Femme sans contraception : les médicaments à éviter

En raison du risque de grossesse, une femme en âge de procréer sans contraception doit éviter l'utilisation de certains médicaments. Lesquels ? Valproate ? Topiramate ? Pour quelles raisons ? Quels sont les risques pour le bébé ? Explications.

Femme sans contraception : les médicaments à éviter
© gesrey - stock.adobe.com

Pourquoi une femme sans contraception doit éviter certains médicaments ?

Une femme n'ayant pas de contraception doit éviter les médicaments qui majorent le risque de conséquences graves chez le futur bébé en cas de grossesse. Les molécules ne devant pas être prises en début de grossesse peuvent provoquer des malformations embryonnaires ou fœtales (médicaments tératogènes) et des troubles du neurodéveloppement.

Quels sont les médicaments à éviter si on n'a pas de contraceptif ?

En l'absence de moyen contraceptif, les principaux médicaments à éviter sont :

  • Curacné®, Contracné®, Procuta® (rétinoïdes oraux dans le traitement de l'acné)
  • Soriatane® (rétinoïde oral dans le traitement du psoriasis)
  • Le topiramate, le valproate, la prégabaline (antiépileptiques)
  • Cellcept®, Myfortic® (traitements préventifs du rejet aigu d'allogreffe rénale)
  • Gilenya® (traitement de la sclérose en plaques)
  • Les anticancéreux oraux

Une femme en âge de procréer prenant l'un de ces médicaments doit avoir un moyen contraceptif efficace durant toute la durée du traitement. La contraception peut être débutée avant l'instauration du médicament et poursuivie après l'arrêt. Cela dépend de la molécule utilisée. Souvent, un test de grossesse sera réalisé avant la prescription du traitement. L'objectif est d'éviter tout risque de malformations embryonnaires ou fœtales graves.

Pourquoi faut-il éviter les traitements de l'acné ?

Les rétinoïdes oraux indiqués dans le traitement de l'acné doivent être évités chez la femme en l'absence de moyen contraceptif. Par voie cutanée, aucune malformation n'a été identifiée avec les rétinoïdes en raison du faible passage dans le sang. En cas de grossesse, les spécialités à base d'isotrétinoïne (Curacné®, Contracné®, Procuta®) peuvent causer des malformations du cœur, des vaisseaux sanguins, du système nerveux central (cerveau, cervelet), du visage, de l'oreille (absence de pavillon ou de conduit auditif), des yeux. En outre, le risque d'avortement est augmenté.

Pourquoi faut-il éviter Soriatane® ?

Les conséquences délétères sur l'enfant à naître sont comparables à celles induites par l'isotrétinoïne. À savoir, des malformations affectant le cœur, les vaisseaux sanguins, le système nerveux central (cerveau, cervelet), le visage, l'oreille externe (absence de conduit auditif), les yeux (œil de petite taille voire absent). La majoration du risque d'avortement est aussi répertoriée.

Pourquoi faut-il éviter le topiramate ? 

En cas de grossesse, le topiramate expose à un risque accru de malformations du cerveau, de la tête, des organes génitaux et favorise la survenue de fentes des lèvres, du nez et du palais. Des études ont montré un risque plus important d'autisme, de déficience intellectuelle et une altération dans le développement du cerveau de l'enfant. La survenue de ces effets dépendrait de la dose médicamenteuse administrée.

Pourquoi faut-il éviter le valproate ?

La prise de médicaments à base de valproate (Dépakine®, Dépakote®, etc.) durant la grossesse expose à des risques importants de malformations et de troubles du développement neurologique chez l'enfant à naître. Les malformations fréquemment observées concernent le cœur, les membres, le visage, le palais, les os du crâne, les yeux, les reins et l'urètre. Un traitement de valproate majore le risque de survenue d'un spina bifida (défaut de fermeture de la colonne vertébrale se caractérisant par des symptômes invalidants comme l'incapacité à uriner). Le développement neurologique peut être altéré chez l'enfant et se traduire par des troubles déficitaires de l'attention, des difficultés d'apprentissage, des troubles du langage, de l'attention et de la mémoire.

Pourquoi faut-il éviter la prégabaline ?

L'administration de prégabaline au cours de la grossesse expose à des malformations fœtales affectant plusieurs organes : le système nerveux, les yeux, le visage, les voies urinaires et les organes génitaux.

Pourquoi faut-il éviter le mycophénolate ?

Les médicaments Cellcept® et Myfortic® augmentent le risque de malformations du cœur, de l'œsophage, des reins, des doigts, de l'oreille et des yeux. De même, ils favorisent les fentes des lèvres et du palais. Par ailleurs, le risque de fausse couche est majoré, tout comme le risque d'infection à cytomégalovirus (car le mycophénolate bloque le système immunitaire).

Pourquoi faut-il éviter Gilenya® ?

Des malformations importantes ont été observées chez les enfants nés de mères traitées par Gilenya® pour une sclérose en plaques. Ce sont principalement des malformations du cœur, des reins, des muscles et des os.

Pourquoi faut-il éviter les anticancéreux ?

La prise d'anticancéreux durant la grossesse expose le futur bébé à des malformations (variables selon la molécule utilisée). Une femme en âge de procréer doit obligatoirement recourir à une contraception efficace. Elle sera choisie en accord avec le médecin puisque les pilules à base d'œstrogènes sont incompatibles avec certains anticancéreux. Si une grossesse survient malgré tout, le traitement sera poursuivi ou interrompu après l'évaluation de la balance bénéfices-risques.

Sources :

- Base de données publique des médicaments

- Vidal

- CRAT

- ANSM

Effets et risques