Ballon gastrique : c'est quoi, prix, IMC, combien de kilos perdus ?

Traitement de l'obésité, le ballon gastrique permet une perte de poids par la satiété qu'entraîne sa présence dans l'estomac. Qui peut bénéficier de cette technique ? Quels sont les deux types de ballons ? Quelle perte de poids espérer ? Pour quel IMC ? Quels sont les risques et contre-indications ? Détails avec le Dr Vincent Frering, chirurgien digestif à Lyon.

Ballon gastrique : c'est quoi, prix, IMC, combien de kilos perdus ?
© Rossella Apostoli -123RF

Ballon gastrique : c'est quoi ?

Le ballon gastrique est un ballon à proprement parlé qui s'installe sans chirurgie dans l'estomac pour en occuper une partie et permettre une perte de poids par la satiété et le ralentissement du transit des aliments. L'alimentation peut ainsi être réévaluée, réduite et rééduquée afin de modifier les habitudes alimentaires, et diminuer ainsi significativement la surcharge pondérale. "Le ballon gastrique est un moyen pour aider une personne à perdre du poids, en mangeant moins, mais il doit être intégré dans un programme complet incluant des conseils nutritionnels, de l'activité physique, du soutien psychologique, explique le Dr Vincent Frering, chirurgien digestif à Lyon, sinon quand on va l'enlever, la personne va reprendre son poids." Il est donc essentiel, pour la réussite du traitement "d'aller vers des centres (de chirurgie digestive) qui gèrent le programme de prise en charge globale de l'obésité avec psychologue et nutritionniste." Il existe deux types de ballons : 

  • Le ballon en polyuréthane (Elipse®), en place dans l'estomac pour 4 à 6 mois.
  • Le ballon en silicone souple (Orbera®), installé pour un an.
ballon gastrique dans l'estomac
Ballon gastrique inséré dans l'estomac © 123RF-designua

Indications 

"Le ballon gastrique est un traitement indiqué chez des patients en surpoids ou obèses, dont l'IMC (indice de masse corporelle) est supérieure à 25 et jusqu'à 35. Au-delà, le patient relève de la chirurgie, indique le Dr Frering. C'est généralement le patient qui en fait la demande, et c'est au médecin de conseiller le type de ballon adapté au patient, en fonction de son IMC et de son expérience."

  • Le ballon en polyuréthane, en place dans l'estomac pour 4 à 6 mois, est indiqué pour les personnes ayant un IMC compris entre 25/27 et 30-35 et qui ne sont pas parvenu à perdre du poids durablement par d'autres programmes d'amaigrissement médicalisé.
  • Le ballon en silicone souple, en place dans l'estomac pour une année, est indiqué pour les patients dont l'IMC est compris entre 30 et 35, qui ont essayé d'autres programmes amaigrissants médicalisés sans résultat durable.

Comment se passe la pose ?

  • Le ballon en polyuréthane est mis en place sans intervention chirurgicale, ni endoscopie, ni anesthésie. Le patient avale une capsule relié à un petit tuyau (cathéter). La capsule fond une fois dans l'estomac, le ballon est rempli d'eau salée stérile (sérum physiologique) via le cathéter. La quantité de liquide varie, elle est décidée avec le médecin et dépend de chaque patient. La pose est effectuée sous contrôle radiographique. Le ballon se délite environ 4 à 6 mois plus tard et est éliminé par les selles.

"Il existe des ballons gonflés à l'air mais je ne les conseille pas, ils sont inconfortables."

  • Le ballon en silicone souple est inséré dégonflé, "par endoscopie (par la bouche), sous anesthésie générale. Une fois dans l'estomac, il est rempli de liquide salée stérile (sérum physiologique), qui est généralement teintée de bleu de méthylène, ce qui donne une urine verte en indice s'il se perce", précise le chirurgien. Le liquide est introduit par un petit tube de remplissage (cathéter) fixé au ballon qui sera retiré une fois le ballon rempli. "Il existe des ballons gonflés à l'air mais je ne les conseille pas, ils sont inconfortables." La pose et la dépose du ballon se déroule de la même manière, sous anesthésie générale, en ambulatoire, elles durent moins d'une demi-heure chacune. Le ballon en silicone est placé pour un an. "Au-delà, le silicone du ballon se délite sous l'effet de l'acide chlorhydrique contenu dans l'estomac" explique le médecin, et il n'est plus efficace car l'estomac s'est adapté à sa présence.

"La perte de poids peut aller de 3 kg, jusqu'à 15 ou 20 kg. ​​​​​​"

Combien de kilos perdus ?

"La perte de poids peut aller de 3 kg, jusqu'à 15 ou 20 kg. L'objectif ne doit pas être fixé sur la perte de poids obtenue. Le succès se mesure dans le temps, lorsque la personne arrive à maintenir son poids. La réussite du traitement tient au suivi diététique et psychologique associé, souvent pris à la légère, souligne le Dr Frering, alors qu'il est essentiel pour bien utiliser le ballon"

Convalescence

Durant la période avec le ballon, le suivi et la prise en charge nutritionnelle sont essentiels à la réussite de cette technique. Tous les mois, il est recommandé de consulter la diététicienne associée au programme et au suivi dans le centre de chirurgie digestive choisi. Le suivi est proposé via l'espace de téléconsultation de l'application Followsurg, qui permet de rééquilibrer son alimentation, gérer ses sensations alimentaires et garder sa motivation. "Durant la première semaine après la pause, un inconfort peut être ressenti, variable selon les patients, indique le gastro-entérologue. Chez certaines personnes cette période peut être assez désagréable et entraîner des vomissements. C'est un peu "l'orage", une envie de vomir constante. La durée est néanmoins variable en fonction des patients, d'un jour à une semaine. On conseille de boire de l'eau régulièrement, par petite quantité, de respirer profondément. Il est important d'être bien accompagné pour apprendre à contrôler les nausées intenses, éviter la déshydratation. Ensuite il faudra réapprendre ce qu'est la vraie faim, rééduquer la satiété, précise le chirurgien, c'est accompagner des gens à vie parfois, car l'obésité récidive.

La pose d'un ballon gastrique coûte 3 000 euros et n'est pas prise en charge par l'Assurance maladie.

Contre-indications

  • Les lésions gastriques : les antécédents de chirurgie gastrique, hernie hiatale volumineuse, ulcères gastro-duodénaux non traités, "lorsqu'il y a des cicatrices sur l'abdomen, indique le Dr Frering. En cas d'antécédent d'appendicite très inflammatoire par exemple."
  • Les personnes mineurs, moins de 18 ans.
  • Les troubles psychiatriques (anorexie, boulimie), alcoolisme et toxicomanie.
  • La prise d'anticoagulants ou troubles de l'hémostase, la prise chronique d'anti-inflammatoires.
  • La grossesse ou désir de grossesse.
  • Une pathologie hépatique sévère, selon la SFED (Société française d'endoscopie digestive).

Prix et remboursement en France

La pose d'un ballon gastrique coûte 3 000 euros et n'est pas prise en charge par l'Assurance maladie. Il faut également compter le coût de la dépose : 400 euros dans le cadre du ballon en silicone.

Merci au Dr Vincent Frering, chirurgien digestif à la Clinique de la Sauvegarde, à Lyon.

Source : SFED (Société française d'endoscopie digestive), Informations médicales sur la pose de ballon intra-gastrique pour traiter l'obésité.

Opérations