Pilule abortive : mode d'action, avantage, inconvénient, en pharmacie ?

Inventée en 1982, la pilule abortive n'est pas une technique de contraception mais un médicament (le mifépristone ou RU 486) destiné à provoquer un avortement en cas de grossesse évolutive. Ce n'est pas non plus une contraception d'urgence. Clarification et mode d'emploi avec le Dr Marie-Laure Brival, gynécologue.

Pilule abortive : mode d'action, avantage, inconvénient, en pharmacie ?
© 123RF-fizkes

Quelle est la définition de la pilule abortive ?

On l'appelle "pilule" mais la pilule abortive n'a rien à voir avec la "pilule" contraceptive. "C'est très important de clarifier cela car la confusion est très souvent faite, informe d'emblée le Dr Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne. Pilule est un terme générique utilisé pour parler de la contraception. On a continué de façon inappropriée à parler de "pilule" abortive car il s'agit d'un comprimé mais il ne s'agit pas d'un mode de contraception. La contraception est destinée à empêcher en prévention l'arrivée de la grossesse alors que la pilule abortive provoque un avortement c'est-à-dire l'interruption d'une grossesse évolutive (gestation qui progresse)." La pilule abortive est un médicament qui sert à faire toutes les interruptions de grossesse mêmes les interruptions médicales qui peuvent survenir au-delà du premier trimestre de grossesse.

Qui l'a inventée ?

La pilule abortive a été inventée par le Pr Etienne-Emile Baulieu en 1982. C'est un médecin, biochimiste, endocrinologue mondialement connu. Il est à l'origine de la découverte de l'hormone anti-âge DHEA dans les années 1990 et de la protéine FKBP52 capable de bloquer la protéine Tau, active dans la maladie d'Alzheimer et dans d'autres pathologies neurodégénératives.

Quel est son nom ?

Le nom scientifique de la pilule abortive est "RU 486". RU est l'acronyme du laboratoire Roussel-Uclaf qui l'a mise sur le marché, et les trois chiffres 4-8-6 correspondent aux numéros d'ordre de la synthèse de la molécule. Sa substance active est la mifépristone, commercialisée sous le nom de Mifegyne®.

Est-ce une contraception d'urgence ?

La pilule abortive n'est pas une contraception d'urgence. Il faut ainsi distinguer :

  • La pilule contraceptive classique que l'on prend en prévention d'une grossesse, disponible sur ordonnance.
  • La pilule d'urgence (pilule du lendemain) est aussi une technique préventive de grossesse mais réservée aux urgences : "C'est une contraception prise après un rapport non protégé pour empêcher l'ovulation donc la conception, elle se prend ponctuellement, en cas d'oubli de la pilule contraceptive, de rapport inopiné… mais en aucun cas sur le long terme" rappelle la gynécologue. La pilule d'urgence peut s'obtenir sans ordonnance en pharmacie, même pour les mineures.
  • La pilule abortive qui est un médicament curatif pris pour avorter et uniquement disponible sur ordonnance.

Quelle est sa composition ?

La pilule abortive contient de la mifépristone, une hormone artificielle qui bloque l'action de la progestérone.

Quel est son mode d'action ?

La substance active de la pilule abortive, la mifépristone, agit comme une antihormone. "L'hormone de la grossesse qui va favoriser l'implantation de l'œuf fécondé et son développement dans l'utérus est la progestérone sécrété par les ovaires, explique le Dr Brival. La mifépristone est une hormone artificielle qui ressemble à la progestérone mais qui n'a pas les mêmes clés, elle va venir concurrencer la progestérone en cas de grossesse et annuler son effet en ne favorisant pas l'implantation de l'œuf mais son décollement." 

Comment prendre la pilule abortive ?

La prise de la pilule abortive en France est encadrée par la loi et répond à une procédure règlementée. Elle peut se faire à domicile dans le respect du protocole, à un moment adapté à l'emploi du temps de la femme et pas obligatoirement devant le professionnel de santé.

  • La femme prend un premier rendez-vous avec un médecin qui réalise les IVG médicamenteuses (en ville ou à l'hôpital). Toute femme demandant une IVG doit obtenir un rendez-vous de consultation dans les 5 jours suivant son appel, rappelle la HAS en avril 2021. Au cours de ce rendez-vous le médecin va lui donner toutes les informations sur le déroulement de l'IVG (expulsion, saignement...) et lui prescrire une prise de sang (pour rechercher son groupe sanguin...) ainsi qu'une échographie pelvienne.
  • La femme revient ensuite pour un deuxième rendez-vous avec ses résultats d'examen et le médecin lui donne les deux comprimés à prendre (l'antiprogestérone mifépristone et une prostaglandine, le misoprostol qui va augmenter les contractions utérines pour évacuer l'œuf). Une fiche de conseils sur les suites normales de l'IVG est remise à la femme ainsi qu'un numéro de téléphone à appeler en cas d'urgence.
  • Une visite de contrôle pour vérifier le succès de l'IVG est à prévoir entre le 14e et le 21e jour post-IVG.

Jusqu'à combien de semaines de grossesse peut-on la prendre ?

La pilule abortive peut être prise comme méthode d'interruption médicamenteuse de grossesse intra-utérine évolutive :

  • au plus tard jusqu'au 63ème jour après vos dernières règles (9 semaines d'aménorrhée soit 7 semaines de grossesse)
  • en association avec la prostaglandine 36 à 48 heures après.

Elle peut aussi être prise :

  • dans le ramollissement et la dilatation du col utérin avant une interruption chirurgicale de grossesse du premier trimestre.
  • en préparation à l'action des prostaglandines lors des interruptions de grossesse pour raisons médicales au-delà du 1er trimestre.
  • pour induire le travail lors des grossesses interrompues (mort du fœtus dans l'utérus, et lorsque l'administration de prostaglandine ou d'ocytocine n'est pas possible).
Synthèse des recommandations de prise de mifépristone en cas d'IVG
Synthèse des recommandations de prise de mifépristone en cas d'IVG © HAS

Saignement, douleur : à quoi s'attendre après la prise ?

Les métrorragies (saignements), témoins de l'effet du traitement médical, surviennent dans les 3 à 4 heures suivant la prise de prostaglandine (après la mifépristone), mais ne sont pas une preuve d'expulsion complète. "La fréquence des complications de l'IVG à domicile (hémorragies sévères) est comparable à celle des IVG réalisées en milieu hospitalier" souligne la Haute Autorité de Santé. "En cas d'hémorragie, ce qui est exceptionnel, les femmes ont un numéro d'urgence donné par le médecin lors des rendez-vous" informe le Dr Brival. Les douleurs abdomino-pelviennes induites par les contractions utérines sont quasiment systématiques. Il est reconnu que la douleur augmente avec la parité, l'âge gestationnel et les doses utilisées de prostaglandines. La douleur pouvant varier en intensité d'une femme à une autre, la prescription d'antalgique de palier 1 comme les AINS (par exemple, ibuprofène à dose antalgique) et 2 (par exemple, paracétamol associé à l'opium, la codéine) est systématique.

Quels avantages et inconvénients ?

Les avantages de la pilule abortive : 

  • son efficacité : "Elle est hautement efficace, argue la gynécologue, entre 95 et 98% de réussite et surtout si elle est prise tôt, dès le constat à 4 ou 5 semaines de grossesse, l'action est plus rapide et plus simple qu'à 9 semaines."
  • sa simplicité de prise : en un comprimé.

L'inconvénient : le risque d'échec "pas assez entendu" selon notre interlocutrice : "La pilule abortive n'est pas efficace à 100% puisqu'il y a 2 à 5% d'échec or la femme ne se dit pas que ça peut échouer. Il faut entendre cet échec car en cas d'échec, ça rallonge le délai de la finalité de l'avortement puisque la grossesse continue d'évoluer." Il est aussi important d'avoir conscience du risque d'échec pour bien suivre la procédure de prise de cette pilule : "Il y a une consultation obligatoire de contrôle deux semaines après la prise, certaines femmes ne la font pas. Comme elles ont saigné, elles se disent que ça a marché mais elles peuvent se retrouver dans des situations très délicates" prévient le Dr Brival. Si l'IVG médicamenteuse n'a pas marché, il faut passer par l'aspiration. Or l'aspiration chirurgicale est limitée dans le temps à 14 semaines d'aménorrhée (12 semaines de grossesse soit 3 mois).

Peut-on l'acheter en pharmacie ?

La mifépristone est délivrée à la femme par le professionnel en présentiel ou par la pharmacie d'officine, dans le cadre d'une procédure en téléconsultation.

Merci au Dr Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne et auteur de "SOS Contraception" aux Editions First (juin 2021).

Source : Interruption volontaire de grossesse par méthode médicamenteuse - 12 avril 2021. Haute Autorité de Santé.

Conception