Classification des tumeurs : TNM, signification

La classification TNM est un système international de classement des cancers. Découvrez quels sont ses critères et à quoi sert cette classification des tumeurs.

Classification des tumeurs : TNM, signification
© Copyright (C) Andrey Popov

Définition : qu'est-ce que la classification TNM ? 

La classification TNM est une classification des tumeurs basée sur 3 critères. C'est un chirurgien cancérologue français, Pierre Denoix, qui a créé le système TNM entre 1943 et 1952 dans le but de créer un langage universel traduisant la situation oncologique et le pronostic d'un patient, selon l'extension anatomique de la tumeur. Cette classification a vite été reprise par l'UICC (Union internationale contre le cancer). "C'est une analyse de la tumeur dans le corps" résume le Dr Alain Toledano, cancérologue, radiothérapeute, Directeur médical de l'Institut de Radiochirurgie de Paris (Centre Hartmann), et Président de l'Institut Rafael.

Quelle est la signification de la classification TNM ? 

TNM sont des initiales : T pour Tumor (tumeur), N pour Node (ganglion), M pour Metastasis (métastase). "La classification TNM est une classification sur ces 3 critères" explique le Dr Alain Toledano. "Le paramètre T indique la taille de la tumeur avec des valeurs de 1 à 4. Plus la taille tumorale est importante et plus elle a de risques de se loger dans d'autres organes. Le paramètre N indique l'extension ganglionnaire, avec des valeurs de 0 à 3, N0 signifiant pas de ganglion et N1, N2, N3 si le ganglion est à proximité ou à distance). Le paramètre M indique s'il y a des métastases (M1) ou pas de métastases (M0)" décrit le cancérologue. Le stade du cancer (de 1 à 4) est une macro-classification de la classification TNM qui est plus détaillée. "Le stade regroupe souvent plusieurs TNM" souligne le médecin. 

Quel impact sur les traitements du cancer ? 

La classification TNM a un impact très important sur les traitements des cancers. "En fonction de cette classification, des caractéristiques du patient et du grade de la tumeur les traitements sont différents" informe le Dr Alain Toledano. Il donne des exemples : "si une tumeur est classée T1, N0, M0, c'est une tumeur de petite taille sans envahissement ganglionnaire et sans métastases. Elle peut être retirée chirurgicalement et il est rare qu'il y ait besoin de traitements complémentaires. En revanche une tumeur T3, N1, M1 est une tumeur plus avancée qui va nécessiter des traitements lourds, combinés (chimiothérapie, radiothérapie)."

Classification TNM du cancer colorectal

T N M

T1 : tumeur envahissant la sous-muqueuse
 

N0 : pas de métastase ganglionnaire régionale
 

M0 : pas de métastase à distance
 
T2 : tumeur envahissant la musculeuse
 

N1 : métastase dans 1 à 3 ganglions lymphatiques régionaux
N1a : métastase dans 1 ganglion lymphatique régional

N1b : métastases dans 2-3 ganglions lymphatiques régionaux
N1c : dépôts tumoraux " satellites " dans la sous-séreuse, ou dans le tissu péri-colique ou péri-rectal non péritonisé, en l'absence de ganglion métastatique
 

M1a : métastases à distance confinées à un organe sans atteinte péritonéale: foie, poumon, ovaire, ganglions non régionaux …
M1b : métastases atteignant plus d'un site métastatique
M1c : métastase péritonéale avec ou sans autre organe atteint
 
T3 : tumeur envahissant la sous-séreuse
 

N2 : métastase ≥4 ganglions lymphatiques régionaux
N2a : métastase dans 4-6 ganglions lymphatiques régionaux

N2b : métastase dans ≥ 7 ganglions lymphatiques régionaux
 

 
T4 : tumeur pénétrant le péritoine viscéral et/ou envahissant au moins une structure/organe de voisinage
T4a : pénétration du péritoine viscéral
T4b : envahissement d'une structure de voisinage
   

Classification TNM du cancer du poumon

T N M
T1
Tumeur de 3 cm ou moins dans ses plus grandes dimensions, entourée par du poumon ou de la plèvre viscérale, sans évidence d'invasion plus proximale que les bronches lobaires à la bronchoscopie (c'est-à-dire pas dans les bronches souches).
T1a(mi)Adénocarcinome minimalement invasifT1a≤1cm
T1b> 1 cm et ≤2 cm
T1c> 2 cm et ≤3 cm
 

N0

Absence de métastase dans les ganglions lymphatiques régionaux. 
 

M0

Pas de métastase à distance
 

T2

Tumeur de plus de 3 cm, mais de moins de 5 cm ou avec un quelconque des éléments suivants-envahissement d'une bronche souche quelle que soit sa distance par rapport à la carène mais sans envahissement de la carène,-envahissement de la plèvre viscérale, -existence d'une atélectasie ou pneumonie obstructive
T2a> 3 cm mais ≤4 cm
T2b> 4 cm mais ≤5 cm

N1  
Métastases ganglionnaires péri-bronchiques homolatérales
 

M1

Existence de métastases

M1a Nodule(s)tumoral(ux)séparés dans un lobe controlatéral, ou nodules pleuraux ou pleurésie maligne ou péricardite maligne

M1bUneseule métastase extra-thoracique dans un seul organe
M1cPlusieurs métastases extrathoraciques dans un seul ou plusieurs organes

T3

Tumeur de plus de 5 cm et de moins de 7 cm, OU associée à un(des) nodule(s) tumoral(aux) distinct(s) dans le même lobe, ou envahissant directement: 
-la paroi thoracique (incluant les tumeurs du sommet),
 -le nerf phrénique,-
la plèvre pariétale ou le péricarde pariétal
 

N2

Métastases dans les ganglions médiastinaux homolatéraux ou dans les ganglions sous-carénaires
 

 

T4

Tumeur de plus de 7 cm ou associée à des nodules tumoraux séparés dans deux lobes différents du même poumon, ou envahissant directement :
-le médiastin,
-le cœur ou les gros vaisseaux,
-la trachée, ou la carène-le diaphragme,
-le nerf récurrent,-l'œsophage,
-un(des) corps vertébral(ux).

N3

Métastases ganglionnaires médiastinales controlatérales ou hilaires controlatérales ou scaléniques, sus-claviculaires homo-ou controlatérales.
 

 

Merci au Dr Alain Toledano, cancérologue, radiothérapeute, Directeur médical de l'Institut de Radiochirurgie de Paris (Centre Hartmann), et Président de l'Institut Rafael.

Dépistage, évolution et traitements du cancer