Encéphalite : symptômes, vaccin, c'est quoi ?

Une encéphalite est une inflammation d'une partie du cerveau est une urgence médicale. Quels sont les symptômes ? Les causes de cette maladie ? Les traitements pour en venir à bout ? Explications avec le Dr Monique Quillard, médecin généraliste.

Encéphalite : symptômes, vaccin, c'est quoi ?
© Wavebreak Media Ltd-123RF

Définition

L'encéphalite désigne une inflammation non suppurative de l'encéphale, partie du système nerveux central situé dans la boîte crânienne et comprenant les hémisphères cérébraux, le cervelet et le tronc cérébral. "Elle peut être d'origine infectieuse ou immunologique, indique le Dr Monique Quillard, médecin généraliste. Ses causes sont très diverses et nécessitent une prise en charge adaptées. C'est une urgence médicale ".

Encéphalite à tiques

L'encéphalite à tiques est transmise à l'homme lors d'une piqûre de tique porteuse du virus. Elle peut causer de graves lésions cérébrales.

Encéphalite japonaise

Cette maladie est due à un virus transmis par les piqûres de moustiques. Il s'apparente aux virus de la dengue et de la fièvre jaune. Jusque là limité à l'Asie de l'Est, du Sud-Est et au sous-continent Indien, le virus s'étend désormais jusqu'à l'extrême nord de l'Australie. 

Encéphalite limbique

"C'est une encéphalite auto-immune qui touche la partie limbique du cerveau (structure profonde) responsable surtout de la régulation de l'humeur. Elle est très souvent associée à une tumeur ", explique le Dr. Quillard. C'est une pathologie rare, pour laquelle il n'existe aucun traitement pour l'instant.

Encéphalite virale

Il s'agit d'une atteinte infectieuse du cerveau. Elle peut être provoqué par l'herpès virus, le virus de la varicelle/zona, le VIH, la rage ou encore des infections infantiles comme la rougeole, la rubéole et les oreillons…

Encéphalite auto-immune

Elle est fréquente puisqu'elle représente 20 % des cas. Il s'agit d'une inflammation auto-provoquée au cerveau par l'organisme lui-même. "Le système immunitaire, chargé de défendre le corps contre les agents infectieux, se trompe de cible et s'attaque à certaines protéines normalement présentes dans le cerveau. Les raisons de cette attaque auto-immune sont encore floues. Le traitement est symptomatique : les anticonvulsivants, les corticostéroïdes ou les immunosuppresseurs, par exemple, qui soulagent les symptômes, réduisent l'inflammation et aident à rétablir le fonctionnement complet du cerveau ", indique notre expert.

Méningo-Encéphalite

Il s'agit de pathologies virales, bactériennes ou parasitaires aiguës qui se propagent à la fois au tissu cérébral et aux enveloppes (les méninges). Le traitement est celui de l'agent pathogène, antibiotique et/ou antiparasitaire.

Encéphalite léthargique

Cette variété d'encéphalite virale a fait parler d'elle au début du 20ème siècle lorsque le monde a connu une vague d'épidémie entre 1915 et 1926. "On n'a jamais éclairci cette énigme, on pense qu'il s'agit d'une pathologie virale, précise le médecin. A l'époque, le diagnostic était fait sur les symptômes communs : hypersomnie et souvent syndrome parkinsonien séquellaire. Les examens post mortem montraient une atteinte de l'hypothalamus". Aujourd'hui, cette maladie est très rare.

Symptômes

D'une manière générale, l'encéphalite peut se présenter par des maux de tête, des raideurs dans la nuque, des troubles de la conscience ou du comportement, des convulsions, des signes neurologiques, de la fièvre ainsi que des troubles digestifs (nausées et vomissements). "L'encéphalite peut être mise en évidence par une prise de sang montrant des signes d'infection, ainsi que par la ponction lombaire qui permet l'analyse du liquide céphalo-rachidien, précise le Dr Quilalrd. Elle peut être précédée au besoin d'une IRM ou d'un scanner cérébral pour confirmer le diagnostique et rechercher la cause ".

Causes

Elle peut être due à une bactérie, un parasite, une infection ou un virus. L'inflammation peut toucher tout ou partie de l'encéphale et les symptômes seront fonction de la région touchée. Mais dans 50 % des cas, la cause est inconnue.

Examen et diagnostic

En présence des signes cliniques, un bilan sanguin avec recherche d'anticorps sera prescrit, ainsi que des examens d'imageries seront prescrits. "En cas de suspicion d'infection, une ponction lombaire sera prescrite, un EEG en cas de convulsions", indique le Dr Quillard.

Traitements

Suivant la cause, des médicaments antiviraux, antibiotiques, antiparasitaires… associés parfois à une corticothérapie ou anticonvulsivant seront mis en place.

Vaccin

La vaccination contre l'encéphalite à tiques est recommandée pour les voyageurs devant séjourner en zone rurale ou boisée dans les régions d'endémie (Europe centrale, orientale et septentrionale, nord de l'Asie centrale, nord de la Chine, nord du Japon) du printemps à l'automne. "Deux injections sont nécessaires à un mois d'intervalle, précise le médecin. Un rappel à 12 mois. Il n'est pas remboursé par l'Assurance Maladie ". Le vaccin contre l'encéphalite japonaise comprend 2 doses et un rappel à 12 mois. Il est recommandé aux voyageurs en cas de séjour dans une zone endémique. La vaccination contre le ROR ainsi que le zona permettent d'éviter la survenue d'encéphalite virale.

Merci au Dr Monique Quillard, médecin généraliste.

Neurologie