Traumatisme crânien : symptômes, surveillance, léger ou grave ?

En moyenne 120 000 personnes seraient chaque année victimes d'un traumatisme crânien en France. S'ils sont le plus souvent légers et sans séquelles, ils peuvent aussi avoir des conséquences bien plus graves. Le point sur les traumatismes crâniens avec le Dr Pierre Boucher, exerçant au sein de SOS Médecins Paris.

Traumatisme crânien : symptômes, surveillance, léger ou grave ?
© peterschreiber.media-adobe stock

Définition

"Un traumatisme crânien (TC) est un choc sur le crâne, peu importe l'intensité" explique le Dr Pierre Boucher. Le choc peut être compliqué ou non par une lésion au cerveau, qui fera la gravité du traumatisme.

Traumatisme crânien léger ou grave ?

Comme le précise le Dr Boucher, les critères de gravité d'un TC sont liés à 3 éléments :

  • Les antécédents du patient : son âge (les jeunes enfants ou les personnes âgées sont plus vulnérables), les antécédents neurochirurgicaux, l'existence de troubles cognitifs, les maladies de la coagulation sanguine, la prise de médicament fluidifiant le sang (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire) augmentent les risques de gravité,
  • L'examen clinique : des maux de tête intenses ou persistants, une perte de connaissance, des vomissements répétés, l'apparition d'une paralysie, des convulsions, sont des signes de gravité.
  • Les circonstances du TC : l'intensité du choc, la hauteur de chute, une intoxication associée (alcool et drogue).

C'est l'accumulation de ces critères de gravité qui vont permettre au médecin de déterminer si le TC est léger ou grave. D'après une étude sur les traumatismes crâniens légers parus dans la revue Annals of emergency medicine en 2011, 90% des traumatismes crâniens sont considérés comme légers mais peuvent néanmoins provoquer une hémorragie cérébrale et un handicap.

Causes

Les causes les plus fréquentes de TC sont les accidents de la voie publique (vélo, trottinette, skate, moto, voiture), les accidents lors d'activité sportive, les accidents domestiques, les chutes, les agressions et les accidents de travail.

Symptômes

"Les symptômes d'un traumatisme crânien sont vastes et doivent tous inquiéter" insiste le Dr Boucher. Ils peuvent être : des maux de tête persistants, une perte de connaissance, des vomissements répétés, une perte de sensibilité ou de motricité d'une partie du corps, des convulsions, un comportement anormal, une somnolence excessive, des difficultés d'expression ou de compréhension, un écoulement de sang ou de liquide clair par le nez ou l'oreille, ou encore des pleurs sans raison évidente chez l'enfant.

Examens pour le diagnostic

La majorité des TC n'auront pas besoin d'examen complémentaire, il suffira d'une surveillance au domicile ou à l'hôpital en fonction de la gravité pendant 48h. En cas de TC important ou de facteur de risque, un scanner cérébral est indiqué. "Quoiqu'il arrive, Tout
patient sous anti coagulant ou antiagrégant (aspirine, kardegic, plavix...) doit bénéficier d'un scanner cérébral en urgence, peu importe l'intensité du choc
" insiste le Dr Boucher.

Que faire en cas de traumatisme crânien ?

"Tous les TC doivent faire l'objet d'une consultation médicale. C'est le médecin qui, à l'aide de l'interrogatoire et de l'examen clinique (en particulier neurologique) pourra déterminer la gravité du TC" précise le Dr Boucher. Il est donc impératif, en cas de choc sur le crâne, de consulter immédiatement un médecin.

Traumatisme crânien avec perte de connaissance : que faire ?

"En cas de choc sur le crâne suivi d'une perte de connaissance, quelque en soit la durée, il est impératif d'appeler le 15 ou le 18 et de suivre leurs consignes" insiste le médecin. Une fois pris en charge, les médecins testeront notamment les réponses aux stimulations
douloureuses : réflexe photomoteur (rétractation de la pupille à la lumière), tonus des membres, contrôle des sphincters… Ils vérifieront également la tension artérielle, le pouls, la température, et les éventuels troubles respiratoires.

Quelle surveillance après un traumatisme crânien ?

"Lorsqu'une surveillance est possible au domicile, le patient doit rester accompagné pendant 48h suivant le traumatisme, rappelle le Dr Boucher. Il faut éviter toute situation de stress physique ou psychique". L'usage des écrans, la prise d'alcool et la conduite sont également interdits, et la reprise d'une activité sportive devra se faire après avis du médecin traitant. "L'accompagnant devra surveiller régulièrement le patient et consulter de nouveau en urgence en cas d'apparition d'un des symptômes décrits précédemment" (chapitre
symptômes)

Risques

"Le risque d'un traumatisme crânien est le saignement à l'intérieur de la boite crânienne" détaille le Dr Boucher. Les complications les plus sévères sont ainsi l'hématome extra-dural (HED), qui est la principale cause de mortalité d'un TC, et l'hématome sous-dural (HSD). Ces deux complications peuvent être curable si prises assez tôt, d'où l'intérêt d'observer une surveillance accrue après un TC. Les séquelles peuvent être très différentes selon les personnes. Chez certain "les saignements peuvent comprimer les différentes structures du cerveau et entraîner des lésions sévères comme la paralysie d'un organe et peuvent même aller jusqu'au décès".

Combien de temps pour récupérer après un traumatisme crânien ?

La récupération après un TC dépendra des lésions créées et de sa gravité. "Pour un TC léger sans signe neurologique, après 48h de surveillance, on considère qu'il n'y aura dans la majorité des cas aucune séquelle" précise le Dr Boucher. Après un TC grave, les séquelles sont fréquentes et une durée de 1 à 3 ans est nécessaire avant d'avoir une idée de l'état neurologique définitif du patient.

Merci au Dr Pierre Boucher, exerçant au sein de SOS Médecins Paris.

Neurologie