Cytomégalovirus (CMV) : symptômes et traitements de l'infection

Le cytomégalovirus ou CMV appartient à la famille des virus herpès. C'est une infection virale normalement inoffensive, mais qui peut être grave pour les personnes immunodéprimées. Quels sont les symptômes ? Les traitements ? Quel lien avec les Igg d'une prise de sang ?

Définition

Le CMV est une affection virale normalement inoffensive, mais qui peut être grave pour les personnes immunodéprimées. C'est un virus en règle générale responsable de peu de symptômes chez les individus dont le système immunitaire est efficace, responsable de fatigue ou autre symptômes faibles et peu caractéristiques telles des douleurs ou de la fièvre, mais elle peut être grave chez les personnes immunodéprimées ou chez la femme enceinte. L'incubation est de 20 à 40 jours en moyenne mais c'est très variable.

Symptômes

Parfois, l'individu atteint peut présenter de la fièvre, des douleurs diffuses. Chez le patient VIH, c'est par contre une infection potentiellement grave se manifestant souvent par une atteinte de la rétine, des inflammations au niveau digestif ou neurologique. 

Causes de contamination

Cette maladie est fréquente chez les séropositifs à des stades avancés de la maladie. Très souvent chez l'individu sans pathologie autre, l'infection causée par ce virus passe inaperçue ou se manifeste simplement par de la fatigue. " La contamination est essentiellement le fait de la salive et des urines ", explique le Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon. Elle peut aussi se faire par les sécrétions intimes et les larmes.

Cytomégalovirus et grossesse

L'infection à cytomégalovirus est une maladie virale qui peut avoir de graves conséquences si elle se déclare pendant une grossesse. En effet, si la maladie atteint le fœtus, de nombreuses séquelles sont possibles allant d'un retard psychomoteur, à des séquelles auditives, un retard de croissance. Dans certains cas, une mort in utero peut se produire. Selon le Haut conseil de la santé publique "la plupart des nouveau-nés infectés asymptomatiques à la naissance ne développeront pas de handicap, seuls 10% pourront développer une surdité jusqu'à l'âge de 5 ans".

 Le taux de transmission augmente avec le terme mais les séquelles sont plus graves en cas de transmission au cours du premier trimestre. C'est pourquoi il est important de confirmer l'infection chez la mère et d'estimer son ancienneté. Pour cela, plusieurs examens biologiques sont possibles.

Pour éviter une infection par le CMV : 

  • ne pas embrasser l'enfant sur la bouche
  • ne pas goûter dans son assiette, finir son plat
  • ne pas sucer la tétine du bébé 
  • ne pas embrasser un bébé qui pleure sur les joues
  • ne pas aspirer le nez d'un bébé enrhumé sans précautions (il faut utiliser des mouchois notamment et se laver les mains)
  • ne pas prendre un bain avec un bébé qui risque d'y uriner
  • se laver les mains après avoir toucé les jouets, vêtements mouillés par l'urine

SéroDiagnostic

La sérologie est l'étude des sérums afin d'y détecter des modifications induites par une maladie. Le cytomégalovirus est détectable par le biais d'une sérologie sanguine où la présence d'anticorps spécifiques de ce virus est mise en évidence. Il s'agit d'un virus de la famille des virus herpès qui peut rester à l'état latent dans l'organisme et développé des symptômes essentiellement chez la personne immunodéprimée, dont les défenses sont affaiblies.

Taux IGG

La sérologie mesure les taux d'IgG et d'IgM anti-CMV. La présence des seules IgC, et ce quelle que soit la maladie, traduit toujours une infection ancienne. " Par contre lorsqu'il n'y a que des IgM il s'agit d'une infection récente ou en cours ", rapporte le Dr Philippe Mironneau. Dans ce cas il faut réaliser un "Test de Mesure d'Avidité des IgG anti-CMV" qui permettra de dater le début de l'infection. Actuellement, aucun traitement n'est disponible ni en prénatal, ni chez le nouveau-né asymptomatique.

Traitements

Il n'existe pas de vaccin contre l'infection à CMV. Le traitement de référence fait appel à des antiviraux pouvant provoquer des malformations fœtales. Il s'agit de l'acide phosphonoformique (Foscarnet) et de la DHPG. Pour les femmes enceintes, la prévention s'avère donc indispensable : se laver fréquemment les mains, ne pas goûter à la cuillère de son bébé, etc.

Merci au Dr Philippe Mironneau, gynécologue et obstétricien à Dijon.

Cytomégalovirus (CMV) : symptômes et traitements de l'infection
Cytomégalovirus (CMV) : symptômes et traitements de l'infection

Sommaire Définition Symptômes Causes de contamination Cytomégalovirus et grossesse Eviter la contamination  SéroDiagnostic Taux IGG Traitements Définition Le CMV est une affection virale normalement inoffensive,...