R0 Covid-19 France : il repasse au-dessus de 1, quel taux aujourd'hui ?

Chargement de votre vidéo
"R0 Covid-19 France : il repasse au-dessus de 1, quel taux aujourd'hui ?"

Le nombre de reproduction R du virus, aussi appelé "taux de reproduction", permet de mesurer la capacité de transmission d'un virus. En France, il est significativement supérieur 1. Que signifie ce chiffre ? Définition, calcul, cartes, taux de R0 par département, courbe d'évolution : on fait le point.

[Mis à jour le vendredi 26 février à 11h57] Le R0 (ou le R effectif) désigne le taux de reproduction d'un virus. Il s'agit du nombre moyen de nouveaux malades causés par une personne infectée dans une population sans immunité. Il permet de suivre les tendances récentes de la dynamique de transmission d'un virus. Il prend en compte plusieurs indicateurs (tests positifs, hospitalisations ou passages aux urgences). Les deux à suivre particulièrement sont ceux des hospitalisations et des urgences. Selon les données de Santé Publique France du 25 février, l'estimation du nombre de reproduction effectif en France métropolitaine au 20 février est supérieure à 1 de façon significative à partir des données virologiques (SI-DEP) : 1,04. Elle est significativement inférieure à 1 dans les deux autres sources de données : à partir des passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (OSCOUR® ), l'estimation au 20 février est de 0,95 et à partir des données d'hospitalisation pour Covid-19 (SI-VIC), l'estimation au 21 février est de 0,91. Un taux supérieur à 1 signifie qu'une personne contaminée en contamine en moyenne plus d'une autre et donc que l'épidémie progresse. A l'inverse, quand elle descend sous le 1, elle diminue. Qu'est-ce que le R0 ? Le R effectif ? Comment est-il calculé ? Quel est son taux au niveau national ? Et dans chaque région de France ? Carte par région et explications.

Taux de reproduction du virus, "R zéro" : c'est quoi ?

Pouvoir quantifier la capacité de transmission d'un virus lors d'une épidémie est essentiel pour mettre en place au bon moment les mesures pour la stopper. Cette capacité appelée "transmissibilité" se mesure par le nombre de reproduction R du virus, aussi appelé "taux de reproduction", c'est-à-dire le nombre moyen de cas secondaires provoqués par une seule personne infectée au cours de sa période contagieuse. Il faut alors distinguer :

  • le nombre de reproduction du virus pendant la crise épidémique : le "R effectif" (celui que donnent les autorités sanitaires françaises depuis le mois de juin)
  • du nombre de reproduction initial au début de l'épidémie qu'on appelait "R0".
R0 coronavirus
Propagation du virus quand le R est supérieur à 1 © Ministère de la Santé

"L'objectif des efforts de contrôle est de réduire R en-dessous de la valeur seuil de 1 et aussi proche de 0 que possible, maîtrisant ainsi une épidémie" expliquait Anne Cori dans un article de l'American Journal of Epidemiology en 2013. Dans le cas du coronavirus qui est un virus très contagieux, ce R0 était avant le confinement à 3 voire plus. Pour un même virus, le R0 peut varier d'une population à l'autre en fonction de la densité de population, de la susceptibilité et d'autres facteurs. 

A titre de comparaison : le R0 de la grippe en France a été ramené à moins de 1 grâce à la politique vaccinale qui immunise une partie de la population. Le R0 de la rougeole est de 16. Le RO du SRAS en 2003 était de 3 et a été ramené à 0,5 ce qui a permis d'arrêter l'épidémie.

Comment est-il calculé ?

Le R0 (taux de reproduction initial du virus) se calcule à partir d'une population qui est entièrement susceptible d'être infectée (c'est-à-dire qui n'a pas encore été vaccinée ni immunisée contre un agent infectieux). Il correspond au produit de trois facteurs : R0=ßcD. 

  • ß = le risque de contracter le virus lors d'un contact (d'où le respect d'une distance sociale d'au moins 1 mètre recommandée en ce moment),
  • c = le nombre de contacts sur une unité de temps : si l'on diminue le nombre de contacts de moitié, on diminue le R0 de moitié.
  • D = le nombre de jours où une personne infectée est contagieuse (jusqu'à 14 jours pour le coronavirus).

Plusieurs méthodes existent ensuite pour estimer le R effectif. En France, c'est la méthode de Cori (du nom d'Anne Cori, une chercheuse de l'Imperial College de Londres, spécialisée en maladie infectieuse) qui a été retenue précise Santé Publique France dans ses points épidémiologiques hebdomadaires. Ce R peut se calculer à partir d'indicateurs différents.

  • le Reff calculé à partir des nombres de cas confirmés en France (données virologiques, SI-DEP)
  • le Reff calculé à partir des données de passages aux urgences (OSCOUR® )
  • à partir du 24 septembre, le R effectif calculé à partir des données d'hospitalisation des cas de COVID-19 (données SI-VIC)

→ Le R effectif est un indicateur de la dynamique de transmission du virus environ 1 à 2 semaines auparavant (intégrant le délai entre la contamination et le test, et le fait que le calcul est effectué sur une période de 7 jours).

→ Les valeurs de R ne doivent pas être interprétées de façon isolée, mais être mises en perspective avec les autres données épidémiologiques disponibles et l'analyse fine de la situation locale, indique Santé publique France.

• Si le R > 1, l'épidémie se développe.

• Si le R < 1, l'épidémie régresse.

Comment interpréter le résultat ?

Le calcul des R est important pour évaluer la situation épidémiologique dans un département ou une région. Depuis le début de l'épidémie de Covid-19 en France, le ministère de la Santé ne cesse de répéter que l'objectif est que le taux de reproduction du virus descende en-dessous de 1. Le "1" est ainsi le point de vigilance. Un R supérieur à 1 signifie que le virus recommence à circuler et donc que l'épidémie progresse.  Un R de 1,4 correspond à un temps de doublement des cas d'environ 2 semaines.

  • 1 < R <1,5 : seuil de vigilance
  • R > 1,5 : seuil d'alerte

Les taux de reproductions calculés à partir des passages aux urgences et des hospitalisations sont ceux à suivre en priorité.

R0, R effectif en France : quel taux actuellement ?

L'estimation du nombre de reproduction effectif en France métropolitaine est au-dessus de 1 de façon significative dans une des trois sources données et inférieur à 1 dans les deux autres sources de données 

  • À partir des données virologiques (SI-DEP), l'estimation du nombre de reproduction au 20 février est de 1,04.
  • À partir des passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (OSCOUR®), l'estimation au 20 février est de 0,95.
  • À partir des données d'hospitalisations pour Covid-19 (SI-VIC), l'estimation au 21 février est de 0,91.

Courbe de l'évolution du R en France

courbe-covid-R0-R-effectif
Trajectoire du nombre de reproduction effectif (R-effectif) à partir des tests RT-PCR et antigéniques positifs au SARS-CoV-2 (SI-DEP), des passages aux urgences avec suspicion de COVID-19 (OSCOUR®) et des hospitalisations pour COVID-19 (SI-VIC), du 15 mars au 20 février 2021, France métropolitaine © Santé Public France

Pour rappel : Le 15 mars 2020, juste avant le confinement de la France et le pic de l'épidémie, le R0 effectif avait été estimé à 2,8. Il avait ensuite baissé à 0,8 le 11 mai 2020, au début du déconfinement et était descendu à 0,73 selon le bilan de Santé Publique France du 11 juin. Il s'établissait à 1.14 le 4 novembre, une semaine après le début du deuxième confinement. Le 20 février 2021 (dernière donnée disponible), il est de 1,04.

courbe-taux-r0-r-effectif-france-covid
Taux de reproduction en France au 20 février © Gouvernement.fr

Quel est le R par régions ?

Selon le bulletin épidémiologique de Santé Publique France du 25 février: 

→ Au 20 février 2021, les estimations des R-effectifs à partir des données virologiques SI-DEP sont significativement supérieures à 1 dans cinq régions métropolitaines : Bretagne, Hauts-de-France, Île-deFrance, Normandie et Pays de la Loire. Les estimations dans trois autres régions métropolitaines sont supérieures à 1 de façon non significative : Centre-Val de Loire, Corse et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

→ À partir des passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (OSCOUR®), l'Île-de-France présentait une estimation du nombre de reproduction significativement supérieure à 1. Les régions CentreVal de Loire, Grand Est et Hauts-de-France présentaient des estimations supérieures à 1 mais de façon non significative.

→ À partir des hospitalisations pour Covid-19 rapportées dans SI-VIC, aucune région ne présentait un nombre de reproduction supérieur à 1 significativement. L'estimation du nombre de reproduction au 21 février était supérieure à 1 de façon non significative dans les Pays de la Loire.

→ En Outre-Mer, les estimations du nombre de reproduction à partir des données virologiques SI-DEP étaient significativement supérieures à 1 en Guadeloupe et à La Réunion. Le nombre de reproduction estimé à partir des passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 (OSCOUR®) excèdait 1 de façon non significative à La Réunion. Enfin, les estimations du 21 février à partir des hospitalisations pour COVID-19 (SI-VIC) étaient supérieures à 1 de façon non significative à La Réunion et en Guyane.

tableau-R0-r-effectif-covid-france
Nombre de reproduction effectif du 20 février 2021 par région, France © Santé Public France

Quels sont les autres indicateurs de suivi de l'épidémie ?

Le taux de reproduction n'est qu'un indicateur et comme tous les indicateurs, il ne doit pas être appréhendé seul. En effet, ce nombre de reproduction du virus varie dans le temps et dans l'espace. Trois autres indicateurs sont suivis par le gouvernement français pour observer l'évolution de l'épidémie Covid-19 en France. "Dès lors qu'un seuil (de vigilance et/ou d'alerte) est franchi, une analyse de risque approfondie est lancée afin d'identifier les causes du signal et déclencher une alerte si cela s'avère nécessaire" expliquait le Ministère de la Santé dans un communiqué du 8 juillet

→ L'incidence épidémique c'est-à-dire le nombre de personnes infectées sur une semaine sur 100 000 habitants : estimée sur la base du nombre de tests RT-PCR (tests effectués dans le nez) positifs. Si le chiffre est compris entre 10 et 50 : seuil d'alerte. S'il est supérieur à 50 : seuil de vigilance. Au 22 février, le taux d'incidence du virus en France est à 215,14 (dernière donnée disponible).

carte-france-covid-zone-rouge-alerte-incidence
Taux d'incidence au 22 février 2021 © Gouvernement.fr

→ Le taux d'occupation des lits en réanimation par des patients COVID par rapport à la capacité initiale en réanimation

Les tensions hospitalières sur les lits de réanimation correspondant au taux moyen d'occupation des lits de réanimation par des patients atteints de Covid-19, par rapport à la capacité initiale de lits en réanimation, par région : si le taux grimpe entre 40 et 60%, c'est le seuil de vigilance. S'il dépasse les 60%, c'est le seuil d'alerte. Le taux d'occupation des lits de réanimation pour Covid est au-dessus du seuil d'alerte au 25 février : 67,8%.

→ Le nombre de tests virologiques positifs au Covid-19 pour 100 000 habitants par semaine

Depuis le mois de juillet, tous les Français qu'ils présentent ou non des symptômes évocateurs du Covid-19, qu'ils aient ou non une ordonnance peuvent aller se faire tester. Le taux de positivité des tests RT-PCR correspondant au taux de positivité des prélèvements virologiques (tests effectués dans le nez) réalisés dans chaque département est un indicateur : si le taux est compris entre 5 et 10% : seuil de vigilance. S'il est supérieur à 10% : seuil d'alerte. Au 22 février, le taux de positivité des tests RT-PCR en France est de 6,85%. 

carte-france-covid-test-PCR
Carte du taux de positivité des tests RT-PCR au 22 février en France métropolitaine © Gouvernement.fr

SourceCovid-19 : point épidémiologique du 25 février 2021. Santé Publique France.