Ménopause, endométriose : Luteran et Lutényl associés à des méningiomes

L'Agence nationale de sécurité du médicament rapporte la survenue de tumeurs au cerveau appelées "méningiomes" chez des femmes prenant du Luteran ou du Lutényl. Ces médicaments sont prescrits dans la prise en charge de la ménopause, de l'endométriose et des troubles menstruels.

Ménopause, endométriose : Luteran et Lutényl associés à des méningiomes
© olgachov-123RF

Après l'Androcur©, c'est au tour des médicaments Luteran© (acétate de chlormadinone) et Lutényl© (acétate de nomégestrol) d'être dans le viseur des autorités sanitaires. En cause "des cas de méningiomes observés lors de l'utilisation de ces médicaments à des doses thérapeutiques" révèle l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué du 7 février 2019. Les méningiomes caractérisent une tumeur, généralement bénigne, qui se développe à partir des membranes enveloppant le cerveau et la moelle épinière (les méninges). Selon l'ANSM, "ces signalements ne permettent pas de conclure, à ce stade, que les femmes qui utilisent ces médicaments présentent un risque de méningiome plus élevé que celui observé dans la population générale". Une enquête de pharmacovigilance est actuellement en cours et une étude va être menée dans les mois qui viennent pour analyser ce "sur-risque" lié à la prise de ces progestatifs.

Le traitement doit être arrêté en cas de méningiome

En attendant, les autorités rappellent aux professionnels de santé amenés à prescrire ces traitements (et leurs génériques) qu'ils sont contre-indiqués en cas d'existence ou d'antécédent de méningiome et que si un méningiome est diagnostiqué chez une patiente, le traitement doit être arrêté immédiatement et définitivement. Lors de la prescription de ces deux médicaments (et de leurs génériques), le praticien doit informer les patientes de l'existence du risque de méningiome, ré-évaluer la balance bénéfice/risque, vérifier l'absence d'antécédent de méningiome ou de méningiome en évolution connu et prescrire aux doses les plus faibles possibles et sur une durée la plus courte possible. Pour rappel, les patients et les professionnels de santé peuvent déclarer tout effet indésirable suspecté d'être lié à un médicament sur le portail signalement-sante.gouv.fr.

A quoi sert un médicament progestatif ?

Un progestatif est une hormone sécrétée naturellement en milieu du cycle menstruel de la femme. Il favorise la nidation de l'œuf dans l'utérus donc la grossesse. Mais prise en cours de cycle, elle a l'effet inverse. Elle épaissit les parois utérines, qui ne peuvent plus recevoir l'œuf. C'est pour cela que cette substance est utilisée dans la fabrication des pilules progestatives ou des stérilets hormonaux. Utilisée seule ou couplée avec l'œstrogène, elle se comporte comme un contraceptif.

Lire aussi :