Diverticule du côlon : cause, symptômes, traitement

Petites protusions qui se forment sur la paroi du colon, les diverticules peuvent être à l'origine de complications s'ils ne sont pas pris en charge. À quoi sont-ils dus ? Comment se manifestent-ils ? Explications avec le Dr Sophie Pitel, chirurgien digestif et proctologique à la clinique Alleray-Labrouste.

Diverticule du côlon : cause, symptômes, traitement
© C:Ben Schonewille

Définition : qu'est-ce que la diverticulose du côlon ?

Le diverticule du côlon se présente sous la forme d'une poche dont la taille peut varier de quelques millimètres à plus d'un centimètre. On parle en présence de plusieurs diverticules de diverticulose colique (sigmoïdienne si elle n'intéresse que le côlon sigmoïde, soit la dernière partie du colon). Les diverticules apparaissent surtout chez les individus à partir de 50 ans et leur présence s'accroit avec l'âge. Ces diverticules peuvent exister sans provoquer de complications pendant plusieurs années. Néanmoins lors de l'inflammation d'un diverticule, c'est la diverticulite qui survient en réponse à la stagnation de matières fécales entraîne une pullulation microbienne. 

Diverticule du côlon sigmoïde, droit, gauche ou transverse ? 

Les diverticules peuvent apparaître sur n'importe quelle partie du colon, mais ils se forment surtout au niveau du côlon sigmoïde, c'est-à-dire la dernière portion du côlon. 

Quelle est la cause ?

Le diverticule du côlon est secondaire à une hernie de la muqueuse du côlon au travers de la couche musculaire au niveau de zones de faiblesse de la paroi. Autrement dit, les diverticules apparaissent lorsque la pression à l'intérieur du colon est trop forte. En s'accumulant dans les diverticules, les déchets alimentaires irritent leur paroi, entraînant une diverticulite. "C'est une pathologie des pays industrialisés,  liée sûrement à la malbouffe (moins de fibres dans notre alimentation et plus de sucres…). En effet, il semblerait qu'une alimentation trop riche en sucres, en graisses, en viandes, et trop pauvre en fibres alimentaires soit à l'origine de la formation de diverticules", commente le Dr Sophie Pitel. 

Quels sont les symptômes ? 

La diverticulose colique est souvent latente avec une absence de symptômes. La diverticulite ou sigmoïdite diverticulaire se manifeste par :

  • de la fièvre ; 
  • des douleurs abdominales gauches ; 
  • une occlusion ou des hémorragies, signes de complications.

Quand et qui consulter ?

"Des maux de ventre intenses, accompagnés de fièvre, doivent amener à consulter en urgence parce qu'ils peuvent être le signe de complications, notamment d'une diverticulite, c'est-à-dire une inflammation d'un ou plusieurs diverticules", indique le chirurgien digestif et proctologique. 

Quel est le diagnostic ?

La présence de diverticules est souvent mise en évidence lors d'une coloscopie de dépistage et est signalée au patient. Le diagnostic de diverticulite se fait grâce à un scanner. Après injection de produit de contraste, le scanner montre un épaississement de la paroi du côlon diverticulaire et une inflammation de la graisse autour. Le scanner montre aussi les complications associées si elles existent : abcès, perforation du côlon.

Quels sont les traitements ?

Les traitements varient en fonction du degré d'inflammation et d'infection des diverticules. Les cas les plus bénins seront traités grâce à un régime alimentaire particulier, pauvre en résidus et la prescription d'antibiotiques et d'antalgiques. "Une chirurgie en urgence est pratiquée en cas de perforation du diverticule avec péritonite. Un traitement chirurgical "à froid", c'est-à-dire à distance de l'épisode aigu, avec ablation du côlon sigmoïde, est de moins en moins pratiqué mais reste indispensable dans certaines situations bien précises", réagit le Dr Sophie Pitel.

Quel régime alimentaire ?

Une alimentation variée et équilibrée, riche en fibres, pauvre en sucres et matières grasses est efficace dans la prévention de la diverticulose et de la diverticulite. "Lorsqu'il y a une poussée aiguë de diverticulite, une inflammation, il faut adopter une alimentation sans résidus et éviter les fibres pendant trois semaines. En dehors, il faut bien privilégier les fibres. En parallèle, une bonne hydratation et la pratique d'une activité physique sont indispensables", réagit la spécialiste. 

Merci au Dr Sophie Pitel, chirurgien digestif et proctologique à la clinique Alleray-Labrouste, à Paris. 

Gastro-entérologie