d'éviter tout contact direct avec les oiseaux, notamment les poules, poulets, canards et oiseaux sauvages ;
  • d'éviter les surfaces contaminées par des excréments ou des sécrétions d'oiseaux ;
  • d'observer les règles d'hygiène des mains et d'hygiène alimentaire.

Par ailleurs, la France a mis en place un plan gouvernemental de lutte contre la grippe aviaire avec différentes étapes à suivre selon l'avancée d'une éventuelle épidémie :

  • supprimer les réservoirs aviaires pouvant participer à la propagation de l'épidémie (abattage de poulets et autres volailles).
  • en cas de confirmation de transmission à l'homme : limitation des déplacements, fermeture des frontières, arrêt des transports en commun… 

Aucun vaccin n'est autorisé par la Commission européenne.

Peut-on manger du poulet sans risque ?

"Oui, répond l'OMS, à condition de prendre certaines précautions dans les pays actuellement touchés par des flambées." Dans les zones exemptes de la maladie, on peut apprêter et consommer ces produits comme d'habitude en respectant les bonnes pratiques d'hygiène et les règles de cuisson, sans crainte d'être infecté par le virus H5N1. Dans les zones touchées par des flambées, les volailles et produits dérivés peuvent être consommés sans danger à condition d'être bien cuits et correctement manipulés pendant la préparation. Le virus est inactivé aux températures atteintes pendant la cuisson conventionnelle (au moins 70°c au centre du produit ou lorsqu'aucune partie de la chair n'est plus rose).

Quels sont les traitements ?

Une fois que le médecin a confirmé le diagnostic de la grippe aviaire par prélèvement, il met en place un traitement adapté à base d'antiviraux. Il existe deux traitements antiviraux contre les virus grippaux classiques ou aviaires, pouvant être utilisé en préventif ou en curatif (oseltamivir (Tamiflu®) et zanamivir (Relenza®)). Ces médicaments permettent à la fois d'aider le patient à se rétablir plus rapidement et de limiter les risques de complications. Pour être efficaces, les antiviraux doivent être administrés dans les 36 heures suivant l'apparition des premiers signes de la maladie. Les antibiotiques sont inactifs contre les virus, leur utilisation n'est conseillée qu'en cas de surinfection bactérienne.

A savoir : À ce jour, aucun vaccin n'est autorisé par la Commission européenne.

Que faire si on pense être contaminé ?

En cas de symptômes grippaux après un contact étroit avec des oiseaux ou des volailles infectées, ou leur environnement souillé, consulter très rapidement un médecin et lui préciser votre profession.

Sources :

• Grippe aviaire, Ministère de l'agriculture et de la pêche, Direction générale de la forêt et des affaires rurales, Direction générale de l'alimentation, juillet 2006.

• Grippe aviaire, Institut Pasteur.

• Influenza aviaire, grippe aviaire et menace de pandémie : un nouvel enjeu en santé au travail. INRS.2006.

Maladies infectieuses