Groupe sanguin et Covid : influence, étude, protection du groupe O ?

Chargement de votre vidéo
"Groupe sanguin et Covid : influence, étude, protection du groupe O ?"

Plusieurs études ont montré l'influence du groupe sanguin sur les risques d'être contaminé à la Covid-19. O+, O-, AB, A, B... Quel groupe sanguin est le moins à risque d'infection ? Pourquoi ? Qui aurait une protection ? Etudes sur le lien entre groupe sanguin et Covid et hypothèses des chercheurs à date.

[Mis à jour le mardi 9 mars à 17h44] On le sait: un âge avancé, le fait d'avoir du diabète ou une pathologie respiratoire, rénale, pulmonaire ou cardiovasculaire sous-jacente constituent des facteurs de risque à la Covid-19 et peuvent augmenter le risque de développer une forme grave d'infection au coronavirus. Le groupe sanguin pourrait également constituer un facteur de risque de Covid-19. Certains groupes pourraient être "protégés" et d'autres au contraire plus à risque. C'est en tout cas ce que rapportent plusieurs études scientifiques. Au total, une quarantaine d'études ont montré le lien entre le groupe sanguin et l'immunité à la Covid-19. O+, O-, A, AB, B... Qui a le plus de risque d'être positif à la Covid-19 ? Au contraire, qui pourrait être immunisé ? Comment expliquer la relation entre groupe sanguin et risques de maladie ? Hypothèses à date. 

Quelle est l'influence du groupe sanguin sur les anticorps ?

La composition du sang est identique pour tout le monde. En revanche, les antigènes présents à la surface des cellules du sang (globules rouges, blancs...) diffèrent d'une personne à l'autre. Les personnes sont réparties en 4 groupes sanguins : O, A, AB et B. "En fonction de si elles possèdent l'antigène A (et des anticorps anti-B), l'antigène B (et des anticorps anti-A), les deux ou aucun des deux, les personnes sont donc réparties dans le groupe sanguin A, B, AB ou O.", précise l'Inserm sur son site internet. 

Groupe sanguin Antigènes présents sur les globules rouges Antigènes présents dans le plasma
A Antigènes A Anticorps anti-B
B Antigènes B Anticorps anti-A
AB Antigènes A et B Pas d'anticorps anti-A ni B
O Pas d'antigènes A ni B Anticorps anti-A et anti-B

Groupe sanguin et Covid-19 : que disent les études ?

Le 4 février 2021, une étude espagnole, menée par des chercheurs du groupe IVI à Barcelone (spécialisé dans le traitement de la fertilité) et présentée lors de la dernière édition du Congrès de l'American Society for Reproductive Medicine, montre que, d'après les données collectées auprès de 6 140 patients atteints de la Covid-19 entre mai et juin 2020, les personnes de groupe sanguin O+ semblent les mieux protégées face à la maladie. "Pour l'échantillon analysé, le taux de positivité ne varie pas de manière significative avec l'âge ou le sexe. On a toutefois constaté que les personnes de rhésus négatif présentaient un risque d'infection légèrement plus élevé que celles ayant un rhésus positif", indique le Dr André Guérin, gynécologue à la clinique IVI de Barcelone. Autrement dit, les personnes de groupe O+ auraient moins de risques d'être testées positives à la Covid-19, mais elles pourraient tout de même contracter le virus et à terme, développer une forme grave. Ces personnes ne sont en aucun cas immunisées et doivent prendre leurs précautions face au virus, d'autant plus avec l'émergence des variants. 

"Un consensus général s'est dégagé selon lequel le groupe sanguin O semble associé à un risque plus faible de COVID-19"

Le 22 janvier 2021, une étude française menée par les chercheurs de l'INSERM et de l'université de Nantes, dirigée par l'immunologue Jacques Le Pendu et publiée dans la revue Viruses, montre que le groupe sanguin O semblait "protecteur par rapport aux types non O". "Malgré les divergences entre les études, un consensus général s'est dégagé selon lequel le groupe sanguin O semble associé à un risque plus faible de COVID-19, tandis que les groupes sanguins non-O semblent nuisibles", indiquent les auteurs de l'étude. Deux hypothèses majeures peuvent expliquer ces résultats : premièrement, les anticorps naturels anti-A et anti-B pourraient être partiellement protecteurs contre les virions (particules infectieuses d'un virus formées d'un acide nucléique et de protéines) du SRAS-CoV-2 portant des antigènes de groupes sanguins provenant d'individus non-O. Deuxièmement, les individus O sont moins sujets à la thrombose et au dysfonctionnement vasculaire que les individus non-O et pourraient donc être moins exposés en cas de dysfonctionnement pulmonaire sévère. 

En mars 2020, une première étude statistique* publiée sur le site de pré-publication scientifique "MedRxiv" et menée par des chercheurs chinois de l'Université de Shenzhen avait montré que :

  • Les personnes de groupe O auraient 33% de risque en moins d'être contaminées par le nouveau coronavirus par rapport aux personnes des groupes B et AB.
  • Les personnes de groupe A auraient un sur-risque de 20% d'être contaminées par le nouveau coronavirus par rapport aux personnes des groupes B et AB. 
  • Ces deux hypothèses semblent valables indépendamment du sexe ou de l'âge de l'individu étudié. "Au niveau individuel, cela ne change rien à la nécessité de se protéger, mais au niveau des populations, c'est intéressant", estime Jacques le Pendu, immunologue et directeur de recherche de l'Inserm sur Ouest France. 

► En juin 2020, une étude, publiée dans The New England Journal of Medicine, menée sur 1 980 personnes atteintes du Covid-19, est parvenue aux mêmes résultats : un risque plus élevé de contracter le Covid-19 dans le groupe sanguin A par rapport aux autres groupes sanguins et un effet protecteur dans le groupe sanguin O par rapport aux autres groupes sanguins.

"La relation entre le groupe sanguin et le risque de contracter le virus est aujourd'hui établie"

► Deux autres études scientifiques dont les résultats ont été publiés le 14 octobre dans la revue Blood Advances de la Société américaine d'hématologie apportent des précisions sur le lien entre groupe sanguin et sévérité de l'infection au coronavirus. 

  •  La première étude menée sur 473 000 personnes testées positives au Covid-19 a montré que les patients danois atteints de COVID-19 avec du sang de type O ou B passaient moins de temps dans une unité de soins intensifs que leurs homologues de type A ou AB. Par ailleurs, ils avaient moins besoin d'une respiration mécanique et d'une dialyse car ils souffraient moins d'insuffisance rénale. 
  • La deuxième étude menée sur 95 patients sévèrement atteints par le Covid-19 dans un hôpital de Vancouver (Canada) entre février et avril 2020 a également montré que les patients avec du sang de type O ou B passaient en moyenne 4.5 jours de moins dans l'unité de soins intensifs que ceux avec du sang de type A ou AB qui eux restaient en moyenne 13.5 jours dans une unité de soins intensifs.

A retenir  

Selon les études publiées à date :

  • Les personnes du groupe O (particulièrement celles du groupe O+) auraient moins de risques d'être contaminées à la Covid-19 : pour autant, on ne peut pas dire qu'elles sont immunisées à la Covid-19 ou qu'elles ne peuvent pas avoir une forme grave !
  • Les personnes du groupe A auraient un sur-risque de contracter le Sars-CoV-2 par rapport aux personnes de groupe AB ou B. 
  • Les personnes de groupe O ou B passeraient moins de temps en soins intensifs en cas de contamination à la Covid-19.
  • Aucun groupe ne présente une IMMUNITE face à la Covid-19 : tous doivent respecter les gestes barrières et les précautions recommandées par les autorités sanitaires.  

Causes de l'immunité : comment expliquer le lien entre Covid-19 et groupe sanguin ?

En fonction de notre groupe sanguin, notre sang développe des anticorps différents.

"Pour moi, la relation entre le groupe sanguin et le risque de contracter le virus est aujourd'hui établie. Si le lien de causalité n'est pas encore démontré, toutes ces études convergent dans leurs résultats sur le fait que les groupes sanguins O sont moins à risque que les autres", indique Jacques le Pendu, immunologue au Centre de recherche contre le cancer Nantes-Angers, lors d'une interview accordée à Marianne. Mais ce pourcentage "n'est pas assez important pour ne pas prendre de précaution", insiste-t-il. "Ce [résultat] n'est pas étonnant. Nous avions trouvé la même chose lors d'une étude de 2003 sur l'épidémie du virus du SRAS (coronavirus très proche du Covid-19, ndlr)", précise Jacques Le Pendu, cette fois, à France Inter. En 2008, une étude française publiée dans Glycobiology à laquelle avait participé Jacques Le Pendu proposait un début d'explication. En fonction de notre groupe sanguin, notre sang développe des anticorps différents. Le plasma qui compose le sang contient des anticorps anti-A et anti-B chez les personnes de groupe O, tous rhésus confondus, ce qui représenterait une double défense potentielle contre un virus, comme le Covid-19 par exemple. En revanche, le plasma des personnes de groupe A contient seulement un type d'anticorps (les anti-B), ce qui constituerait une seule défense potentielle contre un virus.

Bien entendu, les résultats de ces quatre études sont à prendre avec des pincettes. Autrement dit, toutes les personnes du groupe A ne vont pas forcément être infectées par le coronavirus. Et inversement, les personnes du groupe O ne sont pas non plus immunisées contre le Covid-19. "On constate seulement un petit taux de protection ou de risque d'infection, ce qui indique clairement que plusieurs autres facteurs entrent en compte dans cette maladie. Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour établir ce lien", commente le Docteur Sakthivel Vaiyapuri, professeur agrégé en pharmacologie-cardiovasculaire et des substances vénéneuses à l'Universite de Reading en Angleterre. Ces résultats pourraient donc constituer une piste de recherche supplémentaire pour l'élaboration d'un traitement ou d'un vaccin contre le coronavirus. Dans tous les cas et ce, peu importe son groupe sanguin, seul le fait de respecter les gestes-barrières permet de minimiser les risques d'infection.

Comment connaître son groupe sanguin ?

La prise de sang, prescrite par votre médecin traitant, est la méthode la plus simple et la plus courante pour connaître son groupe sanguin. Après votre rendez-vous dans un laboratoire ou dans un centre médical, on vous remettra une carte de groupe sanguin sur laquelle sera indiqué si vous êtes A, B, AB ou O et le rhésus (+ ou -). Notez que vous pouvez également connaître votre groupe sanguin lors d'un don du sang. 

Répartition : quel est le groupe sanguin le plus rare ? Le plus fréquent ?

Groupe sanguin Pourcentage au niveau mondial
O+ 38%
O- 7%
A+ 34%
A- 6%
B+ 9%
B- 2%
AB+ 3%
AB- 1%

*Sources 

- Relationship between the ABO Blood Group and the COVID-19 Susceptibility, Medrxiv, 16 mats 2020. Pour parvenir à ce résultat, l'équipe de chercheur a analysé l'état de santé et le groupe sanguin de 2 173 personnes infectées par le Covid-19, de trois hôpitaux de Wuhan et Shenzhen, dont 206 étaient décédées des suites d'une infection au nouveau coronavirus. Ils les ont ensuite comparés à l'état de santé et au groupe sanguin de 3 694 habitants de Wuhan non contaminés par le coronavirus. 

- Inhibition of the interaction between the SARS-CoV Spike protein and its cellular receptor by anti-histo-blood group antibodies, Patrice Guillon, Décembre 2008, Glycobiology.

- Reduced prevalence of SARS-CoV-2 infection in ABO blood group O, 14 octobre 2020, Blood Advances.