Lâcher prise : amour, travail, comment réussir ?

Loin d'être de l'abandon ou du laxisme, le lâcher-prise est au contraire le fait d'aborder une situation d'un autre point de vue. Quels en sont les bienfaits, comment le pratiquer et quelles sont les thérapies les plus adaptées au lâcher prise ? Explications avec Anne Hairy, psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute.

Lâcher prise : amour, travail, comment réussir ?
© luckybusiness-123RF

Définition : ça veut dire quoi lâcher prise ? 

Ne vous fiez pas à ce que ces termes pourraient laisser sous entendre. Si les mots "lâcher prise" peuvent à première vue évoquer l'abandon, la passivité ou la perte de contrôle, en réalité, il n'en est rien, comme nous l'explique Anne Hairy, psychothérapeute et  hypnothérapeute. "Lâcher prise, c'est plutôt accueillir les choses au mieux, les accepter et être curieux. Ce n'est pas forcément être passif" explique-t-elle. Face à une épreuve, il s'agit avant tout de ne pas renoncer, mais d'accepter de regarder une situation sous un autre angle tout en ayant conscience que nous ne pouvons pas tout contrôler dans notre vie. Il aide à mettre provisoirement nos pensées obsessionnelles de côté et à ne plus être en lutte. 

Quels sont les bienfaits du lâcher-prise ? 

Le lâcher-prise engendre de nombreux bienfaits sur notre santé. "Il régule le stress et apporte une certaine fluidité car en lâchant prise, nous sommes moins en résistance. La fatigue va ainsi diminuer" explique la psychologue. De manière générale, lâcher prise permet aussi de relativiser. "On se braque moins, on observe les choses. On perçoit ce qui nous entoure de façon plus positive, ce qui permet de trouver des solutions qu'on n'avait pas envisagées" analyse la psychothérapeute. Lâcher prise c'est aussi se concentrer sur l'essentiel. En adoptant cette posture, nous tendons à plus de sérénité ce qui apaise aussi bien le corps que l'esprit. Cela relâche les tensions et favorise la confiance en soi

Comment réussir à lâcher prise en amour ? 

Lâcher prise en amour est un enjeu. En effet, vouloir tout maîtriser peut conduire à des comportements et à des sentiments excessifs (jalousie maladive, possessivité...) susceptibles de parasiter et d'abîmer la relation. Afin de "s'émanciper", il faut avant tout accepter que nous ne pouvons pas toujours contrôler : ni les situations, ni le ou la partenaire. "Il y a des situations qu'on ne maîtrise pas. Il faut se libérer de cela. Pour y parvenir, il est essentiel de faire preuve de patience et de tolérance envers l'autre, tout en lui laissant un espace" conseille Anne Hairy.  Attention également aux idées préconçues. "En couple, lâcher prise ne veut pas dire laisser tomber toutes ses barrières et être sans protection" prévient la spécialiste. Avoir ce recul est même bénéfique. Pour lâcher prise dans ce contexte, Anne Hairy conseille "d'observer. De laisser les choses venir". "Éviter d'être sur la défensive et relativiser, par exemple, mais aussi être moins sur l'attaque avec l'autre" sont quelques pistes à explorer.  

Comment réussir à lâcher prise au travail ?

Dans le cadre professionnel, il peut être compliqué d'accepter ses limites et vouloir tout contrôler. Ce manque de recul comporte parfois des risques pour la santé mentale (stress, burn-out...) et physique tel que l'épuisement. Comme en amour, au travail, lâcher prise, c'est accepter de ne pas tout maîtriser, intégrer que l'erreur est possible et relativiser en cherchant des solutions alternatives aux obstacles rencontrés. "Au travail, c'est important d'être serein, de ne pas être en lutte ou en résistance. Lâcher prise permet d'observer les attentions des autres et d'être plus souple vis à vis des critiques" détaille l'hypnothérapeute. "Il s'agit de ne pas prendre les choses pour soi et d'essayer de comprendre ce que dit l'autre. Si un collègue fait une critique, par exemple, on peut se demander si elle est objective. Il faut aussi intégrer qu'il ne s'agit pas d'une critique sur soi, ni sur la personnalité. Il faut prendre du recul par rapport aux situations et prendre son temps sans pour autant être passif". Dans ce cadre, il faut aussi pouvoir exprimer ses limites ! "Apprendre à dire non lorsque la tâche est trop lourde, par exemple, est un bon commencement" conseille la spécialiste. Cela permet de ne pas se laisser déborder. 

Quelle thérapie pour lâcher prise ?

Accepter les émotions et les pensées négatives pour avancer

Lâcher prise, ça se travaille. Différentes thérapies peuvent être mises en œuvre pour se libérer psychologiquement. Parmi elles, la méditation. Cette pratique mentale consiste à se concentrer sur soi et à maintenir son attention sur l'instant présent. "Elle aide à être beaucoup plus dans l'observation, à accueillir ses pensées et à se laisser aller" explique Anne Hairy. Les thérapies d'acception et d'engagement (Acceptance and Commitment Therapy ou ACT) donnent aussi de bons résultats. Cet outil encourage notamment à accepter les émotions et les pensées négatives pour avancer. "Elles conseillent de s'engager sur les choses que l'on peut changer et d'accepter ce qu'on ne peut pas changer. Par exemple si quelqu'un a perdu un membre dans un accident, la thérapie va lui permettre d'accepter la situation et de transformer cette épreuve en s'engageant sur d'autres choses adaptées à la nouvelle condition", détaille la psychothérapeute. L'objectif est d'apprendre à faire face aux situations et à modifier nos comportements

Merci à Anne Hairy, psychologue clinicienne, psychothérapeute et hypnothérapeute.

Professionnels de santé