PMA : définition, loi, bientôt pour toutes les femmes en France ?

Chargement de votre vidéo
"PMA : définition, loi, bientôt pour toutes les femmes en France ?"

L'Assemblée nationale a voté en faveur de l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes seules et aux couples lesbiens. Définition, technique, remboursement, loi en France... L'essentiel à savoir.

[Mis à jour le jeudi 30 juillet à 12h36] La Procréation Médicalement Assistée ou PMA permet à un couple diagnostiqué infertile d'avoir un enfant. L'Assemblée nationale a voté mercredi soir 29 juillet en faveur de son ouverture à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique, malgré la vive opposition de la droite. Le projet de loi de bioéthique a déjà été adopté en commission début juillet après 37 heures de discussions, mais sa deuxième lecture, qui devait démarrer le 6 juillet, a été reportée à cause du remaniement. Un projet notamment porté par le nouveau Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti et par le ministre de la Santé, Olivier Véran pour qui "la PMA Pour Toutes est une grande et belle avancée sociale et sociétale", écrit-t-il sur son compte Twitter. Le vote aura donc lieu avant la trêve estivale, même si certains élus LR (Les Républicains), à l'instar de Patrick Hetzel, ont estimé que les conditions sanitaires actuelles ne permettaient pas "un débat serein et apaisé". Pour rappel, la loi prévoit également une réforme sur la filiation, des modifications sur l'accès aux origines pour les enfants nées grâce à un don de sperme ou encore sur l'autoconservation des ovocytes.

Définition : qu'est-ce que la PMA ?

La procréation médicalement assistée ou PMA permet à un couple diagnostiqué infertile d'avoir un enfant. Pour cela, elle utilise différentes méthodes, comme la fécondation in vitro (FIV) ou l'insémination artificielle. L'objectif étant de permettre la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule afin de débuter une grossesse. La PMA s'adresse aux couples hétérosexuels mariés ou vivant ensemble et en âge légal de procréer. En 2015, 24839 grossesses par PMA sont arrivées à leur terme, soit environ 3% des naissances.

Quels chiffres en France ?

Selon les chiffres de l'agence de biomédecine, en 2016, il y a eu 147 730 tentatives d'insémination artificielle, de FIV ou de transferts d'embryons congelés en intraconjugal ou avec tiers donneurs, contre 102 601 en 2014. Selon les chiffres fournis en 2014 par l'Assurance maladie, une insémination artificielle coûte en moyenne 950 euros, et une tentative de fécondation in vitro 2 883 euros. L'Assurance maladie estime qu'en 2014, les actes d'insémination artificielle, de FIV, de transferts d'embryons congelés et d'injections intracytoplasmiques (qui consiste en l'injection d'un seul spermatozoïde dans l'ovocyte), lui auraient en moyenne coûté près de 300 millions d'euros.

Quels pays autorisent la PMA aux couples de femmes et/ou les femmes seules ?

  • Pays autorisant la PMA pour les couples lesbiens et les femmes seules : Espagne, Portugal, Irlande, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Finlande, Luxembourg.
  • Pays autorisant la PMA pour les couples lesbiens mais pas les femmes seules : Autriche.
  • Pays autorisant la PMA pour les femmes seules mais pas les couples lesbiens : Estonie, Lettonie, Pologne, Hongrie, Slovénie, Croatie, Bulgarie, Grèce, Chypre.
  • Pays interdisant la PMA pour les couples lesbiens et les femmes seules : Lituanie, Allemagne, République Tchèque, Roumanie, Italie, Malte, France, Slovaquie, Slovénie.

PMA pour toutes : bientôt en France ?

L'Assemblée nationale a voté l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, mesure phare du projet de loi bioéthique examiné en deuxième lecture, mercredi 29 juillet dans la soirée, malgré la vive opposition de la droite. Elle avait été validée (à 160 voix contre 116) par le Sénat le mercredi 22 janvier 2020. En revanche, les sénateurs ont adopté un amendement visant à limiter sa prise en charge "pour les démarches engagées sur la base d'un critère médical à savoir l'infertilité dont le caractère pathologique est médicalement constaté ou la non transmission d'une maladie grave". Les demandes d'AMP qui ne seraient pas fondées sur ce critère médical ne seraient pas prises en charge par l'assurance maladie. Les sénateurs ont justifié cette décision en rappelant le "rôle premier de la prise en chargequi est "d'assurer la protection contre le risque et les conséquences de la maladie". Les couples formés de deux femmes (couples lesbiens) et les femmes seules ne pourront de fait pas bénéficier d'une prise en charge. Cette mesure modifie donc significativement le projet de Loi sur la bioéthique visant à autoriser l'accès à la procréation médicalement assistée aux couples lesbiens ou à "toute femme non mariée".

Les sénateurs se sont par ailleurs opposés au "double don" de gamètes (une mesure qui autorise le recours à la fois à un don d'ovocyte et à un don de sperme dans le cadre d'une PMA), mais également à la PMA post-mortem (une mesure qui permet aux femmes de poursuivre le processus de PMA malgré le décès de leur conjoint). Si le projet d'extension de la PMA est validé, il sera possible :

  • que les couples de lesbiennes ayant recours à la PMA puissent passer par une reconnaissance anticipée de l'enfant (comme c'est le cas pour les couples hétérosexuels non-mariés) auprès d'un notaire,
  • que la filiation des enfants de couples de lesbiennes nés par PMA fasse partie du même article du code civil que celle des enfants d'hétérosexuels nés par PMA.
  • "d'accéder aux origines" pour les enfants nés de PMA, ce qui entraînerait la fin de l'anonymat pour les donneurs de sperme.
  • la possibilité que "sur l'acte de naissance, apparaissent les mots "mère' et 'mère' [pour] des enfants qui sont issus d'une PMA pour un couple de femmes", au lieu de la dénomination "parent 1" et "parent 2" qui avait d'abord été évoqué. 
  • Le projet de loi contient également le retrait des conditions actuellement en vigueur en France pour les couples hétérosexuels à savoir : recourir à la PMA à cause d'une infertilité ou pour éviter la transmission à l'enfant d'une maladie grave.

PMA-GPA : quelle différence ?

La GPA, correspond à la gestation pour autrui, c'est-à-dire qu'une femme dite "mère porteuse" porte la grossesse à son terme, pour le couple, lorsque la femme est en incapacité de mener une grossesse, à la suite d'une insémination artificielle. Cette pratique est interdite en France mais autorisée dans plusieurs pays d'Europe et certains états d'Amérique-du-Nord.

Infertilité : quand recourir à une PMA ?

Un couple dont la femme est âgée de moins de 35 ans, après dix à 12 mois d'essais infructueux, peut consulter pour infertilité. Ce délai peut être diminué en cas d'antécédents d'endométriose, de syndrome des ovaires polykystiques, d'interventions sur l'appareil génital ou de pathologie thyroïdienne. Au-delà de 35 ans, un avis peut être demandé après 6 mois de tentatives infructueuses.

PMA : pour qui ?

PMA FIV fécondation in vitro
Technique de PMA - Fécondation In Vitro © 123RF-macrovector

Actuellement, la PMA s'adresse aux couples hétérosexuels mariés ou vivant ensemble depuis au moins 2 ans (concubinage, pacs) et en âge légal de procréer. Soit :

  • Le couple ou l'un des membres présente une stérilité pathologique médicalement constatée (bilan d'infertilité).
  • L'un des membres du couple est porteur d'une maladie grave, susceptible d'être transmise au conjoint ou à l'enfant.

A date, une personne célibataire ne peut pas avoir accès à la PMA. Toutefois, le projet de loi de bioéthique pour le recours à la PMA pour les femmes homosexuelles ou célibataires sera voté à partir du 27 juillet 2020 à l'Assemblée nationale.

Quelles sont les techniques de PMA ?

La PMA est proposée selon plusieurs techniques :

PMA : des contre-indications ?

Les principales contre-indications à la PMA sont l'âge de la femme et les malformations utérines empêchant de mener une grossesse à son terme. Un état psychotique grave peut aussi constituer une contre-indication.

La PMA est-elle remboursée ?

Les PMA sont remboursées jusqu'au 43e anniversaire de la femme sous conditons.

La Sécurité sociale prend en charge les PMA jusqu'au 43e anniversaire de la femme pour au maximum 6 inséminations artificielles et 4 fécondations in vitro. Attention, ce remboursement s'étend à toutes les femmes ayant dépassé la limite d'âge de prise en charge (soit 43 ans) et qui ont dû arrêter leur parcours de PMA à cause du confinement, a annoncé Olivier Véran, ministre de la Santé a annoncé le mercredi 10 juin lors d'une audition par la commission des Affaires Sociales du Sénat. Ce remboursement ne sera effectif que pour "les familles bénéficiant d'un parcours de PMA en France" et non pour les familles engagées dans un parcours de PMA à l'étranger, puisqu'"on n'est pas dans une situation légale (...) tant que nous n'avons pas voté la loi de bioéthique", précise le ministre selon l'AFP. S'il est définitivement adopté, le projet de loi de bioéthique autorisera notamment le recours à la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes, dont la deuxième lecture devrait avoir lieu à partir du 27 juillet 2020 à l'Assemblée nationale, juste avant la trêve estivale.

Le conseil du médecin

La PMA demande une grande patience de la part des couples y ayant recours, un suivi psychologique peut parfois être nécessaire.

Conception