Cancer colorectal chez la femme : 5 symptômes qui doivent inquiéter

Avec 20 000 nouveaux cas par an, le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, après le cancer du sein. A quel âge apparaît-il ? Maux de ventre, sang dans les selles, perte de poids... Quels sont les symptômes évocateurs ? Eclairage du Dr Mathilde Soule, chirurgien digestif à l'Hôpital des Peupliers à Paris.

Cancer colorectal chez la femme : 5 symptômes qui doivent inquiéter
© SciePro - 123RF

Incidence chez la femme

Le cancer colorectal se développe à partir des cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. C'est une maladie qui apparaît au niveau de la muqueuse colique (muqueuse du côlon) où sont formés des polypes qui sont des petites excroissances. Ces polypes sont au départ bénins, mais peuvent avec le temps évoluer en cancer. "Il faut environ une dizaine d'années pour que des polypes bénins évoluent en polypes cancéreux", indique d'emblée le Dr Mathilde Soule, chirurgien digestif à l'Hôpital des Peupliers à Paris. Chaque année, environ 43 000 nouveaux cancers colorectaux sont diagnostiqués en France (chiffres de l'Institut national du Cancer de 2018). Parmi ces nouveaux cas, 20 000 sont des femmes. "Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme, derrière le cancer du sein", tient à préciser notre interlocutrice.

90% des cancers colorectaux sont diagnostiqués après 50 ans.

Âge et facteurs de risque

Le cancer colorectal est une maladie du sujet âgé et globalement, 90% des cancers colorectaux sont diagnostiqués après l'âge de 50 ans, particulièrement à partir de 70 ans. Chez la femme comme chez l'homme, on définit trois niveaux de risque : 

  • Les personnes qui ont plus de 50 ans ont un risque moyen.
  • Les personnes souffrant d'une maladie inflammatoire du tube digestif (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique...), celles qui ont des antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal et les fumeurs ont un risque élevé.
  • Les personnes souffrant d'une maladie génétique (le syndrome de Lynch ou la polypose adénomateuse familiale) ont un risque très élevé

5 symptômes qui doivent inquiéter

"Le cancer colorectal est un cancer d'évolution lente et peu symptomatique : les symptômes sont peu spécifiques et n'apparaissent que lorsque la maladie s'est installée", précise notre interlocutrice. Les symptômes évocateurs d'un cancer colorectal peuvent être :

5 conseils pour protéger son tube digestif et prévenir le cancer colorectal

  • Eviter d'être sédentaire "l'activité physique a un effet protecteur sur beaucoup de maladies, notamment sur le cancer du côlon", insiste le Dr Soule.
  • Perdre du poids si on est en surpoids ou en obésité
  • Avoir une alimentation plus riches en fibres (produits céréaliers complets, fruits secs, légumineuses, légumes et fruits frais) : les fibres apportent de la nourriture aux bonnes bactéries du côlon (microbiote)
  • Limiter sa consommation de viandes rouges, de charcuteries et d'aliments riches en graisses animales : autrement dit, des produits qui favorisent l'inflammation
  • Limiter sa consommation d'alcool et éviter de fumer

Du sang dans les selles 

Au début de son évolution, le polype est simplement une excroissance au niveau de la muqueuse digestive et ne provoque aucun symptôme. Au fil des années, le polype peut dégénérer et évoluer en adénome cancéreux, ce qui fragilise la muqueuse digestive. Cette dernière présente ainsi des lésions et a tendance à davantage saigner au contact d'aliments. Le sang dans les selles peut être rouge clair ou au contraire rouge très foncé. "La présence de sang dans les selles est un symptôme d'alerte et doit pousser à consulter un médecin, insiste l'experte. Les femmes doivent être particulièrement vigilantes : la plupart du temps, la femme de 50 ans n'a plus de règles.Toutefois, elle peut avoir des saignements post-ménopausiques. Et cela peut retarder le diagnostic : le femme peut avoir l'impression d'avoir des pertes de sang vaginales alors qu'il s'agit de sang dans les selles", signale le Dr Soule. 

Des douleurs abdominales

"Les douleurs abdominales sont liées à une inflammation locale d'une muqueuse digestive fragilisée et plus sensible", explique le Dr Soule. Conséquence : le transit va être modifié, des ballonnements et des crampes abdominales peuvent survenir. Une douleur abdominale est le symptôme de nombreuses pathologies de l'ensemble de l'abdomen. Toutefois, des douleurs abdominales persistantes et qui apparaissent sans raison apparente doivent vous amener à consulter un médecin. Seuls l'examen clinique du médecin, les symptômes associés et les examens complémentaires (bilan complet, échographie abdominale, parfois un scanner) permettent de faire le diagnostic et de proposer une prise en charge adaptée.

Un transit qui se modifie 

"Un transit qui était régulier depuis des années et qui se modifie en l'espace de 3 mois environ représente un symptôme d'alerte. Cette modification du transit peut s'accompagner d'une colopathie fonctionnelle ou d'autres troubles fonctionnels intestinaux", indique la spécialiste. N'hésitez pas à consulter un gastro-entérologue en cas de transit inhabituel, c'est-à-dire, dès l'apparition de diarrhée, d'une constipation prolongée ou de l'alternance des deux, de selles qui semblent plus étroites (en ruban ou en forme de crayon) que d'habitude et si la fréquence de vos selles change subitement. 

Une perte de poids

"La présence de polype peut accélérer le transit et provoquer des diarrhées", souligne le Dr Soule. Une diarrhée aiguë se caractérise par des selles très riches en eau, entraînant ainsi une perte de poids rapide. Ce symptôme n'est absolument pas spécifique du cancer colorectal et peut révéler de nombreux autres problèmes d'ordre digestif ou pas d'ailleurs. Cependant, lorsque l'amaigrissement est important et persistant, il faut consulter un médecin, qui pourra vous prescrire des examens afin de trouver la cause de votre perte de poids. 

Une fatigue permanente

Une fatigue importante qui ne s'atténue pas au repos peut être évocatrice d'un cancer colorectal. Elle est souvent liée à une faiblesse et à une altération de l'état de santé général, à cause du développement de la maladie qui peut être très éprouvant.  

Cancer colorectal chez l'homme : des symptômes différents ?

Les hommes ont un peu près les mêmes symptômes, même si les symptômes de colopathie fonctionnelle sont un peu plus spécifiques à la femme. En effet, "les changements hormonaux lors de la ménopause entraînent un ralentissement du transit et parfois des ballonnements plus importants chez la femme", explique la spécialiste. 

Quand s'inquiéter ? Que faire ?

Ce test permet de diagnostiquer les tumeurs bénignes avant d'évoluer en lésions cancéreuses.

Si vous présentez l'un de ces symptômes, consultez rapidement votre médecin. Par ailleurs, le cancer colorectal étant peu symptomatique, il est primordial de faire un dépistage régulier du cancer colorectal à partir de 50 ans, même en l'absence de facteur de risque ou de symptômes. De 50 à 74 ans, un courrier est envoyé tous les deux ans dans le cadre du programme national de dépistage organisé. Ce courrier invite les personnes à consulter leur médecin pour qu'il leur remette un FIT test gratuit à faire chez eux et leur expliquer le mode d'emploi. Il s'agit d'un test immunologique très simple d'utilisation qui permet de rechercher la présence de sang dans les selles. Le médecin traitant peut également prescrire ce test en cas de symptômes suspects. Les résultats sont envoyés une quinzaine de jours plus tard, au patient ainsi qu'à son médecin traitant. "Malheureusement, ce test reste très peu réalisé : environ un tiers des patients de plus de 50 ans le font. Ce qui est vraiment dommage car il permettrait de diagnostiquer de manière très précoce les tumeurs bénignes avant qu'elles n'évoluent en lésions cancéreuses", regrette le chirurgien digestif.

Pronostic de survie

Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus le pronostic de survie est bon. Si la maladie est localisée dans la paroi du tube digestif (stades 0, 1, 2) , la survie à 5 ans est de 90% alors que si la maladie envahit les ganglions (stades 3 et 4), la survie à 5 ans est de 50%. 

Merci au Dr Mathilde Soule, chirurgien digestif à l'Hôpital des Peupliers à Paris. 

Cancer