Thyroïde : chirurgie ou iode ?

La prise en charge d'une pathologie de la thyroïde peut être chirurgicale ou nécessiter un traitement à base d'iode. Quelle méthode privilégier et pourquoi ? Le Docteur Alain Scheimann, endocrinologue, nous dit tout.

Thyroïde : chirurgie ou iode ?
© Ivan Shidlovski - 123RF

Quand se faire opérer de la thyroïde ?

Le Docteur Scheimman détaille les différents motifs d'opération de la thyroïde :

  • Suspicion d'un nodule cancéreux
  • Goitre compressif. Au-delà de l'aspect esthétique, le patient peut éprouver une gêne respiratoire ou des difficultés pour déglutir, avaler.
  • La chirurgie peut également être envisagée dans le cadre d'une hyperthyroïdie liée à la maladie de Basedow avec laquelle le traitement médicamenteux serait en échec.

En quoi consiste l'opération de la thyroïde ?

L'opération consiste au retrait de tout ou partie de la glande thyroïde.

Les techniques chirurgicales

"L'intervention consiste à faire une incision à la base du cou, sous anesthésie générale, afin de retirer la glande thyroïde", explique l'endocrinologue.

Chirurgie ou iode ?

Le Docteur Scheimman, s'il précise qu'en France, la prise en charge chirurgicale est privilégiée. Toutefois, si elle est impossible, la thyroïde sera neutralisé avec un traitement à base d'iode radioactif.

Complications de la chirurgie

Hématome au cou

Un hématome, provoqué par un saignement peut survenir au niveau de l'intervention, dans la partie occupée par la thyroïde, et ceci dans les quelques heures suivant l'intervention. Cette complication nécessite un traitement urgent avec une nouvelle intervention car il peut comprimer la trachée et provoquer une gêne respiratoire plus ou moins sévère.

Une paralysie du nerf récurrent

Les 2 nerfs récurrents qui innervent chacun une corde vocale sont situés au contact de la face postérieure de la thyroïde. Un des 2 nerfs peut être atteint d'une paralysie au cours de l'intervention. Dans de très rares situations, les 2 nerfs récurrents peuvent être touchés. Il s'agit souvent d'une situation urgente, pouvant provoquer une asphyxie et nécessiter une trachéotomie. Peuvent apparaître dans ce cas, des difficultés pour avaler des liquides, une modification de la voix et de son intensité ainsi que des troubles respiratoires. Dans la majorité des situations, la paralysie observée reste transitoire et la personne opérée récupère dans les 2 à 3 mois, parfois même avant. Il arrive parfois que ces modifications ne disparaissent qu'au bout de 1 an. Des séances d'orthophonie permettent une amélioration et une récupération plus rapides. Dans de très rares cas, moins de 1% des situations environ, la paralysie reste définitive.

Une infection locale

Une infection située au niveau de l'intervention peut survenir dans des cas exceptionnels plusieurs jours après l'intervention.

Une hypoparathyroïdie

Les glandes parathyroïdes, au nombre de 4, sont situées de chaque côté de la glande thyroïde. Une intervention sur la glande thyroïde peut provoquer une anomalie de fonctionnement d'une ou de plusieurs des glandes parathyroïdes à l'origine d'une baisse de la calcémie qui peut se prolonger jusqu'à 2 mois. En effet ces glandes secrètent la parathormone thyroïdienne qui agit sur la régulation du calcium et phosphore dans le sang. Une hypocalcémie peut provoquer des crampes, des fourmillements autour des lèvres et des crises de tétanie. Cette anomalie disparaît le plus souvent spontanément ou nécessite parfois un traitement de vitamine D et/ou de calcium. La persistance définitive d'une hypocalcémie est exceptionnelle.

Une douleur

Hypothyroïdie post-opératoire

L'arrêt du traitement hormonal substitutif après thyroïdectomie peut entraîner une hypothyroïdie qui sera corrigée par le traitement par la lévothyroxine.

Contre-indications à la chirurgie

Le Docteur Scheimman précise que c'est l'état de santé et l'âge du patient qui pourraient contre-indiquer la chirurgie : "Avec un patient plus âgé présentant par exemple des difficultés respiratoires ou cardiaques, on pourra hésiter à opérer en raison des risques liés à l'anesthésie générale".   

Merci au Docteur Alain Scheimann, endocrinologue et auteur de Et si c'était la thyroïde ? (In Press, 2017)

Thyroïde : chirurgie ou iode ?
Thyroïde : chirurgie ou iode ?

Sommaire Opération : quelles indications En quoi consiste l'opération ? Techniques chirurgicales Chirurgie ou iode ? Complications • Hématome du cou • Paralysie du nerf récurrent • Infection locale • Hypoparathyroïdie ...