Médicament photosensibilisant : liste de ceux à éviter au soleil

La prise de certains médicaments peut entraîner des taches et allergies, parfois irréversibles, quand on s'expose au soleil. Il faut toujours vérifier sur la notice s'il y a un risque de photosensibilisation. Voici la liste de ces traitements photosensibles ou phototoxiques à éviter.

Médicament photosensibilisant : liste de ceux à éviter au soleil
©  Vladimir Nenov - 123RF

Quelle est la liste des médicaments à éviter au soleil ?

Les médicaments photosensibilisants sont identifiables grâce à un symbole distinctif présent sur leur boîte (pictogramme en triangle rouge contenant un soleil et un nuage), et une indication précise dans la notice. Les principales familles contenant au moins un composant photosensibilisant sont : 

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), en gel ou pommade. "Le Ketoprofène (Ketum) est notamment très photosensibilisant" souligne le Dr Catherine Oliveres-Ghouti.
  • Les antibiotiques.
  • Les antiallergiques en pommade, antitussifs antihistaminique.
  • Les anticancéreux : les chimiothérapies.
  • Les neuroleptiques : antidépresseurs, antiépileptiques, anxiolytiques.
  • Les antifongiques.
  • Les antiparasitaires.
  • Les antiacnéiques.
  • Les antidiabétiques oraux. 
  • Les béta-bloquants.
  • Les diurétiques. 
  • Les fibrates.
  • Les inhibiteurs de l'Enzyme de Conversion (IEC).
  • Les rétinoïdes.
  • Les statines.

Quels sont les effets des médicaments au soleil ?

Les médicaments peuvent provoquer des réactions anormales de la peau lors de l'exposition de tout ou partie du corps aux rayonnements UV. Ces médicaments sont dits photosensibilisants lorsqu'ils font changer la peau de couleurs ou d'aspect. Il existe deux types de réactions de photosensibilisation :

→ La phototoxicité est une réaction cutanée aux molécules d'un médicament sous l'effet du soleil. Elle apparaît dans les minutes à heures qui suivent l'exposition au soleil, sous la forme de brûlures, comme un "coup de soleil", avec ou sans "bulles" sur la peau. Elle peut être localisée à la zone d'application s'il s'agit de médicaments en crèmes ou en pommades. Elle peut s'étendre à toutes les parties du corps exposés au soleil s'il s'agit d'un médicament pris par voie générale, et donner lieu à des troubles pigmentaires dont la récupération peut prendre plusieurs semaines où mois.

"L'exposition des mains au soleil derrière un pare-brise au volant d'une voiture suffit à déclencher une réaction"

→ La photoallergie est une réaction allergique à un médicament, déclenchée par l'exposition au soleil. Elle survient généralement chez les personnes prédisposées dans les 24 heures, parfois plusieurs jours après. Les lésions s'apparentent à de l'urticaire, ou de l'eczéma, sur tout ou partie du corps, même sur les zones non exposées. Une fois déclarée, la photoallergie aux médicaments se déclenchera à chaque exposition solaire, elle disparaît lentement à l'arrêt du médicament.

Quelles précautions et mesures préventives ?

Si vous devez suivre un traitement à l'un des médicaments classé comme photosensibilisants, il est recommandé de ne pas s'exposer au soleil, ni aux UV artificiels. "L'exposition des mains au soleil derrière un pare-brise au volant d'une voiture suffit à déclencher une réaction" précise la dermatologue.

Demander conseil à votre médecin sur la prise de votre traitement en cas de séjour ou d'exposition, même courte, au soleil.

→ "Ne jamais utiliser de parfum à même la peau, ni d'huiles essentielles, et peu d'alcool" ou d'antiseptiques, susceptibles de provoquer une photosensibilisation. Les furocoumarines sont les photosensibilisants les plus communs présents dans les plantes et les huiles essentielles.

Les femmes sous pilule contraceptive et les femmes enceintes doivent se protéger efficacement du soleil (par des crèmes solaires d'indice élevé 30 et 50, des vêtements légers mais couvrants, un chapeau).

Une exposition sans protection peut parfois entraîner une pigmentation plus foncée sur les joues et le front.

Merci au Dr Catherine Oliveres-Ghouti, dermatologue-vénérologue à Paris, et au Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues (SNDV).

Conseils médicaments