Psychologie positive : c'est quoi, bienfaits, dangereuse ?

La psychologie positive est une science qui vise à se focaliser sur nos potentiels positifs. Quels en sont les bienfaits et comment l'appliquer au quotidien ? Éléments de réponses avec Anne Hairy, psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute.

Psychologie positive : c'est quoi, bienfaits, dangereuse ?
©  deagreez-123RF

Définition : c'est quoi la psychologie positive ? 

La psychologie positive est une discipline scientifique fondée par le chercheur en psychologie américain Martin E.P Seligman, en 1998. Elle décrypte ce qui va bien et se focalise sur notre potentiel et les aspects positifs de notre vie. "Elle s'applique aussi bien aux adultes, qu'aux enfants et se base sur les ressources positives de l'individu" explique Anne Hairy, psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute. "On ne va pas travailler sur les problèmes et les problématiques mais davantage sur les ressources, de manière positive. Il s'agit de savoir, par exemple, quelles sont les qualités qu'on s'attribue et s'appuyer sur ces qualités" poursuit la psychologue. Ces dernières sont diverses : l'estime de soi, l'optimisme, la créativité, la confiance en soi, l'humour... La psychologie positive se focalise également sur les émotions positives telles que la joie, l'enthousiasme, l'amour ou encore la gratitude, pour n'en citer que quelques-unes, qui nous apportent une ouverture d'esprit. Attention néanmoins. Il ne s'agit pas de mettre des œillères, de positiver tout le temps, ni d'occulter les autres aspects de notre personnalité ainsi que les émotions négatives et les problèmes ! L'idée est avant tout de s'appuyer sur les ressources pour optimiser notre épanouissement. 

Quel est le but de la psychologie positive ? 

Il nous arrive souvent de voir le verre à moitié vide. La psychologie positive, c'est l'inverse ! Elle consiste à identifier les forces et à s'appuyer dessus. La  finalité étant d'améliorer notre quotidien et d'optimiser notre bien être. "Son but est de faire en sorte que la personne aille mieux" précise la spécialiste. "Par exemple, si je suis licenciée, je vais m'appuyer sur les expériences acquises – c'est-à-dire ce qui va me permettre de rebondir – et travailler dessus plutôt que de me focaliser sur le traumatisme du licenciement" ajoute la psychothérapeute. L'objectif est donc de cultiver le bonheur.  

"On ne peut pas être tout le temps heureux. Les émotions négatives ont leur utilité"

Quels sont les bienfaits de la psychologie positive ? 

Les bienfaits de la psychologie positive sont nombreux. D'une part, elle permet de mieux se connaître en identifiant ses émotions positives et ses qualités. "Cela optimise la plupart du temps l'estime de soi et la confiance en soi" souligne Anne Hairy. En se focalisant sur ces aspects, nous améliorons ainsi notre rapport aux autres tout en développant notre capacité de résilience et à lâcher prise. "Lors d'épisodes douloureux de déprime, par exemple, la psychologie positive permet de moins se centrer sur la tristesse et les émotions négatives" détaille la professionnelle. Se centrer sur les émotions positives a réel impact sur la santé physique et mentale (réduction de stress, du risque de dépression....). 

Comment appliquer la psychologie positive ? 

Avant d'appliquer la psychologie positive, il est intéressant d'identifier ses qualités. "Certains exercices, comme l'inventaire des forces de caractère développé par Seligman, est un outil pertinent" conseille la psychologue. Le questionnaire disponible en ligne est composé de 120 questions. Il mesure 24 forces de caractère et 6 vertus afin de constituer notre profil. "Il faut savoir que nous n'avons pas tous les mêmes qualités. Avec le questionnaire, plutôt long, on va par exemple découvrir des qualités de patience, d'écoute de l'autre, d'honnêteté, de générosité ou de courage sur lesquelles on va se reposer". Les possibilités de la cultiver sont ensuite nombreuses. Il est par exemple possible d'exprimer sa reconnaissance au quotidien. "Complimenter, être attentif et présent pour ses proches mais aussi les encourager" cultive les liens et la connexion avec l'autre. Faire preuve d'altruisme est aussi pertinent. Cela peut être en rendant service, par exemple, ou en faisant preuve d'empathie. Se centrer sur soi est aussi important. Au quotidien, se fixer des objectifs à atteindre améliore la confiance en soi. 

Quels sont les dangers de la psychologie positive ?

Comme pour le développement personnel, le danger de la psychologie positive serait de tout psychologiser ! "Dans la vie, il y a des moments où on est triste ou en colère. Il y a des passages difficiles et c'est normal" souligne l'hypnothérapeute. La psychologie positive ajoute parfois de l'exigence qui vise à s'imposer à être tout le temps heureux. "On ne peut pas être tout le temps heureux ou au top. Il y a des moments où l'on passe de mauvaises journées et les émotions négatives ont leur utilité" ajoute Anne Hairy. Car à leur manière les émotions négatives nous protègent. Il peut être risqué de faire l'impasse sur ses ressentis au risque de basculer dans une "tyrannie de l'attitude positive". 

Merci à Anne Hairy,  psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute.

Psycho