Mycose du gland : symptômes et traitements

Généralement bénigne, cette infection provoque toutefois des symptômes désagréables qu'il faut soigner au plus tôt. Ceci évitera en outre au champignon responsable de l'infection de s'étendre davantage.

Affection fréquente chez l'homme, la mycose du gland est le plus souvent liée à la présence de plusieurs champignons appelés Candida, et plus particulièrement au germe dit "Candida Albicans". Malgré son aspect très caractéristique, cette maladie bénigne nécessite un avis médical pour être correctement diagnostiquée et traitée. Quand consulter ? Comment la soigner ?

Causes

La mycose du gland est généralement due à la présence d'un champignon, le Candida. C'est pourquoi on parle de "candidose". Le "Candida Albicans" est le plus fréquemment responsable des mycoses génitales. La plupart du temps, la contamination est endogène, autrement dit, l'homme était déjà porteur des champignons : certains facteurs ont fait que ceux-ci sont devenus pathogènes et par conséquent entraînent l'apparition de certains symptômes. Quelles sont les causes ?

  • Une mauvaise hygiène intime ou une irritation de la muqueuse sexuelle peuvent être à l'origine de l'apparition de la candidose.
  • Les hommes souffrant de diabète ou présentant une déficience immunitaire sont particulièrement sujets à cette infection.
  • Outre le Candida, une bactérie ou une allergie peuvent aussi être à l'origine du problème.

Symptômes

La mycose génitale, qui commence généralement autour du frein (la languette de peau qui retient le prépuce) puis s'étend au gland et au prépuce, est facilement identifiable : la muqueuse est enflammée, l'homme présente de petites pustules blanches (qui s'apparentent à des petits picots blancs), des brûlures, des irritations, des démangeaisons et une tuméfaction du gland.

Contamination

La contamination est endogène : ainsi, l'homme, déjà porteur de ces champignons, se contamine tout seul sous l'influence de certains facteurs (défaillance du système immunitaire, perturbation de l'équilibre de la flore microbienne, utilisation de produits trop acides, fragilité de la muqueuse...). Mais il se peut que l'homme soit atteint d'une mycose du gland à la suite d'un rapport sexuel avec une personne contaminée, mais généralement les symptômes ne perdurent pas et disparaissent au bout de quelques jours. Voilà pourquoi la mycose du gland est bien souvent considérée comme n'étant pas une infection sexuellement transmissible. 

Quand consulter ?

Dès l'apparition des symptômes, il est nécessaire de consulter un médecin pour traiter l'infection au plus tôt et éviter que le champignon ne s'étende davantage. Le médecin confirmera en outre qu'il s'agit bien d'une mycose et non d'un herpès génital, d'eczéma, de psoriasis, ou d'une balanite (inflammation du gland) bactérienne, qui demandent un traitement spécifique.

Traitement et prévention 

L'infection est généralement traitée avec une crème anti-fongique à appliquer localement, éventuellement associée à une crème à base de cortisone. Un traitement par voie orale peut également être envisagé. En parallèle, il faut suivre des conseils d'hygiène simples :

  • Utiliser un produit à pH neutre pour la toilette ;
  • Ne pas se laver trop souvent au cours de la journée ;
  • Eviter de porter des sous-vêtements ou des pantalons trop serrés afin d'éviter de trop transpirer ;
  • Bien se sécher les parties intimes (y compris après un bain en piscine ou eau de mer) ; 
  • Utiliser un préservatif lors des rapports sexuels ;