Bad trip : définition, causes, que faire ?

Le bad trip est une intoxication aiguë liée à la prise d'une substance hallucinogène et dont les effets se caractérisent par des sueurs froides, de la confusion ou de l'angoisse. Il ne faut surtout pas rester seul. Conseils avec Charlotte Kayes, psychologue clinicienne.

Bad trip : définition, causes, que faire ?
© nenetus

Définition : c'est quoi un bad trip ? 

La prise de drogues telles que le cannabis ou la consommation d'alcool peut provoquer un bad trip. Signifiant littéralement "mauvais voyage" cet état "est une mauvaise réaction après une prise de produits stupéfiants ou d' alcool. D'où le terme " trip " qui signifie que la personne n' est pas dans son état normal mais sous l' influence d' une substance ou d' une drogue" explique Charlotte Kayes, psychologue clinicienne avant d'ajouter "la personne se sent très mal tout d' un coup". Le bad trip se caractérise par des effets désagréables tels que l'angoisse, la panique et la confusion. 

Quelles sont les causes d'un bad trip ? 

Le bad trip est créé par la prise de drogues. Et toutes sont susceptibles de le provoquer, dont le cannabis, on parle alors de ''crise blanche''. La crise peut survenir lors de l'ingestion de la substance ou quelques heures après. Pour la psychologue, "cela peut être dû à une dose trop forte de produits stupéfiants, à un état émotionnel perturbé avant la prise de produit, à un environnement peu sécurisant ou encore à un ensemble de facteurs qui concernent le fonctionnement psychique (les différentes peurs et angoisses de l"individu, les événements traumatiques survenus dans le passé ou une constitution anxieuse)". Le mélange des drogues à l'alcool et aux médicaments de même que la quantité et la qualité des ces substances favorisent également le bad trip. Les consommateurs réguliers ne sont pas à l'abri : le bad trip est susceptible de les concerner tout comme les nouveaux usagers. 

Comment reconnaître un bad trip ? 

"Les symptômes peuvent être très divers d' une personne à l'autre et surtout en fonction de la drogue ingérée" met en garde Charlotte Kayes. "Ils ressemblent à ceux d'une crise d'angoisse c'est-à-dire avec des tremblements, des suées, des nausées, une accélération cardiaque ou le sentiment que la personne va tomber dans les pommes. D'autres personnes vont avoir des hallucinations et un sentiment de persécution -selon le produit ingéré- ou encore entrer dans une sorte de délire". Des effets physiques comme des vomissements peuvent être le signe d' une crise. 

Quelles sont les séquelles d'un bad trip ? 

Les séquelles sont très variables selon l'intensité du bad trip et le type de produit ingéré. Charlotte Kayes précise : "Cela peut aller du "mauvais moment" du type crise d'angoisse donc sans séquelle (en dehors de la peur de se retrouver à nouveau dans cet état) à des hallucinations pouvant causer des symptômes anxieux sévères voire même la mort de l' individu". "Plusieurs cas de défenestration ont été observés chez les individus ayant pris du LSD ou de l'ecstasy à cause des hallucinations auxquelles ils essaient d' échapper par tous les moyens" complète t-elle. Dans les cas extrêmes, le développement de phobies ou de la dépression peuvent faire partie des séquelles. 

Que faire en cas de bad trip ? 

Il ne faut pas rester seul

En cas de Bad trip le plus important est la sécurité. Il est donc primordial de se rapprocher de personnes de confiance et de se mettre à l'abri jusqu'à ce que les effets de la substance se dissipent ! "Il ne faut pas rester seul. Vous pouvez prendre le temps de vous asseoir, de prendre l'air, et de boire un peu d' eau" conseille la spécialiste. Un environnement calme c'est-à-dire sans stimulation visuelle et sonore (lumière, bruit, agitation, foule...) est à privilégier. "Le meilleur conseil est de prendre le temps de se calmer et de respirer car très souvent cela permet de diminuer les symptômes du bad trip. Essayez de ne pas vous affoler car l'angoisse va au contraire augmenter l'intensité des symptômes. Je réitère, surtout ne restez pas seul !" martèle la professionnelle. Garder un contact peut se faire de manière ''passive'' – par le regard notamment –  l'idée étant de rassurer la personne. En cas de doute sur l'état de santé (endormissement, risque d'arrêt respiratoire), il est conseillé d'appeler les secours. 

Que faire si le bad trip dure plusieurs jours ? 

Le bad trip peut durer plusieurs heures. S' il dure plusieurs jours, mieux vaut passer à l'action. "Dans les cas les plus graves il est préférable de se rendre aux urgences et d'être honnête sur les produits pris. Attention en cas d'omission et de manque de transparence la prise en charge ne sera pas la bonne!" alerte Charlotte Kayes. "Se rendre à l'hôpital est impératif car si le bad trip dure, il pourrait s' agir d'une bouffée délirante qui nécessite une prise en charge médicale". 

Merci à Charlotte Kayes, psychologue clinicienne spécialisée dans le traitement des troubles anxieux.