Santé mentale et Covid : chez les jeunes, chiffres en France

Anxiété, dépression... La santé mentale des Français se dégrade à cause la pandémie de Covid-19 rapporte Santé Publique France. Plusieurs médecins déclarent une hausse de la prise en charge de jeunes pour tentative de suicide. Qu'est-ce que la santé mentale ? Comment la préserver ? Réponses avec le Pr Nicolas Franck, psychiatre.

Santé mentale et Covid : chez les jeunes, chiffres en France
© Maridav

[Mise à jour le jeudi 18 mars 2021 à 12h51] La santé mentale des Français est mise à mal depuis le début la pandémie de Covid-19L'enquête CoviPrev menée de façon répétée par Santé publique France depuis le mois de mars 2020 atteste d'une dégradation de la santé mentale de la population. Dans un communiqué du 17 mars 2021, Santé Publique France indique que plusieurs professionnels, notamment de services de psychiatrie et de pédiatrie, ont signalé une augmentation de la prise en charge de jeunes patients pour tentatives de suicide et autres diagnostics de santé mentale. En vague 21 (15-17 février), une augmentation significative des états anxieux (+4 points) et des états dépressifs (+3 points) est observée par rapport à la vague précédente (du 18-20 janvier) en particulier chez les personnes en situation de précarité (emploi, finance, logement) et les personnes ayant des antécédents de trouble psychologique Quelle est la définition de la santé mentale ? Comment le confinement influe-t-il dessus ? Que faire pour la préserver ? Conseils du Pr Nicolas Franck, psychiatre, Professeur des Universités et praticien hospitalier à l'Université de Lyon.

Santé mentale : qu'est-ce que c'est ? 

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, "la santé mentale c'est pas seulement ne pas avoir de maladie, c'est se sentir bien". "La santé mentale, c'est la dimension de notre santé qui concerne notre ressenti, explique le psychiatre. On a une santé du cœur, des vaisseaux, de la peau, de l'intestin et on a également une santé de notre ressenti, de notre lien avec le monde." Dès lors "avoir une bonne santé mentale, c'est être heureux, ou au moins ne pas être malheureux". Or, la crise sanitaire actuelle et les mesures de restrictions prises en conséquence ont un "impact négatif sur la santé mentale d'une grande majorité des Français" poursuit-il.   

La santé mentale se compose de deux dimensions 

  • La dimension eudémonique liée à la projection dans l'avenir, c'est-à-dire faire des projets et les réussir.  
  • La dimension hédonique : "C'est le fait de se sentir bien tout de suite, d'avoir un ressenti globalement positif, d'être en harmonie avec notre quotidien et c'est très important" explique le Pr Franck

Lorsque la santé mentale est bonne, le ressenti, les émotions sont agréables, même si "on peut avoir des petites peurs, du stress qui peuvent survenir, qu'on va savoir dépasser ou non". Le psychiatre explique que même lorsque notre santé mentale est bonne, il arrive que l'on rencontre des moments déplaisants : "Par exemple, si une personne vous quitte, vous êtes malheureux un moment, puis vous surmontez ça. L'événement altère le bien-être un moment mais ce n'est pas une maladie." 

Quelles sont les maladies mentales ? 

Quand la santé mentale se détériore, plusieurs troubles peuvent apparaître. Si la personne est trop affectée et qu'elle ne peut pas surmonter une épreuve (comme une séparation, un décès...), sa santé mentale peut être atteinte et elle peut par exemple tomber dans la dépression. "On est tous avec un vécu plus ou moins déplaisant mais qui ne passe pas un seuil négatif trop important. Lorsque l'on a une maladie mentale, on a un ressenti qui est déplaisant, voire désagréable, voire de grande souffrance" explique le psychiatre. "Il y a de nombreuses maladies mentales qui existent. Certaines dont les gens sont conscients, comme la dépression ou les troubles anxieux en particulier mais il y a des maladies mentales dont les gens ne sont pas conscients, donc ils ne se plaignent pas et dont ils ne se font pas soigner non plus, comme les troubles psychotiques. Cela pose donc un problème" estime le Pr Franck. Les troubles mentaux se caractérisent par un ensemble anormal de pensées, de perceptions, d'émotions, de comportements et de relations avec autrui. 

→ Parmi les troubles mentaux figurent : la dépression, les troubles affectifs bipolaires, la schizophrénie et autres psychoses, la démence, la déficience intellectuelle et les troubles du développement, y compris l'autisme.

Quelles sont les causes d'une mauvaise santé mentale ?

La santé mentale peut être altérée par la relation d'une personne avec ses consommations : "C'est ce qu'on appelle les addictions. Avoir une bonne santé mentale c'est aussi ne pas être prisonnier de ses comportements de consommation de produit ou d'autres choses comme des achats pathologiques ou des consommations d'écrans." Les troubles alimentaires peuvent aussi être rattachés à la santé mentale. La santé mentale peut également être impactée par d'autres raisons "qui peuvent être économiques ou contextuelles, comme c'est le cas en cette période d'épidémie" explique le psychiatre. L'étude CoviPrev de Santé Publique France rapporte que les comportements addictifs ont changé à cause du confinement et de la Covid-19. Parmi les fumeurs interrogés, 27% déclarent que leur consommation de tabac a augmenté depuis le confinement. A cause de l'ennui (74%) mais aussi du stress (48%). Il en va de même pour la consommation d'alcool qui a augmenté pour 11% des sondés depuis le confinement, à cause du stress associé pour 15%. 27% des personnes interrogées expliquent aussi avoir pris du poids et 22% grignotent davantage entre les repas.  

Santé mentale et covid-19 : les statistiques et chiffres en France

Selon l'enquête CoviPrev, menée sur 2 000 personnes de 18 ans et plus par Santé publique France depuis mars 2020, indique qu'en vague 21 (15-17 février), une augmentation significative des états anxieux (+4 points) et des états dépressifs (+3 points) a été observée par rapport à la vague précédente (vague 20, 18-20 janvier) en particulier chez les personnes en situation de précarité (emploi, finance, logement) et les personnes ayant des antécédents de trouble psychologique. 

Quels sont les facteurs principaux associés à ces états dépressifs ? 

  • l'inquiétude vis-à-vis de la situation financière
  • la colère et la frustration
  • la peur, le fait de se sentir vulnérable au risque d'infection par le SARS-CoV-2
  • le fait que les proches adoptent et approuvent moins les mesures de prévention 
  • le sentiment d'isolement et de solitude. 

Quel est l'impact du Covid sur la santé mentale des jeunes ? 

La situation épidémiologique impacte la vie de tous, y compris celle des jeunes. L'étude CoviPrev indique que du 15 au 17 février 2021, les 18-24 ans, les étudiants et les personnes vivant dans un logement surpeuplé (moins de 18 m² par personne ou moins de 25 m2 pour les personnes vivant seules) développaient des états anxieux et dépressifs. Les états anxieux étaient aussi rapportés dans la tranche d'âge de 25 à 34 ans

Le bulletin hebdomadaire du surveillance en santé mentale de Santé Publique France note rapporté qu'en semaine 10 (du 8 au 14 mars) :

  • Les passages aux urgences pour geste suicidaire et troubles de l'humeur chez les enfants de moins de 15 ans, étaient en hausse pour la deuxième semaine consécutive.
  • Les actes médicaux SOS Médecins pour angoisse chez les enfants de moins de 15 ans étaient en hausse pour la troisième semaine consécutive.
  • Chez les adultes de 15 ans et plus, les passages pour geste suicidaire et troubles anxieux se maintiennent dans des niveaux comparables voire inférieurs à ceux des 2 dernières années. Néanmoins, les troubles de l'humeur sont en hausse de 17% chez les 15-44 ans par rapport à la semaine 9. Le niveau atteint en semaine 10, reste à ce stade proche des valeurs observées. Les troubles de l'humeur sont stables chez les 45 ans et plus.

L'impact du confinement sur la santé mentale

"La Covid et le confinement et les restrictions mises en place ont généré un stress très important, trop important pour beaucoup de Français. Ça a mis beaucoup de pression et ça a fait entrer les gens dans un mal-être, soit dans des dépressions ou troubles anxieux" constate le psychiatre. Cet impact sur la santé mentale a été mis en lumière par diverses études menées dès le premier confinement en mars 2020. "Celle de Santé publique France a bien montré que le niveau de dépression et d'anxiété avait augmenté. La hausse de consommation de médicaments psychotropes comme les anxiolytiques et les antidépresseurs a aussi beaucoup augmenté cet été. Le problème est que les anxiolytiques peuvent créer une dépendance, une addiction". Le psychiatre a également mené une étude, relayée en détail dans son livre "Covid-19 et détresse psychologique" paru aux Éditions Odile Jacob (2020). "Avec mes collègues, on a remarqué dès la deuxième semaine de confinement que le bien-être mental de certaines catégories de personnes comme les étudiants était altéré. On a aussi observé qu'au fil des huit semaines de confinement, le bien-être mental ne cessait de diminuer, donc plus la mesure était longue, plus c'était dur pour la population." La santé mentale "doit être considérée comme une priorité en cette période de pandémie." L'étude Covidprev de Santé Publique France indique aussi que la situation épidémique et les mesures prises pour la contrôler affectent de façon importante la santé mentale de la population, en particulier en termes de symptomatologie anxiodépressive.

Quel est impact du travail sur la santé mentale ?

"Le travail peut avoir un impact positif sur la santé mentale car il confère un sentiment d'utilité si tout se passe bien, que les relations avec les collègues et supérieurs se passent bien. Cependant, si les relations sont conflictuelles, le travail peut avoir un impact négatif". Autre facteur qui peut affecter la santé mentale dans le milieu professionnel : la charge de travail. "Surtout pendant le confinement, on a constaté beaucoup de burn-out. Le télétravail a pu submerger certaines personnes car les temps de travail et de vie privée étaient mélangés." 

Bonne ou mauvaise santé mentale : quel test faire ?

Il existe des tests pour connaître l'état de sa santé mentale, soit sur Internet soit dans des livres comme celui du Pr Franck. Ces tests sont des repères à l'échelle individuelle et collective, pour évaluer la santé mentale d'une population. "Vous pouvez réaliser plusieurs fois le test sur plusieurs périodes, c'est intéressant pour s'interroger sur soi-même, sur ses relations au monde et pour se projeter dans l'avenir."  Pour évaluer votre santé mentale, le psychiatre conseille d'utiliser l'échelle écossaise de bien-être mental de Warwick-Edinburgh (WEMWBS), qu'il a traduit en 2008. Vous pouvez consulter cette échelle et réaliser le test sur Internet. "Aujourd'hui il y a des gens qui se sentent bien, qui n'ont pas de maladie mentale, mais qui n'ont pas un score très élevé, ce qui n'est pas étonnant vu la période et les incertitudes liées à l'avenir." Un score égal ou supérieur à 50 est significatif d'une santé mentale acceptable

Comment préserver sa santé mentale ? 

"La santé mentale peut être altérée chez chacun d'entre nous, on peut tous entrer dans le mal-être c'est pourquoi on doit tous préserver notre santé mentale si on veut continuer à vivre bien" prévient le psychiatre. 

Pour prendre soin de sa santé mentale, il conseille :

  • d'éviter de s'isoler : "Même si on est confiné seul, il faut garder des contacts sociaux même si on ne peut pas voir les personnes physiquement, via des appels téléphoniques ou visio."
  • de structurer ses journées. 
  • de se fixer un projet, "un projet que l'on mène d'un bout à l'autre de la période pour essayer de l'appréhender plus positivement et de retrouver du contrôle."
  • de garder une activité physique : "Le sport est un élément important de notre santé mentale. Le sport est à lui-seul un antidépresseur et peut même suffire à traiter la dépression légère à modérée."

Merci au Professeur Nicolas Franck, psychiatre et Professeur des Universités et praticien hospitalier à l'Université Lyon et auteur du livre Covid-19 et détresse psychologique publié aux Editions Odile Jacob (2020).

Sources :

Etude CoviPrev Santé Publique France, COVID-19 : point épidémiologique, 12 mars 2021

Enquète Santé Publique France, Covid-19 : une enquête pour suivre l'évolution des comportements et de la santé mentale pendant l'épidémie, octobre 2020

Troubles mentaux, les principaux faits. OMS. 28 novembre 2019.

Psycho