Bisphénol B : définition, utilisation, dans quels produits ?

Utilisé dans certains pays comme alternative au bisphénol A, le bisphénol B est une "substance extrêmement préoccupante" prévient l'Anses qui souhaite éviter son utilisation industrielle en Europe à cause de ses effets de perturbateur endocrinien. Dans quels produits est-il utilisé ?

Bisphénol B : définition, utilisation, dans quels produits ?
© 123RF-SORAPOP UDOMSRI

Utilisé dans certains pays hors Union européenne comme alternative au bisphénol A - reconnu perturbateur endocrinien et chassé des biberons en France en 2012 puis de tous les emballages plastiques- le bisphénol B est tout aussi dangereux, alerte l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) en France. Dans un communiqué du 9 mars 2021, elle propose de l'identifier comme "substance extrêmement préoccupante" afin d'éviter son utilisation par les industriels en Europe et d'obliger les importateurs d'articles de consommation à déclarer sa présence dès qu'il dépasse un seuil de 0.1% dans leur composition.

C'est quoi le Bisphénol B ?

Le bisphénol B fait partie de la famille des bisphénols (comme les bisphénols A, S...) qui sont des substances chimiques de synthèse principalement utilisées dans la production de polycarbonates et de résines époxy. Le bisphénol B présente une forte similitude de structure avec le bisphénol A.

Quels dangers ?

Sur la base des données scientifiques disponibles - dont une étude publiée en 2019 dans la revue Environmental Health Perspectives - l'Anses a établi que le bisphénol B "remplit tous les critères de danger pour être définie en tant que perturbateur endocrinien" selon la définition de l'OMS et les recommandations de 2013 de la Commission européenne :

  • le bisphénol B augmente la production d'œstrogènes et a ainsi une activité endocrinienne ;
  • le bisphénol B réduit la production quotidienne de spermatozoïdes, la production de testostérone et diminue le poids relatif des organes reproducteurs mâles et altère ainsi le système reproducteur mâle. 

Ces effets sont observés de façon concordante chez les rongeurs et les poissons, indique l'Anses "et sont similaires voire légèrement plus prononcés à dose équivalente, à ceux du bisphénol A". Pour rappel, les effets observés chez les animaux de laboratoire (rats et souris) sont pertinents pour la santé humaine. Les principales caractéristiques de la régulation hormonale de la spermatogenèse sont conservées chez les mammifères. "Le bisphénol B peut ainsi conduire à des effets sévères pour la santé humaine et peut altérer la stabilité des espèces dans l'environnement" estime-t-elle. Il pourrait aussi avoir des effets sur la reproduction femelle. Et ses effets pourraient s'ajouter à ceux des autres bisphénols qui présentent des propriétés similaires tels que les bisphénols A et S auxquels l'Homme et l'environnement peuvent également être exposés. 

Utilisation : dans quels produits peut-on le trouver ?

Les bisphénols sont retrouvés dans la fabrication d'équipements électroniques, d'emballages alimentaires, de papiers thermiques, de peintures ou encore de vernis. Le bisphénol B est utilisé comme alternative à certains usages du bisphénol A et du bisphénol S dans certains pays, notamment aux Etats-Unis où il est enregistré en tant qu'additif pour certains revêtements et polymères en contact avec les aliments (contenants et emballages alimentaires en plastique). "Bien que non enregistré dans le cadre du règlement REACH* pour être fabriqué ou utilisé comme substance chimique en Europe, on le retrouve dans des échantillons biologiques de populations européennes" souligne l'Anses. 

Pour éviter les bisphénols : ne pas utiliser utiliser des contenants en plastique mais opter pour ceux en verre, en silicone ou en céramique.

*REACH est un règlement de l'Union européenne adopté pour mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre les risques liés aux substances chimiques. Le règlement REACH s'applique sur le principe à toutes les substances chimiques : celles qui sont employées dans les processus industriels, mais également celles qui le sont dans notre vie de tous les jours. Le règlement REACH impute la charge de la preuve aux entreprises : elles doivent évaluer la dangerosité des substances et proposer des conditions d'utilisation en toute sécurité adaptées. Si les risques ne peuvent être gérés, les autorités peuvent restreindre ou interdire l'utilisation des substances concernées

Sources :

Le bisphénol B, un perturbateur endocrinien pour l'Homme et l'environnement. Anses. 9 mars 2021.

Communiqué de presse - Perturbateurs endocriniens : la France engage la reconnaissance du Bisphénol B comme " substance extrêmement préoccupante " - 24 octobre 2019.

Études et enquêtes Imprégnation de la population française par les Bisphénols A, S et F. Programme national de biosurveillance, Esteban 2014-2016. Santé Publique France. Septembre 2019.

Symptômes et questions diverses